International

Tunisie/Licence 3G: Le sprint final
De notre correspondante permanente, Yousra MAHFOUD

Par L'Economiste | Edition N°:3053 Le 24/06/2009 | Partager

. Deux consortiums en lice, France Télécom et le turc Turkcell . La licence attribuée pour une durée de 15 ans . L’opération va reconfigurer le secteur Plus que quelques jours avant l’annonce de l’heureux élu de la troisième licence de téléphonie en Tunisie. En attendant les résultats, les rumeurs vont bon train. Ainsi, deux groupements sont en lice. Le premier est composé de France Télécom et son partenaire tunisien Divona Télécom, avec comme principal actionnaire l’homme d’affaires Marouane Mabrouk. Le second regroupe le turc Turkcell et ses partenaires, des hommes d’affaires tunisiens Mohamed Sakher El Materi, Hamdi Meddeb et Bassem Loukil. La Tunisie avait lancé un appel d’offres international en décembre pour une deuxième licence privée avec un démarrage des services prévu en janvier 2010.En tout cas, pour l’un comme pour l’autre, cette opération revêt une importance de taille. France Télécom revient en force après avoir perdu la rude bataille avec les Emiratis sur la privatisation de l’opérateur historique Tunisie Télécom. Pour Turkcell, cette opération est une opportunité pour asseoir une stratégie en plein développement. Opérateur mobile numéro un en Turquie, Turkcell avance à pas sûrs en matière de téléphonie 3G et son savoir-faire n’est plus à démontrer.L’existence de deux consortiums pour la nouvelle licence est vue d’un bon œil, de surcroît en période de crise internationale. La presse spécialisée a même fait une comparaison avec une opération similaire réalisée au Maroc et n’ayant intéressé qu’un seul candidat. Notons que le gagnant sera à la fois un opérateur de téléphonie fixe, un FAI (fournisseur d’accès et de services Internet) et un opérateur de téléphonie mobile de deuxième et troisième générations. Il aura l’exclusivité de commercialiser les offres 3G pour une durée de trois ans. Aussi, la licence est-elle attribuée pour une période de 15 ans avec une porte ouverte vers la prorogation, à la demande du tributaire, s’il le souhaite. Dans tous les cas, cette opération redistribuera les cartes du marché des télécoms en Tunisie. Un marché qui, rappelons-le, est partagé entre Tunisie Télécom (4,3 millions d’abonnés au mobile et plus d’un million au réseau fixe) et l’opérateur privé Tunisiana (4,2 millions d’abonnés). Sur le mobile, ces derniers revendiquent des parts de marché de près de 50%. Pour une population de 10 millions d’habitants, le taux de pénétration du mobile a atteint 83% au premier trimestre 2009.Face à la nouvelle donne, les deux opérateurs aiguisent leurs stratégies. A la clé, une agressivité commerciale de plus en plus perceptible basée sur l’innovation en termes de produits. Et ce n’est pas tout. Ces derniers jours, des rumeurs circulaient sur une offensive lancée pour intéresser davantage les ressources humaines à travers des systèmes de primes et d’avantages sociaux divers.


Actuelle configuration

Tunisiana est pour le moment le seul opérateur privé de télécommunications. L’entreprise est détenue par le groupe égyptien Orascom Telecom. En mai 2002, elle signe avec l’État tunisien la convention de licence d’installation et d’exploitation d’un deuxième réseau de téléphonie mobile.De son côté, Tunisie Télécom, l’opérateur historique, a franchi dès juillet 2006 une nouvelle étape, à travers une privatisation partielle avec l’entrée dans son capital, à hauteur de 35%, de l’émirati TeCom-DIG3. Depuis des années, l’opérateur développe sa stratégie à l’étranger. Il met en place, exploite et commercialise le premier réseau GSM en Mauritanie (Mattel) à partir de 2002 et met en place une convention de coopération technique avec Djibouti Télécom pour le développement de ses réseaux de télécommunications.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc