Culture

Gabriel Banon raconte Arafat au quotidien

Par L'Economiste | Edition N°:3422 Le 13/12/2010 | Partager

. L’ex-conseiller publie un ouvrage sur le combat du raïs palestinien . Témoignage d’une forte amitié entre les deux hommes «Le partage de la mémoire» vient de paraître aux éditions La Croisée des Chemins. Gabriel Banon, qui a été conseiller économique et financier de Feu Yasser Arafat pendant dix ans, y raconte ses années passées auprès du leader palestinien. A cette occasion, l’auteur a animé en présence de son éditeur, Abdelkader Retnani, une séance de présentation du livre jeudi dernier à l’ESIG Casablanca. Les étudiants sont venus nombreux écouter la conférence de l’homme politique. Ce livre, en vente à 90 DH dans les kiosques et librairies, Gabriel Banon l’a dédié à la mémoire de Shirley, celle qui fut son épouse pendant cinquante quatre ans. «Elle fut une épouse attentive, la partenaire de tous les moments, les meilleurs et les plus durs», écrit-il en préambule.Dans l’ouvrage, Banon raconte sa collaboration avec Yasser Arafat et l’amitié solide qu’il a liée avec le président palestinien pendant toutes ces années. Il décrit avec beaucoup de simplicité le rôle qu’il a joué auprès du leader palestinien. Sans tabous, il parle des relations du chef de l’OLP avec l’argent, la riche diaspora palestinienne et le monde arabe. Il décrit aussi la vie de tous les jours d’Arafat. On y lit aussi bien les dessous des négociations de Camp David ou de Taba que des commentaires d’Arafat, pris sur le vif, sur le terrorisme, la corruption ou encore les Juifs et Israël. Natif de Casablanca, dans une famille juive ouverte, Gabriel Banon a grandi dans un climat de paix et de fraternité. Très tôt, il a appris à respecter les autres cultures et les autres religions, en particulier l’Islam. Lors de ses vacances scolaires, il a même fréquenté les bancs de l’école coranique et appris les versets du Coran, à côté des musulmans. Des moments qui vont marquer sa vie future et contribuer à faire de lui un grand défenseur de la paix au Moyen-Orient. «J’ai plaidé et je continue de le faire, pour une coexistence pacifique des deux peuples. Et je lutte sans merci contre la haine, que les extrémistes des deux camps veulent faire perdurer», écrit-il en introduction de son livre. D’après lui, «un jour, la paix viendra, mais elle ne viendra pas par la volonté d’un homme politique, fût-il le président de la plus grande puissance mondiale, mais parce que les deux peuples, unis dans une volonté farouche de paix et de coexistence, l’auront imposée à leurs dirigeants». Licencié en droit, économiste, ingénieur civil, il a développé une double carrière, dans l’industrie et dans la vie publique. Il a occupé le poste de conseiller économique de différents chefs d’Etat, avant d’être appelé, dès le début du processus de paix au Moyen-Orient, auprès du président Arafat (de 1994 à 2004). Il est aujourd’hui, entre autres, le secrétaire général du groupe de travail israélo-palestinien de Caux (Suisse) pour la paix et la réconciliation. Nadia BELKHAYAT

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc