fermer
Accueil

L'économiste, le premier quotidien économique au Maroc

lundi 22 septembre 2014,
En cours de chargement ...
Votre newsletter

Le salon marocain s'expose à Casablanca

   
. Ce sera lors du Decosalon qui se tiendra du 6 au 8 juin . Il nécessitera un investissement compris entre 500 et 600.000 DHDécorateurs, tapissiers, artisans… se donnent rendez-vous du 6 au 8 juin pour présenter leur vision du salon marocain. Ce sera lors du Decosalon qui aura lieu à l'Espace Plein Ciel Paradise de Casablanca, boulevard de la Corniche. L'événement, initié par Simmons, est ouvert au public intéressé et aux professionnels qui équipent les ryads entre autres. C'est l'agence LTB (Le Team Briefing) qui est l'organisateur délégué pour tout ce qui est logistique de ce salon.Selon Karim Tazi, directeur général de Simmons, “Decosalon se présentera comme des assises du salon marocain”. Cette opération, selon lui, devrait nécessiter un investissement de 500 à 600.000 DH. En vue de promouvoir cette manifestation, les organisateurs ont expédié plus de 40.000 invitations par mailing. Ils tablent cependant sur 4 à 6% de visiteurs.Le salon marocain typique est devenu “très fashion”. “Non seulement, il n'a rien perdu de sa force au Maroc mais il gagne du terrain à l'étranger”, explique Karim Tazi. Ainsi, l'ensemble des corps de métier est invité à exposer le nouveau concept du salon marocain notamment ses designs, ses styles et ses couleurs.

Industrie nationale
L'industrie nationale produit annuellement plus de 4,5 millions de mètres linéaires de banquettes destinées à meubler les intérieurs marocains. “Sur les 4,5 millions, seuls 3% sont en banquettes en ressort”, est-il noté. Ce métrage produit par les industriels permet à tout un secteur artisanal non seulement d'exister mais aussi de se développer. Pour exemple, un tapissier est amené, au-delà de l'acquisition de la banquette, à se procurer d'autres produits tels que la mousse en feuilles, la ouate, la feutrine, les flocons de mousse…). Se développe ainsi la production d'autres branches économiques. Le garnissage et la finition d'un salon marocain nécessitent, quant à eux, la mobilisation d'un savoir-faire de menuiserie, d'ébénisterie, de tapisserie et de couture. Ce qui se traduit par la création d'emplois au sein d'ateliers qui s'apparentent à des PME non structurées. “Tenant compte des critères économiques, nous pouvons considérer que l'atelier de tapisserie est éligible au titre de PME. Il fait travailler en permanence un minimum de 10 personnes”, note Karim Tazi. Et ce, comparativement aux petites structures dites modernes telles que les start-up.
Un matelas pour le Maroc

C'est en 1946 que Simmons, l'inventeur du matelas à ressorts, s'est implanté au Maroc. Filiale de Simmons International, basé aux Etats-Unis, la firme marocaine a intégré le concept du matelas à ressorts en 1970. Au cours du salon Deco, Simmons présentera un nouveau produit. Il s'agit de la banquette Beautyrest spécialement pensée pour ce salon. Créée exclusivement au Maroc, Beautyrest se veut un matelas haut de gamme avec des ressorts ensachés individuellement. Par ailleurs, un guide pratique sera consacré au salon. Les intéressés y trouveront notamment toutes les informations concernant le salon marocain. Fatim-Zahra TOHRY