Dossiers

Emploi et Carrière
Le DRH de la semaine
Mohammed Bouhaddioui du Crédit Populaire du Maroc

Par | Edition N°:3433 Le 28/12/2010 | Partager

Chaque semaine, L’Economiste rencontre des DRH issus de divers secteurs. L’objectif de cet exercice est d’approcher la stratégie de l’entreprise du point de vue recrutement, formation, gestion des carrières...Composé des organismes du Crédit Populaire du Maroc (Banque Centrale Populaire & 10 Banques Populaires Régionales), de filiales spécialisées ainsi que de trois fondations reconnues d’utilité publique, le groupe Banque Populaire se positionne en tant que leader dans l’intermédiation bancaire. L’enseigne détient une part de 27,5% en dépôt et plus de 23% en crédits à l’économie. Quant à ses fonds propres consolidés, ils se situent à 26 milliards de dirhams (à fin juin 2010). Le groupe dispose d’un large réseau bancaire de 950 agences (hors réseau à l’international). - L’Economiste: Quels sont les axes stratégiques de votre politique RH?- Mohammed Bouhaddioui: Notre politique de ressources humaines découle des objectifs stratégiques de notre institution et constitue l’un des principaux leviers de l’amélioration de nos performances. Elle s’appuie sur les axes stratégiques suivants: la gestion prospective des ressources humaines et le développement des compétences, la formation, la communication interne, la politique sociale de proximité et le dialogue social. Il s’agit pour nous, d’apporter les réponses les plus adaptées aux besoins en compétences, en tenant compte du plan marketing stratégique et des projets structurants de notre institution à court et à moyen termes. Nous y associons des plans individuels de formation que nous concevons soit en interne avec des experts-métiers, soit en externe en partenariat avec des opérateurs de formation nationaux et étrangers. En matière de communication interne, nous mettons l’accent sur l’amélioration de la qualité des supports utilisés. Nous utilisons, à cet effet, les nouvelles technologies de l’information, comme l’intranet R.H. Quant à notre politique sociale, motif de fierté de notre personnel, elle vise aussi bien le personnel actif que retraité, ainsi que leurs familles. Pour ce volet, nous accordons la priorité à la consolidation des acquis sociaux, notamment dans des domaines qui préoccupent l’avenir de nos collaborateurs. Nous continuons par ailleurs, à renforcer notre engagement dans le domaine de la prévention médicale et du soutien à nos retraités dans leurs relations avec les organismes sociaux. - Quels profils et formations de jeunes diplômés cherchez-vous actuellement?- La nouvelle organisation par marché de notre banque (particuliers, professionnels, entreprises, gestion de patrimoine, bancassurance, activités support etc…) offre un éventail très large de métiers. Les diplômes les plus recherchés et les niveaux requis dépendent essentiellement des emplois cibles. Pour ceux du front-office par exemple, ce sont principalement des diplômés bac+2 et bac+4, de formation économique ou de gestion commerciale. Quant à ceux du middle et back offices, nous demandons plutôt des profils pointus. Ce sont généralement des universitaires issus de filières spécialisées dans l’une des activités de la banque, ou des ingénieurs et des lauréats des Grandes écoles, avec un minimum d’expérience professionnelle requis.- Quel recrutement en 2010?- Nous tenons à préciser à cet égard, que le groupe Banque Populaire est l’un des organismes les plus importants en matière de recrutement sur le plan national. A titre indicatif, nous avons enregistré sur les cinq dernières années une moyenne annuelle qui dépasse les 600 recrutements, en vue de répondre notamment au plan de développement de notre réseau commercial et au renouvellement de nos effectifs. - En quoi consistent vos plans de formation?- La formation reste un choix stratégique au sein de la Banque, pour accroître les compétences et l’adaptabilité des employés aux mutations de l’environnement financier et économique. Nous investissons largement et continuellement dans ce créneau, considéré comme un élément essentiel de la gestion des compétences et de la promotion des agents. La formation représente effectivement plus de 3% de la masse salariale, ce qui nous positionne au niveau des standards internationaux. En 2010, notre groupe a réalisé 3.625 actions de formation, totalisant 53.215 J /H formation, soit en moyenne 10 actions / jour.Notre plan de formation permet de lier en permanence nos compétences avec les projets stratégiques de notre institution, d’anticiper l’évolution des métiers et des connaissances dans notre secteur, d’améliorer l’employabilité et de répondre aux attentes de notre personnel.- Quels sont vos axes de fidélisation du personnel?- La fidélisation du personnel constitue pour nous une préoccupation essentielle dans la gestion de notre capital humain. Il s’agit pour nous de veiller sur la stabilisation et la pérennisation de nos effectifs. Dans cette logique, nous disposons de plusieurs leviers, tels que la reconnaissance du mérite et la valorisation des performances individuelles et collectives, le déploiement d’une politique de développement de compétences de haut niveau et la mise en place d’une politique de développement social performante. Aussi, nous avons mis en œuvre une politique de rémunération équitable et motivante, qui tient compte aussi bien de l’environnement interne et externe que de la rémunération différée.Autre avantage, l’existence d’opportunités concrètes et permanentes d’évolution des carrières et ce, compte tenu du plan de développement de notre groupe, tant sur le plan national qu’international. - Vous êtes engagés dans la responsabilité sociale, quel est le degré de votre implication sur le plan RH?- Nos engagements dans ce volet sont extrêmement forts et diversifiés et se manifestent par la recherche permanente de l’équilibre entre droits et obligations de notre personnel. Et ce à travers, le statut du personnel des banques populaires et le règlement intérieur. Les règles du jeu sont clarifiées, notamment en matière de gestion des carrières, qui fait mention au droit à la formation, à la promotion et aux avantages sociaux. Certains d’entre eux sont encore uniques sur la place, tels que la gestion de la retraite, les couvertures sociales et médicales, la médecine préventive, l’accès aux centres de vacances, ou encore les colonies de vacances et les diverses aides sociales…Par ailleurs, la mise en place d’organes paritaires de gouvernance sociale, spécifiques à notre groupe, a pour objectif, la protection et la veille sur le respect des droits et obligations de nos ressources humaines.- Vous avez signé une convention de partenariat avec l’Iscae et l’université Hassan II de Mohammedia, ou en êtes-vous?- Au cours des dernières années, notre groupe a mis en place une politique de rapprochement avec les Grandes écoles et certaines universités marocaines. Cette politique a été renforcée par la création de CPM Academy, une nouvelle structure interne dédiée à la formation des hauts profils et au suivi des programmes de relève pour les postes de responsabilité. C’est ainsi que le partenariat conclu avec l’Iscae va permettre à la Banque de développer les compétences de ses collaborateurs, en mettant à contribution le savoir-faire et l’expertise pédagogiques de cet institut de renommée. La première action lancée dans ce cadre a porté sur une formation diplômante spécifique aux « marchés financiers» qui a démarré récemment et qui sera suivie d’autres types de formation.Quant à notre partenariat avec l’Université Hassan II de Mohammedia-Casablanca, il porte sur un nouveau mode d’identification, de suivi et de recrutement de jeunes lauréats des licences professionnelles délivrées par cette université. En effet, la Banque va apporter son expertise et sa connaissance du domaine bancaire pour former ces étudiants, en vue de faciliter leur insertion professionnelle.


Parcours

Mohammed Bouhaddioui occupe le poste de directeur général adjoint en charge du pôle Ressources Humaines au Crédit Populaire du Maroc depuis 2009. Il a démarré sa carrière au sein du groupe en tant qu’organisateur. Titulaire d’un doctorat en économie publique complétée par un DESS en gestion de projets et de formations en gestion des ressources humaines (GRH) et système d’information ressources humaines (SIRH), il a été nommé responsable de la gestion administrative et sociale du personnel au CPM depuis 1992.Propos recueillispar Intissar Benchekroun

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc