fermer
Accueil

L'économiste, le premier quotidien économique au Maroc

lundi 01 septembre 2014,
En cours de chargement ...
Votre newsletter

Un guide pour l'installation des médecins

   

· La Société Marocaine des Sciences Médicales publie un guide pour informer les médecins sur les étapes à suivre pour leur installation
· Un cabinet médical se gère comme une entreprise


En raison des postes budgétaires limités, les médecins n'ont qu'une seule alternative: s'installer à leur propre compte. Ce choix constitue un sérieux pari pour le jeune médecin qui n'a jamais exercé. Les cabinets médicaux sont de plus en plus confrontés à des difficultés économiques. L'erreur que font beaucoup de médecins réside, selon la Société Marocaine des Sciences Médicales (SMSM) "dans l'impasse qu'ils font sur les études de faisabilité". Dans ce sens, la SMSM vient de publier en collaboration avec le Ministère de la Santé Publique et le Conseil National de l'Ordre des Médecins un "Guide d'installation du médecin".

Formation continue


Le but de ce guide est d'informer les médecins sur les procédures administratives et démarches préalables à l'ouverture d'un cabinet. Le guide recommande de porter une attention particulière au choix de la localité d'implantation, la région où la densité hospitalière et médicale est faible.

. Cette démarche ressemble à bien des égards à celle de la création d'une entreprise. Les médecins doivent également se renseigner "sur la manière dont les soins sont consommés et prodigués, surtout que le secteur informel est difficile à évaluer", note le guide.
La recherche du financement constitue également un volet important pour le médecin qui désire s'installer à son propre compte. Le guide indique les différentes étapes nécessaires pour l'obtention d'un prêt à travers notamment le Crédit Jeunes Promoteurs. S'y ajoutent, pour certaines spécialités, les autres modes de financement possibles "lorsque l'enveloppe allouée dans le cadre du Crédit Jeunes Promoteurs est insuffisante", souligne le document.
Côté gestion financière, un cabinet médical devrait être assimilé à une entreprise. Ainsi, la tenue journalière des recettes et des dépenses permettrait au médecin de connaître sa comptabilité et d'accomplir ses obligations fiscales. Aussi les différents impôts et taxes à la charge des médecins sont-ils détaillés dans le guide, y compris les exonérations fiscales.
Le guide ne se limite pas aux aspects financiers et économiques. Tout un chapitre est consacré au volet formation. Les médecins sont tenus de se former régulièrement. Dans le domaine médical, les progrès technologiques font en sorte que "les connaissances acquises sont périmées au bout de trois ans". Toujours concernant le volet formation, les médecins doivent participer notamment aux différents congrès et séminaires scientifiques. A signaler que la formation médicale continue est une obligation dans la plupart des pays occidentaux. De plus, tous les cinq ans, un certificat de recyclage est exigé. Au Maroc, cette formation "ne tardera pas à devenir obligatoire", est-il précisé dans le guide.

Khadija MASMOUDI