Economie

Le sponsoring relance le Tour du Maroc Cycliste

Par L'Economiste | Edition N°:988 Le 03/04/2001 | Partager

. Après une rupture de huit ans, le coup d'envoi a été donné hier à Rabat pour la 17ème édition . La compétition se poursuit jusqu'au 15 avrilLe Tour du Maroc Cycliste est ressuscité. Après huit ans d'hibernation forcée, le coup d'envoi de la 17ème édition a été donné hier à Rabat. La capitale s'est faite une beauté pour ces retrouvailles qui ont été rendues possibles grâce à l'apport des sponsors.A la Fédération Royale Marocaine du Cyclisme (FRMC), il est clairement souligné que la Tour n'aurait jamais pu être organisé sans cette contribution. La Fédération était incapable de l'organiser à elle seule à cause du manque de moyens. En plus, son image de marque a été sérieusement altérée après les déboires du début des années 90. En effet, le Tour s'est éclipsé en 1993 et le Bureau fédéral de l'époque a été dissout. Un comité provisoire a été installé à partir de 1995 pour assurer la continuité dans la gestion des affaires de la discipline. Mais il a été surtout chargé de redorer le blason de la Fédération et d'un sport au passé reluisant.“Nous avons oeuvré à crédibiliser la Fédération pour gagner la confiance des sponsors”, a déclaré à L'Economiste M. M'hammed Horrane, membre du Comité administratif du la FRMC et SG du Tour. L'idée est de présenter, dans un premier temps, le “cyclisme/sport ambulant” comme un support idéal pour les concepts marketing des annonceurs. Une fois leur confiance gagnée, une deuxième étape pourrait alors être entamée: la constitution d'une “Société Tour du Maroc” qui serait chargée de l'organisation de bout en bout. Le Ministère de la Jeunesse et des Sports et la Fédération n'auront alors à jouer qu'un rôle de soutien moral et technique. D'ailleurs, le budget du Ministère ne permet pas d'en attendre plus. Représentant à peine 0,068% du Budget général de l'Etat, il est exclu de compter sur les autorités publiques pour financer une manifestation de l'ampleur du Tour du Maroc. Le Ministère et la Fédération se chargent de l'organisation, mais ce sont les sponsors qui mettent la main à la poche.Maroc Telecom figure en tête de liste. Il est le sponsor officiel du Tour. Il a remis un chèque de 1 million de DH à la Fédération pour obtenir ce titre. Ce n'est pas trop payé pour l'opérateur historique des télécommunications qui prévoit de dépenser cette année 28 millions de DH dans la communication. Le gros lot de cette cagnotte va certes à la publicité de masse. Mais le mécénat et le sponsoring ne sont pas en reste. Une part de 5 à 7% environ leur a été réservée.L'engouement d'IAM pour le sport remonte à 1996 lorsqu'il a signé une convention avec la Fédération d'Athlétisme en vertu de laquelle l'opérateur s'engage de verser 6 millions de DH chaque année. Il a été suivi en juillet 2000 d'un contrat avec la Fédération Royale Marocaine de Football portant sur un montant de 60 millions de DH sur 4 ans. C'est le plus gros contrat de sponsoring dans l'histoire du sport marocain. Pour cette année, IAM a commencé par le cyclisme et compte récidiver prochainement avec le golf. Le montant du contrat pour cette discipline est estimé à 2 millions de DH annuellement.A côté d'IAM, l'ONA est également copartenaire. Le groupe a promis de financer le Tour à hauteur de 2 millions de DH, affirme M. Horrane. Mais la Fédération n'a encore rien touché de cette somme.En matière de transport, c'est Fiat qui a été élu transporteur officiel du Tour. La RAM s'est également alliée aux organisateurs en leur offrant des prix préférentiels sur ses vols. Pour sa part, Sidi Ali s'est engagé à désaltérer les coureurs en plus d'une somme symbolique de 150.000 de DH versée aux organisateurs.


Parcours “impérial”

13 étapes sont prévues pour cette 17ème édition du Tour du Maroc dont une seule “contre la montre”. Les coureurs devront parcourir 1.843 km traversant 16 villes et 137 localités. Le circuit ressemble à une grande randonnée touristique, puisque toutes les attractions du Maroc y sont intégrées. Les villes impériales viennent en tête. Après Rabat et Meknès hier, le tracé empruntera Fès et Marrakech lors des prochaines étapes. Les autres villes touristiques du Maroc telles Tanger, Tétouan, Essaouira ou Agadir sont également sur le parcours. O. M.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc