Régions

Essaouira renforce son réseau électrique

Par | Edition N°:3482 Le 09/03/2011 | Partager
Un programme d’un montant de 280 millions de DH
11.004 foyers bénéficiaires

Actuellement, le taux de raccordement des populations de la province d’Essaouira au réseau électrique est de 88%, ce qui est encore bien inférieur à la moyenne régionale (93%) et nationale (97%)

PASSER d’un taux de raccordement au réseau électrique de 88% à 98%. C’est l’objectif principal que se donne l’Office national de l’électricité (ONE) d’ici 2012 concernant la province d’Essaouira. Il est, en effet, grand temps que l’ensemble de la population majoritairement rurale de cette province puisse bénéficier de ce minimum d’infrastructure de base. Avec ses 88% actuels de population raccordée, Essaouira se situe malheureusement bien en dessous de la moyenne régionale (93%) et de la moyenne nationale (97%).
Un programme urgent donc… mais pas si facile à mener. L’ONE souligne les difficultés de sa tâche. Difficultés liées notamment au caractère rural de la province d’abord, mais aussi à la forte croissance des projets touristiques. «Ces projets sont généralement de grande envergure et ont donc des besoins importants en puissance et en infrastructure. De plus, il s’agit d’une clientèle de marque qui nécessite une alimentation fiable et continue», souligne-t-on à l’ONE. Autre contrainte, la vocation touristique même d’Essaouira. «Les gens sont mécontents lorsque l’on creuse et les commerçants se plaignent des nuisances liées aux travaux. Nous essayons donc de ne pas travailler durant la période estivale», explique l’Office. A cela il faut encore ajouter qu’Essaouira étant une ville pratiquement bâtie sur le sable, «dès que l’on creuse, on tombe sur l’eau. On est donc obligés de pomper l’eau pour faire passer les fils», poursuit-on.
Mais, malgré ces difficultés, l’Office a élaboré quand même un plan d’action ambitieux, dont les premiers travaux ont déjà été entamés. L’enveloppe globale nécessaire s’élève à 280 millions de DH et le programme va bénéficier à 11.004 foyers. Il comprend plusieurs axes, dont celui du développement du «réseau très haute tension et haute tension» de la province. L’objectif principal est ici de renforcer la sécurité de l’alimentation en électricité dans la région. Concrètement, deux nouvelles lignes vont être mises en place: la première de 225 kv entre Bouguedra et Essaouira et la seconde de 60 kv entre Cap Sim et Ghazoua. Leur mise en service est prévue au cours de cette année. Second axe, le développement de nouveaux postes sources et le renforcement de la puissance installée aux postes existants, en vue d’accompagner l’évolution de la demande liée aux projets touristiques et d’assurer la continuité de l’alimentation des clients. L’augmentation de la puissance du transformateur du poste d’Ounagha (de 15 à 20 MVA) est prévue, tout comme la construction de trois nouveaux postes à Ounagha, Ghazoua et Smimou. «Les deux premiers postes seront opérationnels en 2011. Quant au poste de Smimou, il devra voir le jour d’ici à 2013», précise l’ONE.
La troisième étape du programme se focalise sur le «réseau moyenne et basse tension» qui va être restructuré et renforcé. Ceci en vue «d’améliorer la qualité d’alimentation des clients et de satisfaire d’éventuelles nouvelles demandes» (notamment la construction de nouveaux lotissements). Concernant la ville d’Essaouira, le réseau va passer de 5,5 kv à 22 Kv et un troisième et un quatrième départ de 22 kv vont être créés. Au niveau de la province, deux nouvelles lignes moyenne tension vont être créées, entre Ounagha et Kourimat et entre Ghazoua et Tamanar.
Dernier axe, celui du renforcement du «réseau basse tension». Dans la ville d’Essaouira, il s’agit notamment d’aménager un réseau de ce type au quartier industriel et à Skala. A Tamanar et à Talmest, le réseau basse tension va également être aménagé et renforcé.


Un parc éolien de 200 GWh


LES éoliennes font désormais partie du paysage de la ville d’Essaouira. Amogdoul, le parc éolien d’Essaouira situé sur Cap Sim a vu le jour en avril 2007.
Actuellement, il contribue au rayonnement international de la «cité des vents» et lui permet de se positionner dans le secteur des énergies renouvelables. Rappelons que le parc éolien fait partie du programme «Initiative 1.000 MW». Réalisé par la société espagnole Gamesa, il permet une productibilité annuelle moyenne de 200 GWh et contribue à hauteur de 2,5% à la satisfaction de la demande nationale. Mis en service début 2009, le parc contribue à la réduction du gaz à effet de serre de l’ordre de 150.000 tonnes de dioxyde de carbone.


De notre correspondante,
Marie-Noëlle RASSON

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc