fermer
Accueil

L'économiste, le premier quotidien économique au Maroc

mercredi 23 avril 2014,
En cours de chargement ...
Votre journal aujourd´hui

PIB, consommation, dépenses
Le tableau de bord régional du HCP

   
. Des indicateurs qui devront servir au projet de la régionalisation. Les Finances ont présenté les leurs fin janvier
Ahmed Lahlimi, haut commissaire au plan, veut accompagner le chantier de la régionalisation lancé par le Souverain. Pour cela, il s’intéresse aux comptes régionaux, avec PIB régional et dépenses de consommation des ménages par région. L’idée de mettre à la disposition des pouvoirs publics et des politiques des instruments de travail est louable à plus d’un titre. C’est une bonne chose que les régions connaissent leurs richesses, leurs faiblesses et les potentiels des autres. Tout cela peut servir dans le classement et la compétition des territoires. Sauf qu’il y a quelques semaines, la direction des prévisions financières, chapeautée par Mohamed Chafiki, du ministère des Finances, avait publié un travail similaire. Alors, quelle est la valeur ajoutée de la livraison d’aujourd’hui? Sans mentionner les Finances, Lahlimi s’est contenté de préciser que c’est la première fois qu’un travail (le sien) se réalise de manière scientifique.Par la suite, l’assistance a eu droit un exposé sur le PIB régional et dépenses de consommation finale des ménages. Sur le chapitre de la contribution des régions à la création de la richesse en 2007, cinq sur 16 créent 60,6% du total. Il s’agit du Grand Casablanca avec 21,3%, Rabat-Salé 13,6%, Marrakech 8,9% Tanger-Tétouan (8,8%) et Souss-Massa-Draâ (8%). D’ailleurs, ce sont ces régions qui consomment le plus. Ainsi, leurs dépenses de consommation finale représentent plus de 57% de la consommation nationale. Des nuances sont à relever lorsqu’il s’agit de dépenses de consommation des ménages par habitant et par région. Ce sont 5 régions qui dépensent plus que la moyenne nationale (11.700 DH) par habitant. La région de Rabat vient en tête avec 16.000 DH, suivie de Tanger avec 15.600 DH, Casablanca (14.800 DH), le Sud (14.100) et Fès (12.000 DH). Les premiers enseignements présentés par les services de Lahlimi montrent que les régions peuvent être classées en deux catégories. La première englobe celles à économie diversifiée comme Rabat, Marrakech et Tanger. Ces régions émergentes disposent de secteurs à fort potentiel de croissance (BTP, transport, communication, tourisme). Elles ont contribué à l’évolution du PIB entre 2004 et 2007 avec un taux d’accroissement de plus de 10%. La seconde catégorie regroupe les régions à économie faiblement diversifiée. Il s’agit particulièrement de Taza-El Hoceima, El Gharb et Tadla-Azilal, des zones à prédominance agricole.M.C.