Affaires

Fès se dote d’une école d’ingénieurs

Par L'Economiste | Edition N°:2323 Le 20/07/2006 | Partager

. Objectif: Former des compétences dans les métiers des nouvelles technologies. Une université libre également en projet . Des initiatives du groupe SomagefC’est officiel. L’école polytechnique des nouvelles technologies Technologia, ouvre ses porte en septembre prochain. La cérémonie d’inauguration du nouvel établissement s’est déroulée jeudi dernier en présence des autorités locales et plusieurs opérateurs économiques. C’était aussi l’occasion pour l’Association marocaine de exportateurs (Asmex-Fès) de signer des accords de partenariat avec Technologia, initiative du groupe Somagef. Un groupe qui a à son actif 20 ans d’expérience dans la formation et les nouvelles technologies. «L’objectif est d’assurer la formation de cadres supérieurs en ingénierie et aux nouveaux métiers de management (bac + 5)», souligne Mohamed Aziz Lahlou, président du groupe. Et d’ajouter «qu’il faut associer les opérateurs économiques dans toutes les démarches de formation afin d’aboutir à des profils qui correspondent aux besoins du marché». Le but est d’accompagner ces nouveaux métiers qui émergent (e-commerce, génie informatique, call center) et qui nécessitent de nouvelles compétences. D’emblée, ce projet s’inscrit dans la logique du Technopole de Fès. Ce véritable défi technologique que la région de Fès-Boulemane s’apprête à relever sous l’appellation Fès technovallée, nécessite un vivier en ressources humaines qualifiées. Dans cette optique, le réseau Isaip-Esaip qui regroupe 64 universités à travers le monde et auquel désormais appartient Technologia pourrait être d’un grand apport pour l’inscription de Fès dans le cadre des villes numériques.D’autre part, Lahlou ambitionne de créer prochainement une université pluridisciplinaire privée, intitulée Université libre de Fès (ULF). Cette université sera orientée vers les métiers de l’avenir et ouverte sur le monde socioéconomique. Elle s’étendra sur une superficie de près de 2 hectares et contribuera à la recherche scientifique et à l’innovation technologique qui constituent l’axe central des activités d’une technopole. Pour ce qui est de ses missions, l’ULF développera notamment le e-learning. Ce qui permettra d’offrir aux apprenants des formations à la carte. A noter que le projet a déjà obtenu l’accord de principe des autorités. Ces dernières ont donné leurs instructions pour trouver un terrain adéquat pour cette université qui comprendra notamment une école d’ingénieurs, de management et un institut de tourisme et d’hôtellerie. De notre correspondant,Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc