Habillage_leco
Culture

Leïla Ghandi : Sur les traces d’une globe-trotter

Par | Edition N°:3304 Le 23/06/2010 | Partager

. Rencontre entre la reporter et l’ancien ministre Driss Alaoui M’Daghri. Un travail photographique et journalistique centré sur l’humain Leïla Ghandi a 30 ans et de l’énergie à revendre. Bavarde, engagée, le sourire éclatant, cette Casablancaise a surtout les yeux et le cœur grands ouverts sur le monde. Reporter photographe, Leïla parcourt le monde en solitaire, bloc-notes et appareil photo à la main depuis 2006. Elle était l’invitée, mercredi 16 juin, de l’ancien ministre Driss Alaoui M’Daghri, professeur, conférencier, écrivain et actuel président du jury du Prix de L’Economiste pour la recherche. Dans une salle de conférences de l’Iscae à Casablanca, où l’artiste exposait ses photographies, ils se sont retrouvés pour une rencontre chaleureuse, autour du parcours et du travail de la jeune globe-trotter. La photographe commence par cette citation de Paul Valery: «Enrichissons-nous de nos différences». Cette phrase est certainement au cœur du travail et de la quête photographique et humaine que poursuit Leïla Ghandi au cours de ses nombreux voyages à travers la planète. A la découverte de ces hommes, femmes et enfants, sans chercher à prendre l’image en premier lieu, mais à privilégier avant tout la rencontre, l’échange... Avec le dalaï lama à Bénarès en Inde par exemple, ou encore des moines dans les montagnes chinoises pour un stage de kung-fu… Le long de la cordillère des Andes, dans les cimes de l’Himalaya ou à cheval à travers les steppes mongoles, Leïla n’a pas froid aux yeux. Courageuse? Elle répond avec la sagesse de ceux qui ont parcouru le monde: «Le courage est un terme relatif. Il apparaît quand nous avons peur de quelque chose. Moi je n’ai pas peur de partir en voyage seule, donc ce n’est pas du courage». Sous le regard de Driss Alaoui M’Daghri, assez admiratif de ce petit bout de femme, elle revient sur son pays d’origine: «Il aura fallu que je m’éloigne un peu, pour me rapprocher beaucoup du Maroc». Une femme parmi l’assistance lui demande si, après tous ces voyages, elle a des projets de reportages dans son propre pays. Leïla répond en expliquant sa série de portraits documentaires sur les enfants du Maroc, diffusée sur la première chaîne marocaine. Son projet étant d’en faire une version longue. Quant au fait d’être une jeune Marocaine seule à l’étranger? «Soit les gens ne connaissent pas le Maroc, soit ils me demandent: mais tu n’es pas voilée? Tu as le droit de voyager seule? A ma petite échelle, je me bats contre ces préjugés».Aujourd’hui, Leïla Ghandi expose dans le monde entier et est l’auteur de l’ouvrage «Chroniques de Chine» aux éditions Le Fennec. Elle a notamment reçu le trophée France Euro-Méditerranée, remis par la secrétaire d’Etat française, Fadela Amara, en mars 2008. Après avoir tant vu, vécu, rencontré, découvert, Leïla veut témoigner: «C’est un besoin presque vital, que j’espère le plus honnête possible». Bon vent Leïla!NINA MONTAGNE

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc