Accueil

L'économiste, le premier quotidien économique au Maroc

samedi 23 août 2014,
En cours de chargement ...
Votre newsletter

Compte à rebours pour Rabat parking

   
. La commune affine le nouveau cahier des charges. Il sera adopté en session extraordinaire avant octobre
A partir du 15 octobre prochain, les actionnaires espagnoles dans la société Rabat parking devraient céder leur place à la Compagnie générale des parkings (CG Park), filiale de la Caisse de dépôt et de gestion (CDG). Cela, suite à la décision de la ville de mettre fin au contrat de concession de ses parkings de stationnement payants octroyé depuis 1997 à cette société. Il faut donc préparer le cadre juridique et les dispositions administratives pour la création et le fonctionnement de la nouvelle entité. La forme de cette dernière sera une société de développement local (SDL) dont la commune détiendra 51% de son capital et le reste revient à CG Park. Les deux partenaires devraient aussi activer la transformation juridique et la restructuration de son capital. Le premier travail à effectuer est l’adoption d’un cahier des charges par le Conseil de la ville. Une première mouture a été examinée lors de la dernière session de juillet. Son contenu a soulevé la critique des élus de l’opposition (PAM et MP), notamment sur deux points essentiels. Le premier concerne le maintien de l’utilisation du sabot comme moyen de sanction contre les personnes ne payant pas leurs tickets de stationnement. Cependant, le nouveau cahier des charges a apporté quelques dispositions pour atténuer cette sanction. A titre d’exemple, le montant de l’amende proposé est de 30 DH contre 40 DH auparavant. L’extension de l’utilisation des horodateurs à d’autres quartiers de la capitale a été également pointée par les élus de l’opposition. «Le système de paiement doit être limité uniquement au niveau des zones à forte activité commerciale», conteste un conseiller de l’opposition. Ces mises au point ont poussé le bureau du Conseil de la ville à revoir sa copie. Pour le problème du sabot, Fathallah Oualalou, maire de la capitale, invite les élus à réfléchir à un autre moyen permettant de recouvrir l’amende sans procéder à l’immobilisation du véhicule du contrevenant. Quant à la question d’extension des horodateurs, le maire a renvoyé la balle aux arrondissements pour proposer la liste des quartiers à couvrir par le système de paiement des parkings. «Le cahier des charges révisé devrait être soumis à l’approbation du Conseil de la ville lors d’une session extraordinaire à tenir avant la date fatidique du 14 octobre prochain», précise un vice-président du maire. Cela pour permettre de signer la convention avec le nouvel actionnaire CG Park. Ce dernier mènerait actuellement des négociations pour l’achat des parts des actionnaires espagnols sortants qui détiennent 61% du capital de Rabat parking, le reste revenant à la commune. Après cette opération, il faut passer à la création d’une SDL avec restructuration du capital pour que la part de la ville puisse passer à 51% contre 39% actuellement. Selon une source proche du dossier, on apprend que la valeur actuelle de la société Rabat parking est estimée à 30 millions de DH alors que son capital lors de sa création en 1977 a été de 20 millions de DH.
Fiche technique

Le parc géré par Rabat parking est composé de 2.928 places dont 448 se trouvent au parking souterrain de Mamounia. Le nombre de parcmètres s’élève à 95, implantés dans quatre zones toutes situées dans l’arrondissement de Hassan. Quant au nouveau partenaire CG Park, il gère et exploite, depuis 2008, deux parkings souterrains dans la capitale. Le premier à Hay Ryad d’une capacité de 615 places et l’autre, de 285 places, situé à Hassan. Nour Eddine EL AISSI