Economie

La Samir expose les méthodes de fabrication des huiles lubrifiantes

Par | Edition N°:50 Le 22/10/1992 | Partager


LA Samir a tenu le 14 Octobre un séminaire sur les huiles finies : fabrication- propriétés-applications et suivi. Ce séminaire a été organisé en collaboration avec Lubrizol France, filiale du groupe américain Lubrizol et de Lubna, filiale distributrice des huiles lubrifiantes de la Samir. Celle-ci est présente sur le marché des huiles finies avec sa marque Samir Oil. Les responsables comptent élargir leur part de marché en offrant «un produit complet : la lubrification qui est une huile finie plus un service de l'huile en service par des ingénieurs qualifiés».
C'est à partir du «résidu atmosphérique» (résidu obtenu après l'opération de distillation) que sont produites les «coupes» servant de base à la fabrication des lubrifiants.
Après une distillation sous vide, l'opération suivante consiste à éliminer les constituants indésirables des distillats. Cette élimination est réalisée par l'emploi d'un solvant sélectif doué de pouvoir solvant différent à l'égard des différentes familles d'hydrocarbures.
Le solvant utilisé doit présenter une solubilité préférentielle en faveur d'abord des naphténiques et aromatiques, qui constituent ce que l'on appelle «l'extrait». Le solvant laisse sous la forme insoluble le «raffinat» qui se présente comme une huile épurée et enrichie en fraction paraffinique. Pour effectuer cette séparation, le solvant le plus utilisé est le «furfural».
La quatrième phase est intitulée le déparaffinage. Elle consiste en l'abaissement du point d'écoulement de l'huile par élimination des paraffines. Les procédés de déparaffinage modernes emploient des solvants sélectifs qui peuvent dissoudre l'huile et précipiter toute la paraffine. Cette dernière ne devrait pas se constituer en un réseau de cristaux trop serrés pour lui permettre la filtration de l'huile à travers ce réseau.

Enfin, il est procédé au traitement final des huiles pour les amener aux spécifications de couleur, de stabilité thermique et d'odeur recherchées. Ainsi, l'hydrofinissage consiste essentiellement à faire ruisseler l'huile lubrifiante dans une atmosphère d'hydrogène à travers un lit fixe de catalyseur dans des conditions de température comprises entre 250 et 290°C et une pression absolue de 30 bars.
Les principales fonctions d'une huile finie sont de lubrifier les surfaces en mouvement et d'évacuer la chaleur produite par la machine. Le choix d'une huile est alors déterminé par deux critères: la viscosité et les niveaux de performance.
La viscosité est définie comme la résistance qu'oppose un fluide à tout glissement interne de ses molécules les unes par rapport aux autres. La variation de la viscosité en fonction de la température détermine «l'indice de viscosité (VI)». Plus cet indice est élevé, plus l'influence de la température sur les viscosités est minime.
Concernant, les niveaux de performance, les organismes officiels, tels que l'American Petrolum Institue (API), l'armée Américaine Mil-L (Military Lubbricants), le comité des constructeurs du Marché Commun ou des constructeurs tels que Caterpillar et Mercedes, ont élaboré des spécifications pour définir le niveau de performance des huiles finies. Chacune de ces spécifications est un regroupement de plusieurs méthodes d'essai. Chaque méthode a été choisie pour apprécier une ou plu-sieurs qualités spécifiques du produit (propriétés détergentes, pouvoir dispersant, qualité extrême pression, oxy-dation...) en simulant des conditions réelles ou extrêmes d'utilisation.

Généralement, on distingue deux grandes familles d'huiles lubrifiantes: les huiles moteurs et les huiles industrielles. La fabrication de ces familles d'huiles (moteurs et industrielles) se fait de la même façon, sauf que les additifs changent d'une qualité à l'autre. Ainsi, les additifs incorporés dans les huiles moteurs ou industrielles permettent d'améliorer certaines qualités spécifiques. Ils sont introduits en quantités variables allant jusqu'à 30%.
Par ailleurs, la société Lubna, distributrice des huiles lubrifiantes de la Samir, a réalisé d'important investissements pour l'acquisition d'équipements de laboratoire modernes, spectromètre de masse, viscosimètre automatique... Ces moyens permettent de faire un suivi des huiles moteurs ou industrielles en service.
L'analyse se fait immédiatement quelle que soit l'origine de l'huile utilisée. Le contrôle porte généralement sur la viscosité, le point d'éclair, les matières charbonneuses, la teneur en eau ou la teneur en métaux d'usure. Il s'agit, par exemple, de déterminer la quantité de fer. Lorsque celle-ci est anormalement importante, les responsables de la société Lubna conseillent les utilisateurs à vérifier les chemises, les segments, les vilebrequins, les paliers cames ou les poussoirs des moteurs.
Ce suivi fait l'objet d'un fichier informatique par machine et par client.

Leîla TRIKI.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc