Entreprises

Digital Maroc se connecte aux centres de compétences européens

Par | Edition N°:50 Le 22/10/1992 | Partager


Digital Maroc se structure pour accroître sa présence au Maroc. La filiale qui existe depuis un an proposera des solutions en synergie avec des unités européennes de la maison mère.


DEJA implantée dans plus de 95 pays, Digital, le deuxième géant américain après IBM, est favorablement étonnée de l'accroissement de ses ventes au Maroc après seulement une année d'existence: +20%, la société possédait des distributeurs avant sa création.
Mais Digital veut faire mieux. Non seulement elle souhaite réaliser un objectif supérieur, aux alentours de 25% (ce qui serait en soi un exploit vu la morosité des autres marchés dans le monde), mais l'entreprise veut également atteindre un objectif qualitatif. Il s'agira de relier plus efficacement la filiale marocaine au reste du monde, notamment à CDG Paris, la filiale française.

Centres de compétences


Pour cela, Digital a nommé un nouveau directeur général, rompu aux stratégies commerciales (il avait «ouvert» la filiale turque), et dont les efforts iront dans trois sens.
Tout d'abord, le nouveau directeur souhaite renforcer les équipes locales. Quatre ingénieurs devront bientôt être recrutés. Il s'agira de suivre les besoins «clientèle», aussi bien pour tous les produits vendus cette année que pour les marchés où la société compte augmenter sa part. Le capital sera d'ailleurs augmenté de plus de 100%. Il passera à 10 millions de Dirhams. Le deuxième axe de la nouvelle stratégie concerne les secteurs qui seront privilégiés. Les télécommunications, pour lesquelles Digital possède des compétences particulières.
Le projet réalisé à Chypre a utilisé les compétences du centre de Valbonne près de Nice. Le secteur bancaire intéresse également la multinationale. On pourrait citer à titre d'exemple le marché informatique de la BNDE. La multinationale est leader mondial dans l'informatique de réseaux.
Le secteur public fait aussi partie des priorités de la société informatique. Les nombreuses administrations, le Ministère de l'Education Nationale, avec les facultés des sciences et le domaine de la recherche scientifique sont des domaines où la multinationale a également une position de leader.

Une part de marché de 10%


Plusieurs universités américaines sont équipées de matériel Digital (M.I.T par exemple). Le quatrième secteur pour lequel la société informatique compte déployer ses efforts est celui des PME-PMI. Digital, dans ce domaine, a l'intention de conclure des accords de partenariat avec des entreprises locales pour la mise au point de projets communs. Déjà certains contacts ont été pris.
Le troisième axe commercial a trait, quant à lui, à un choix beaucoup plus global et dont la décision revient directement au siège américain. Jean-Claude Vallet, le nouveau Directeur Général, a pour mission d'intégrer la filiale marocaine au reste du groupe Digital.
Les terminaux déjà installés à Casablanca, par exemple, permettront aux ingénieurs marocains d'être en contact avec leurs collègues «digitaux» partout ailleurs. Dans le monde, d'autres informaticiens les aideront à résoudre leurs problèmes. Pour des projets plus importants, la filiale casablancaise pourra utiliser les moyens gigantesques dont savent si bien se doter les multinationales. A travers toute l'Europe, Digital possède des centres de compétences spécialisés.
La proximité française aidant, la spécialisation des programmateurs, le ratio ingénieur élevé, sont autants d'atouts à faire valoir lorsqu'il s'agit de décrocher de gros marchés. «Le centre de compétences» de Nice rassemble près de 800 personnes. Celui de Bruxelles peut également être utilisé même si dans l'organigramme, Digital Maroc dépend de la filiale française qui, elle même, dépend de Genève.
Cette intégration (la connexion aux centres de compétences) à l'intérieur du groupe, s'exprime également dans des objectifs chiffrés. «La part du marché au Maroc devra égaler la part de marché que Digital possède dans le monde entre 9 et 10%», poursuit le Directeur Général. Ailleurs, la mutinationale accroît sa présence, diversifie ses gammes de produits et multiplie ses alliances.
Dans les micros, par exemple, elle s'allie à Tandy aux Etats-Unis, à Olivetti en Europe et en Asie. A Taiwan, elle est en train de transformer une usine pour la construction d'ordinateurs.

Hounaïne HAMIANI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc