Société

Marrakech/attentats
Le Souverain se rend à Jamaâ El Fna

Par | Edition N°:3520 Le 02/05/2011 | Partager
La vie reprend dans la place
Bilan des attentats: 16 morts et 26 blessés

Le Souverain a tenu à se rendre sur les lieux du drame. Un signe fort envers les Marrakchis, les touristes et les opérateurs économiques de la ville

«Touche pas à mon pays. Ne touche pas à Jamaâ El Fna!» Au lendemain des attentats qui ont secoué le cœur de Marrakech, la rue s’est mobilisée contre le terrorisme. Depuis le 29 avril, les marches se multiplient dans la place. Les participants par millier dénoncent les actes de terrorisme perpétrés à Argana, distribuent des fleurs, allument des bougies à la mémoire des disparus des attentats du 28 avril et scandent des slogans: «On ne cédera pas au terrorisme», clament-ils.
Samedi, ce sont les professionnels du tourisme et à leur tête le ministre de tutelle, Yasser Zenagui, qui marchaient avec des roses à la main. Le secteur est touché directement, bien qu’il soit trop tôt pour mesurer l’impact de cet événement tragique sur l’économie de la ville ocre et sa région.
La mobilisation de la rue démontre l’ampleur du choc subi par cet acte criminel qui a ciblé le poumon de la ville, Jamaâ El Fna. Ebranlés par l’atrocité de la frappe terroriste, les faiseurs de la place (conteurs, artisans, commerçants…) répondent quant à eux au terrorisme par le travail. Le jour même des attentats, la vie a repris sur cette place mythique avec ses gargotes, ses vendeurs de jus d’oranges, ses artisans… Et les touristes étaient aussi de la partie en famille ou en couple. «Je ne suis pas inquiet», commente ce touriste français qui flânait dans la place au lendemain des attentats. «Je ne renonce pas à mes vacances», insiste-t-il. Les bombes, les attaques terroristes ne font plus peur, répète le touriste.
Sur place, les dégâts de la façade du café Argana sont encore visibles. Le café éventré, avec ses vitres soufflées et ses dalles détruites, attire tous les regards. Il faudra du temps pour oublier ce jeudi. Le Souverain, qui s’est rendu sur les lieux samedi dernier, a réconforté les habitants et les artisans de la place.
Jeudi 28 avril à 11h30, une explosion au café Argana fait 16 morts et 26 blessés graves. Après l’enquête, il s’est avéré que la déflagration a été causée par une bombe de nitrate d’ammonium composée, de TATP et de pentrite déclenchée à distance, a indiqué le ministre de l’Intérieur, Taïb Cherkaoui. Des clous ont été ajoutés à la bombe pour en maximiser l’impact. Une signature d’Al Qaïda, selon l’Intérieur.
Depuis jeudi, un important dispositif sécuritaire a quadrillé la ville et ses accès. L’enquête à laquelle participent des experts internationaux avance et la police dispose du portrait-robot du suspect. En attendant les conclusions, la liste des victimes des attentats de Marrakech se rallonge. Deux morts se sont ajoutés au 14 décédés jeudi dernier. Ce qui porte à 16 le nombre de personnes tuées par la bombe d’Argana. 7 d’entre eux sont des touristes français dont une fillette de 10 ans et une infirmière retraitée. Outre les touristes français, un Anglais, un Néerlandais, un couple canadien et deux Marocains font partie des victimes.
Les blessés sont en grande majorité d’origine française. Amputés, mutilés, ils sont aussi endeuillés. Des membres de leurs amis et familles ont eu moins de chance et ont succombé à leurs blessures. Le Roi Mohammed VI a tenu d’ailleurs à rendre visite à toutes ces victimes hospitalisées à Ibnou Tofail et Avicennes (hôpital militaire). Lors de ses visites, le Souverain a dénoncé «une telle agression criminelle lâche, contraire aux nobles valeurs humaines de respect du droit sacré à la vie, de tolérance, de liberté et de paix dont est imprégné le peuple marocain»... «les Marocains continueront de faire face à quiconque s’avisera de porter atteinte au modèle qu’ils se sont choisis pour la consécration du progrès démocratique et en matière de développement, ainsi que pour la solidarité avec la communauté internationale dans la lutte contre toutes les formes de criminalité, d’agression et de terrorisme».


Pas de 2e bombe à El Attaouia


Samedi 30 avril à 1 heure, un paquet aurait été balancé dans la commune urbaine d’El Attaouia, à 70 km de Marrakech. Il contenait des produits suspects. Une équipe de démineurs a été dépêchée sur place pour vérifications. Selon le ministère de l’Intérieur, l’engin, ayant l’apparence de bâtonnets d’explosifs, n’en était pas un. Des investigations sont en cours pour l’arrestation de l’auteur.


Des victimes russes rapatriées


Le fils et l’épouse du député russe Guennadi Seleznev en vacances à Marrakech était parmi les victimes de l’attentat de Marrakech. Rapatrié vendredi dernier, le fils Seleznev était dans le coma. Deux Suissesses et deux Français ont aussi regagné leur pays.


B. B.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc