Affaires

«Notre adossement à Maroc Telecom est un partenariat win-win»Entretien avec Farid Amrouni, président de GSM Al Maghrib

Par L'Economiste | Edition N°:1211 Le 20/02/2002 | Partager

Ex-distributeur de Méditel, GSM Al-Maghrib est passé dans le giron de Maroc Telecom depuis trois mois. Son président explique les enjeux de ce partenariat. L'Economiste: Jusqu'à présent, il y a eu beaucoup de bruit sur le passage de GSM Al Maghrib comme distributeur de Méditel à Maroc Telecom, mais pas d'annonce officielle. Pourquoi ce mutisme?- Farid Amrouni: Pas du tout, l'annonce a été faite par le président de Maroc Telecom, Abdeslam Ahizoune, lors de la conférence de presse annuelle qui a eu lieu au mois de décembre dernier. Il a annoncé que Maroc Telecom est entré dans le capital de GSM Al Maghrib à 35%. GSM Al Maghrib a vendu les produits et services Méditel jusqu'au 31 janvier. A partir du 1er février, les points de vente ont été fermés, je m'en excuse auprès de notre clientèle, pour une durée j'espère la plus courte possible, le temps d'installer la nouvelle image de Maroc Telecom.. Est-ce que c'est Maroc Telecom qui a acheté des parts dans GSM Al Maghrib ou plutôt Vivendi?- De façon très claire, c'est Maroc Telecom qui est entré dans le capital de GSM Al Maghrib. Les négociations ont été initiées à Paris avec Vivendi. Après son rachat de 35% de Maroc Telecom, Vivendi a identifié les secteurs où il est possible d'apporter des améliorations. Dans ce cadre, il y avait la partie distribution. Aujourd'hui, Maroc Telecom a des agences commerciales et des revendeurs directs. Pour compléter le tableau, il manquait un distributeur organisé avec plusieurs points de vente au Maroc et assurant un processus de qualité.. Initiées par Vivendi?- Les discussions ont été initiées à Paris après le feu vert du président de Maroc Telecom qui est souverain dans les décisions stratégiques de Maroc Telecom. Progressivement, la transition s'est faite vers le staff de Maroc Telecom.. J'insiste encore, qui a acheté?- De façon claire, comme l'a dit Ahizoune, c'est Maroc Telecom.. Pour quel montant?- C'est une donnée confidentielle. Le montant est différent de celui qui a été cité dans la presse.. 25 millions de DH?- Tout à fait, ce n'est pas le bon montant. Il appartient au président de Maroc Telecom de dévoiler ou pas ce montant. Dans tous les cas, il est jugé plus que raisonnable. Le processus de rachat s'est fait par un grand cabinet international et le rachat sur la base d'audits effectués par ce cabinet. Il a été mandaté par Maroc Telecom et uniquement par Maroc Telecom. Ceci étant, on reste persuadé que c'est un partenariat win-win pour l'avenir.. 35% encore, pourquoi au juste ce chiffre 35?- Avant le mariage, on passe logiquement par une période de fiançailles. Il est clair que nous irons encore plus loin si tout se passe bien.. Pourquoi IAM a-t-elle choisi GSM Al Maghrib et pas un autre distributeur, sachant que votre entreprise n'a pas le plus important réseau? - Sur la base d'un constat, Maroc Telecom a décidé de faire appel à un spécialiste de la distribution. Le métier de distributeur au Maroc est un métier nouveau. Pour ma part, je ne connais que cela. J'ai une formation en téléphonie. J'ai travaillé dans des grands groupes en Europe, notamment à la direction générale de France Télécom au moment où le marché était libéralisé en France. J'ai suivi le process de l'opérateur au client final en passant par les sociétés de commercialisation. J'ai balayé tous les chemins depuis la création jusqu'à la distribution. Modestement, GSM Al Maghrib est sinon le spécialiste, du moins le plus spécialisé. Je crois que Maroc Telecom a été sensible à cela, il ne regardait pas la taille de distribution.. Mounir Majidi, votre partenaire à GSM Al Maghrib et patron de la Siger, holding qui gère les actifs royaux, n'y est pour rien dans ce choix?- Votre question, comme ce qui a été d'ailleurs écrit dans la presse, m'étonne en tant que patron de GSM Al Maghrib. Cela remet en cause mon action dans ce rachat. Majidi détient une société, laquelle est actionnaire dans GSM Al Maghrib. C'est un homme d'affaires qui parie sur les hommes. A partir du moment où il valide quelqu'un à la tête de l'une de ses sociétés, il estime que cette personne est capable de mener sa mission à terme. A GSM Al Maghrib, ce fut de la même manière.A aujourd'hui, et encore pour peu de temps, nous sommes actionnaires à 50% chacun. Au moment du choix du rachat, il a été informé en tant qu'actionnaire. Il faut savoir que Majidi n'a rien fait, en tout cas pas à ma connaissance, pour cette opération. D'ailleurs, il n'en a été informé que 3 mois après les premiers contacts. Il y a certes une symbiose. Majidi adhère à une stratégie que j'ai mise au point, ça s'arrête là. Croyez-moi ou pas, Majidi n'a pas influé mes négociations. D'ailleurs, sa nomination à la tête de la Siger m'a été communiquée par des distributeurs de Méditel. En plus, la Siger n'est actionnaire ni dans GSM Al Maghrib ni dans la société appartenant à Majidi et actionnaire dans GAM.. Quel bilan faites-vous de votre partenariat avec Méditelecom?- Un bilan positif: Méditel a beaucoup apporté au pays, elle a créé beaucoup d'emplois, elle a apporté un nouveau regard sur la distribution, au sens large du terme, avec un réel service au client et a réalisé des records mondiaux. Aujourd'hui, le contrat arrive à expiration. Ayant déjà travaillé avec Vivendi, j'ai préféré, c'est un choix stratégique, aller travailler aux côtés de Maroc Telecom.. En parlant de pôle Mobile, est-ce que GSM Al Maghrib a l'exclusivité de la distribution de Maroc Telecom?- C'est anticommercial pour un opérateur de signer une exclusivité avec un distributeur, c'est même interdit. On ne peut pas non plus avoir 10.000 distributeurs pour un seul opérateur. Pour garder un niveau de qualité, il faut absolument faire confiance à des professionnels. Regardez, nous avons deux cas concrets: Maroc Telecom en adoptant un système de plusieurs revendeurs a une qualité de distribution moins bonne que Méditel qui fonctionne avec quelques distributeurs. A aujourd'hui, Maroc Telecom a fait un état des lieux et restructure son pôle Distribution. C'est un juste milieu à trouver. Donc, non, GSM Al Maghrib n'est pas le distributeur exclusif de Maroc Telecom. Maintenant, si GSM Al Maghrib remplit sa mission, il n'y aura aucune raison pour chercher d'autres distributeurs.. Ces magasins seront «en propre« ou des franchisés?- GSM Al Maghrib s'appuiera sur des partenaires. Des sociétés ou des personnes fortes sur le plan local ou régional. Il faut être le plus proche possible du client en s'appuyant sur des gens proches de lui. On ne peut pas tout faire. L'idée est de segmenter la distribution et sous-traiter le contact direct au niveau du client. C'est ainsi que nous allons maintenir un niveau de qualité.. Jusqu'à présent, GSM Al Maghrib a distribué le GSM avec Méditel. Avec IAM, allez-vous distribuer le fixe et Internet?- Pour les entreprises, le commercial sera un consultant. Une personne doit répondre à l'ensemble des besoins en entreprise. Pour les particuliers, Maroc Telecom a de grand projet de déployer son réseau fixe. Il y a une forte demande pour l'Internet, mais le niveau de vie est tel qu'il limite l'accès. Suivant un certain calendrier, GSM Al Maghrib va distribuer l'ensemble des produits Maroc Telecom.. Le développement au Maghreb Arabe de GSM Al Maghrib avait un sens quand l'entreprise distribuait pour Méditel, sachant que l'opérateur a des vues sur les marchés algérien et tunisien. Est-ce toujours valable avec Maroc Telecom?- Je crois profondément au Maghreb. Il y aura de plus en plus de cadres maghrébins qui vont de pays en pays. C'est pour cela que j'ai créé GSM Algérie et GSM Tunisie. Etant un partenaire fort de Maroc Telecom, nous accompagnerons autant qu'on peut le développement de Maroc Telecom à l'international. Pour L'Economiste,Anouar ZYNE

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc