Affaires

Ingénierie
Novec: Des commandes de 800 millions de DH

Par L'Economiste | Edition N°:3185 Le 06/01/2010 | Partager

. TangerMed II, nouvelle ville de Zenata… parmi les projetsC’EST un nouveau tournant dans l’histoire de l’ingénierie au sein du groupe CDG, marquée par le lancement officiel, le 4 janvier à Rabat, de Novec, filiale du groupe CDG Développement. Novec, mix des termes innovation et écologie, «fait directement référence aux préoccupations de créativité et de développement durable de l’entreprise», affirme son directeur général exécutif, Ahmed Fouad Chraïbi. En tout cas, l’idée de fusion, en gestation depuis 2005 quand CDG Développement est devenue l’actionnaire de référence d’Ingéma, a fait son chemin. La nouvelle entité, née de la fusion des deux bureaux d’études Ingéma et Scet-Scom, s’inscrit dans le cadre des orientations stratégiques de la holding CDG Développement, actionnaire de référence des deux sociétés (cf.www.leconomiste.com, édition du 3/12/2009). Orientations axées notamment sur la mise en place de synergies au sein du groupe. Selon Anas Alami, PDG de Novec (et également du groupe CDG), l’objectif est de «doter le pays d’une ingénierie d’excellence, offrant des services de haut niveau dans les métiers en rapport avec le développement territorial durable, tant à l’intérieur du Royaume qu’à l’international». A noter que le chiffre d’affaires consolidé de Novec s’élève à quelque 250 millions de DH. Alami se dit confiant dans l’avenir de cette filiale d’ingénierie du groupe. En effet, l’entreprise détient un gros carnet de commandes. Des commandes s’élevant à plus de 800 millions de DH, soit l’équivalent de plus de deux années d’activités. L’autre atout de Novec est son implication dans de nombreux grands projets tels que le port TangerMed II, le tronçon autoroutier Berrechid-Béni Mellal, la nouvelle ville de Zenata, le barrage de Martil ou encore le projet de développement de l’arboriculture fruitière prévu à l’échelle nationale. Le nouveau positionnement de l’entreprise, décliné par «une offre polyvalente dans les solutions durables, met en exergue notre expertise multi-métiers, ainsi que nos préoccupations de protection de l’environnement». Il n’empêche que la mission initiale de Novec de hisser l’ingénierie nationale au niveau des standards internationaux est maintenue. D’où le rappel de Alami insistant sur l’engagement de Novec à poursuivre ses échanges avec les bureaux d’études et les partenaires étrangers de renommée internationale.B. T.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc