Economie

Laâyoune: Une ligne maritime vers les îles Canaries

Par | Edition N°:3433 Le 28/12/2010 | Partager

. Une liaison hebdomadaire régulière . Le trajet effectué en 7 heuresDésormais, la ligne maritime Laâyoune-îles Canaries est prête et est appelée à s’ouvrir plus qu’auparavant sur les échanges commerciaux entre le Maroc et l’Espagne. Les acteurs économiques et touristiques, surtout canariens, ont applaudi, en effet, à l’ouverture de cette ligne car ils vont gagner en termes de temps alloué au transport de marchandises. La ligne dispensera les bateaux de toute escale dans un troisième port, évitera le transbordement des marchandises et, partant, permettra de réduire les coûts de transport entre les deux pays.Le trajet sera effectué en 7 heures une fois par semaine par le «Volcan Tejeda» qui partira des îles Canaries tous les samedis dans la soirée pour arriver le dimanche matin. Un avantage pour les ressortissants marocains établis dans ces îles et aussi pour les Africains désirant gagner le Royaume en voiture. Avant, ces derniers étaient obligés de passer par le port de Cadiz, soit trois jours en mer avec toutes les dépenses que cela engendre. La nouvelle desserte Iles Canaries-Laâyoune représentera même une occasion pour les touristes qui séjournent dans les îles espagnoles de profiter de la proximité des deux pays pour se rendre dans le sud marocain et découvrir la beauté et la diversité des paysages sahariens de cette région. La compagnie «Naviera Armas» qui exploite cette ligne veut anticiper sa présence sur les marchés potentiels subsahariens. L’on est conscient auprès de la compagnie maritime espagnole de l’enjeu économico-stratégique de cette ligne. Surtout qu’elle a été mise en service après l’échec de l’expérience de la ligne précédente entre les îles Canaries et le port de Tarfaya. Echec imputé en premier lieu aux contraintes techniques de ce dernier. L’activation de la ligne îles Canaries-Laâyoune ne manquera pas d’inciter d’autres compagnies maritimes à suivre l’exemple de «Naviera Armas».De notre correspondant, Brahim AZERGUI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc