Politique Internationale

La plus grosse bactérie au monde vient d'être découverte en Namibie

Par L'Economiste | Edition N°:491 Le 22/04/1999 | Partager

· "La perle de soufre de Namibie" est visible à l'oeil nu et peut atteindre 0,5mm de diamètre

· Elle vit dans des sédiments riches en sulfure d'hydrogène, un gaz toxique pour les animaux


Thiomargarita namibiensis ou "la perle de soufre de Namibie" est le nom d'une "impressionnante" bactérie trouvée par une équipe de biologistes internationale au large de la Namibie. Elle est impressionnante par sa taille, puisqu'elle est cent fois plus grande que les plus grosses bactéries découvertes à ce jour. Elle l'est aussi par le type de son métabolisme, puisqu'elle se nourrit de soufre.
Les scientifiques l'ont découverte dans des sédiments riches en sulfure d'hydrogène, un gaz habituellement toxique pour les animaux.
C'est lors d'une expédition à bord du navire russe «Petr Kossov», le long de la côte namibienne, que les scientifiques du Max Planck Institute for Marine Microbiology (Bremen) ont fait leur étonnante trouvaille. Partis à la recherche de Thioploca, une bactérie sulfato-réductrice d'Amérique du Sud, Heide Schultz et ses collègues ont observé l'existence de cellules sphériques de 0,1 à 0,3 millimètre de diamètre en moyenne (les plus grandes pouvant atteindre 0,5 mm) dans les sédiments du fond marin.
"La réaction de mes collègues a d'abord été négative, car ils n'ont pas cru qu'une bactérie puisse être aussi grosse", remarque Heide Schultz, l'un des scientifiques faisant partie de l'expédition. "Mais je travaille depuis longtemps sur les bactéries exotiques et j'ai tout de suite su qu'il s'agissait d'une sulfato-réductrice", a-t-il ajouté.

En effet, ce procaryote possède la faculté de survivre dans un environnement hostile à toute autre forme de vie: riche en nutriments mais très pauvre en oxygène et surtout hautement sulfuré.
Thiomargarita namibiensis est capable d'emmagasiner les nitrates dans sa vacuole (sorte de petite poche intracellulaire) et le soufre en périphérie pendant une longue période. Elle subvient alors à ses besoins pendant au moins trois mois sans apport extérieur et peut attendre ainsi que les substances nutritives viennent à sa portée.
La vacuole représente à elle seule 98% de son volume. Son rôle: stocker les nitrates nécessaires à l'oxydation des sulfures. Leur concentration peut alors être 10.000 fois plus élevée que celle de l'eau environnante.
Cette bactérie oxyde le sulfure grâce à des nitrates qu'elle extrait de l'eau de mer et qu'elle stocke avant de replonger dans leurs sédiments toxiques.
"Ces caractéristiques et d'autres plus étranges promettent de faire de Thiomargarita namibiensis un sujet d'étude prioritaire dans les années à venir", conclut Heide Schultz".

Abdelaziz MEFTAH
(Cyber Sciences et Info Science)

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc