Dossiers

Emploi et Carrière
Cadeaux d’entreprises: Tout est bon à offrir, mais…

Par | Edition N°:3433 Le 28/12/2010 | Partager

. La créativité et l’originalité font la différence. Chocolat, appareils high-tech, objet d’art... les tendances. Un marché encore sous l’effet de la criseACCESSOIRES de bureaux, boîtes de chocolat, objets publicitaires, paniers garnis… sont autant de cadeaux d’affaires que les entreprises offrent spécialement pendant les fêtes de fin d’année à leurs clients et partenaires. Les responsables marketing et communication estiment que le cadeau de fin d’année a une influence indirecte sur les destinataires, il marque positivement leur esprit et permet de personnaliser la relation de l’entreprise avec eux. «L’entreprise offre un cadeau afin de fidéliser ses clients, entretenir l’image de marque ou encore faire plaisir à ses partenaires », affirme Laila Idrissi de Hadia Pub, agence spécialisée dans la publicité par l’objet. À en croire les PME spécialisées dans les cadeaux d’affaires, le marché est toujours en baisse par rapport aux années précédentes, précisément avant la crise. Les budgets affectés à cette opération, varient selon la taille de l’organisation, son chiffre d’affaires et sa politique marketing. Certaines entreprises peuvent affecter jusqu’à 10% de leur budget global de communication aux cadeaux de fin d’année. D’autres, préfèrent se contenter d’envoyer des cartes de vœux. Sur le plan fiscal, ces «petits gestes» ne peuvent être comptabilisés comme étant une charge qu’à hauteur de 100 dirhams pour l’unité, sous condition de porter le logo de l’entreprise. Au-delà, c’est une libéralité et donc une charge non déductible fiscalement, et c’est à l’entreprise de trancher… une restriction qui n’est jamais respectée. Les montants affectés aux articles cadeaux dépassent largement ce seuil. La reprise ne se dessine pas encore, cependant, la demande existe. Les entreprises sont actuellement confrontées à un dilemme. Elles sont obligées de garder l’attention des clients et prospects avec des opérations de récompense et de motivation, tout en tenant compte de restrictions budgétaires drastiques.Ce marché demande de la créativité et de l’innovation. Il s’agit de choisir des recettes originales, des marques de renom ou des produits qui se distinguent par leur originalité. Ainsi, les entreprises procèdent à la sélection des bénéficiaires, suivant des critères qui peuvent varier selon l’importance du chiffre d’affaires, la catégorie socioprofessionnelle, l’ancienneté et la fidélité, etc.Un large éventail d’objets publicitaires est proposé aux grandes entreprises, PME et cabinets spécialisés. En tête d’affiche, les secteurs bancaires, des assurances, l’industrie pharmaceutique, les médias… Bref toutes structures se nourrissant du relationnel. Pour cette compagne, les chocolats, agendas, objets d’art, appareils high-tech et articles de maroquinerie, figurent parmi les cadeaux incontournables. Tout est bon à offrir, mais la tendance se dirige plutôt vers des cadeaux à la fois originaux et utiles. Devant un large choix, le chocolat et ses nombreuses saveurs restent une valeur sûre au moment d’envoyer un cadeau à ses clients les plus fidèles. À cette période de l’année, les chocolatiers se trouvent noyés sous les commandes. Ces entreprises réalisent environ 50% de leur chiffre d’affaires sur le créneau des cadeaux d’entreprises. «D’ailleurs, c’est le secteur qui a été le moins touché par la crise. Les entreprises ont plus tendance à offrir des chocolats que d’autres cadeaux qui coûtent plus cher», affirme Nadia Alami directrice générale du chocolatier la Dragée d’Or. Même si le chocolat reste un cadeau classique, son originalité réside dans la manière avec laquelle il est présenté. Qu’il s’agisse d’une petite boite décorée, d’un coffret habillé ou d’un assortiment avec support raffiné, la fourchette de prix présente de grands écarts. Elle peut varier de 200 à 5.000 dirhams pour le pallier. Ceci est notamment valable pour les confiseries qui ont vu leur activité se développer pendant les dernières années. Avec une fourchette de prix variant de 150 à 2.000 dirhams, les entreprises offrent de plus en plus des assortiments de fruits secs caramélisés, des variétés de nougats et de confiseries, des ballotins de truffes ou de dragées… Des friandises qui font plaisir ! «La décoration et l’emballage sont personnalisés en fonction du besoin du client», explique Nabil Ayouche propriétaire de Dar Al Fakia. Grands classiques, les parures de bureau en acier, velours, cuir ou encore en bois, à leur tour, sont offertes aux dirigeants et clients VIP. «Nous avons une parure de stylos haut de gamme, contenant un stylo à plume et à bille de 24 carats plaqués or. Mais dans la plupart des cas, le client commande un modèle unique qui a beaucoup plus de valeur qu’un produit catalogué dans une gamme», affirme Omar Guessous, directeur marketing d’INCR, société de distribution et commercialisation de fournitures de bureau et gadgets publicitaires. Dans ce domaine aussi, l’inventivité est demandée. Les entreprises n’aiment pas l’impression du déjà vu. D’autres cadeaux de luxe permettent de valoriser l’image de l’entreprise auprès des « grands » clients. Dans ce cas, ce n’est plus une affaire de direction marketing. Mais celle du décideur qui s’occupe personnellement d’offrir des articles choisis sur mesure. Un responsable aura par exemple droit à un article de maroquinerie de luxe, une montre de marque, ou encore un appareil high-tech à grande valeur ajoutée. Par ailleurs, le stylo, l’agenda et le calendrier, restent les produits les plus prisés par le client, qui est souvent tenté de prendre toute la gamme, incluant les portes clefs, les clefs USB, les pin’s et les briquets personnalisés.


L’art et l’artisanat gagnent du terrain

DANS le but d’utiliser un marquage discret, les entreprises pensent offrir des œuvres d’art et des objets d’artisanat. Séduisant, ce type de produit se retrouve souvent confronté à un écueil de taille: Il est cher et peut dépasser 20.000 dirhams pour l’article (port et emballage inclus). Bien évidemment, tous les clients ne sont pas concernés. Il peut s’agir de mallette échiquier, des accessoires cigares, des bougeoirs ou encore des coffrets en bois. L’artisanat gagne en valeur d’une année à l’autre. Les toiles de peinture et les livres d’art sont aussi concernés. «Pour cette année, nous avons proposé des coffrets toilés contenant deux à trois gravures signés par des artistes de renommés, des textes de littérature et des petites cartes de vœux. Nous avons remarqué un engouement de la part des entreprises envers ce type de produit», affirme Asmae Lahkim Bennani d’Estamp Art Gallery.Intissar BENCHEKROUN

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc