Entreprises

Presse: L'éditeur Lilas élargit son portefeuille

Par L'Economiste | Edition N°:514 Le 25/05/1999 | Partager

· Médina: Un trimestriel revue positionné sur l'international
· Distribution au Maroc, en Europe et au Canada
· 3 millions de DH de charges par numéro


DES photos pleines de vie, un graphisme attrayant et une mise en page sobre, c'est ce qui frappe à la découverte de «Médina», la nouvelle publication trimestrielle de la société Lilas, éditrice entre autres de la revue féminine Citadine. La présentation officielle du premier numéro de «Médina» a eu lieu le 20 mai dernier à Casablanca. Ce nouveau produit s'inscrit dans le plan de diversification de l'entreprise. «C'est une publication qui cherche à satisfaire la curiosité du lectorat national et international sur le Maroc. Notre objectif est de véhiculer une image dépourvue des clichés et des cartes postales habituelles», indique d'emblée M. Abdellatif Khizrane, directeur de publication. Les promoteurs de la revue misent sur les photos et les reportages pour séduire le lecteur. «En matière de coûts, ces deux éléments sont les plus importants. Les photographes pour la plupart étrangers doivent disposer d'assez de temps pour réussir des prises intéressantes», explique M. Khizrane.

Mensuelle dans 2 ans


D'une centaines de pages, «le tirage de Médina atteint 60.000 exemplaires», soutient le directeur de la publication. L'éditeur envisage d'augmenter son tirage pour atteindre la barre de 100.000 exemplaires à partir de l'année prochaine. Pour la première année, les coûts de production s'élèvent à 3 millions de DH par numéro. Imprimée chez Rodo Quadri à Madrid, le tiers des exemplaires est destiné au Maroc, alors que les 35.000 numéros restants sont distribués sur les marchés européens (France, Belgique, Suisse) par le réseau français MNPP.
Médina cible les catégories socioprofessionnelles aisées, essentiellement des cadres supérieurs âgés de 35 à 45 ans. A 40 DH, prix de vente aux kiosques, la revue est compétitive par rapport aux autres publications étrangères de sa catégorie, estiment ses promoteurs. D'ici deux ans, Médina va passer à la formule mensuelle, «le temps d'asseoir la logistique rédactionnelle».
Pour l'heure, l'essentiel pour la société Lilas est d'asseoir une notoriété de Médina sur les marchés-cibles. Car la concurrence sur le marché européen est agressive en matière de magazines.
L'évasion, la réflexion et l'imagination sont les trois rubriques-phares de Médina. Pour le premier numéro, trois sujets font la une de la revue. Un reportage sur les peintres souiris et les pêcheurs de Tan-Tan, ainsi qu'un entretien avec l'écrivain marocain Tahar Ben Jelloune. La dernière partie aborde des sujets portant sur le théâtre et la «nouvelle vague» de la littérature marocaine d'expression française.

Mohamed DOUYEB

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc