Régions

Rabat: Le CRI et la CGEM renforcent leurs synergies

Par | Edition N°:3514 Le 22/04/2011 | Partager
Les entreprises sont invitées à s’impliquer dans les projets de la région
Corniche, zones industrielles, nouvelle ville de Tamesna… les chantiers

L’aménagement de la corniche de Rabat constitue l’un des plus grands chantiers structurants de la région

LE Centre régional d’investissement (CRI) de Rabat et le patronat renforcent leurs relations.
Une convention de partenariat a été signée, mardi dernier, par Imane Benyaich et Moncef Ziani, respectivement directrice du CRI et président de l’Union régionale centre de la CGEM, en présence de Hassan Amrani, wali de la région de Rabat, et du maire, Fathallah Oulalou.
Par cette convention les deux parties s’engagent à œuvrer ensemble à la promotion de l’investissement au niveau de la région. «Cette convention constitue un cadre institutionnel qui va nous permettre de travailler ensemble pour attirer le maximum d’investisseurs et combattre le chômage par la création d’emplois», indique Moncef Ziani. D’autres actions figurent au menu de cette convention. Il s’agit de l’organisation de rencontres économiques promotionnelles et le développement d’un dispositif de soutien aux investisseurs. Sans oublier le volet formation et l’échange des données. Profitant de l’occasion, le wali a procédé à un travail de marketing pour mettre en valeur les opportunités que représente la région qui ambitionne de devenir un pôle économique spécialisé dans les services et les métiers de haute technologie.
A ce propos, il rappelle que le nombre des facultés et établissements universitaires au niveau de l’agglomération de Rabat dépasse les 40 unités avec près de 10.000 enseignants chercheurs. Sans oublier des infrastructures d’accueil bien adaptées comme Technopolis. «Tout cela a contribué à attirer durant ces dernières années près de 45 centres d’appels et plus d’une quinzaine de grandes sociétés spécialisées dans le développement des logiciels», explique le wali.
Le développement de la région va se poursuivre à travers plusieurs projets de grande envergure qui présentent une opportunité notamment pour les entreprises locales. Ces dernières sont donc invitées à participer avec le groupe Emaar au grand chantier de l’aménagement de la corniche. Elles sont aussi sollicitées pour la promotion et la gestion des nouvelles zones industrielles de la région. A commencer par le parc d’Aïn Johra qui attend toujours l’arrivée de nouveaux opérateurs industriels. Pour l’heure, seul le français Zodiac Aerospace, leader mondial dans l’aéronautique, a démarré son activité.
A noter que d’autres projets de zones industrielles sont prévus, notamment près de la ville nouvelle de Tamesna où un site de 100 ha a été aménagé à cet effet. Cette zone va abriter, entre autres, le nouveau marché de gros de la région et un autre dédié à la commercialisation des boissons. Les prix du terrain varient entre 200 et 600 DH/m2.
Par ailleurs, le CRI a présenté ses réalisations entre 2003-2010. Ainsi, 15.710 entreprises ont été créées durant cette période, dont 50% relèvent du secteur des services. Le nombre des entreprises créées en 2010 s’élève à 2.812 unités contre 1.045 en 2003. «Au cours de ces huit années, 800 projets ont été agréés par notre établissement avec un montant global d’investissements de plus de 50 milliards de DH», rappelle la directrice du CRI. 2009 a été l’année record avec un volume d’investissements de 19,8 milliards de DH contre 8,2 milliards en 2010.
Le nombre de postes d’emploi engendrés durant cette période avoisine les 76.000. Par secteurs, le BTP occupe la première place avec une part de 55% des investissements agréés, soit 27,7 milliards de DH. Cette performance s’explique par le lancement dans la région de grands projets immobiliers comme celui du Firdaous, Riad Al Andalous et la nouvelle ville de Tamesna. Le secteur des services vient en deuxième position avec une part de 16% des investissements suivi du tourisme avec près de 11%.
A noter que 73% des projets agréés sont portés par des investisseurs nationaux.


Doléances


LES patrons de la région de Rabat n’ont pas manqué d’interpeller les autorités compétentes sur la rareté et la cherté des plateaux de bureaux. Les prix du marché constituent un obstacle notamment pour les jeunes promoteurs. «On a aussi beaucoup de difficultés à retenir nos cadres et employés, car ces derniers n’arrivent pas à trouver un logement pour s’installer.
Les prix des logements flambent», explique Moncef Ziani, président de l’Union régionale centre de la CGEM. Une situation dont sont conscientes les autorités locales. Le wali de Rabat a promis la relance urgente du secteur de l’habitat au niveau de l’agglomération. Notamment en réduisant les délais de livraison des autorisations de construire, actuellement de 9 mois.


Nourdine El Aïssi

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc