fermer
Accueil

L'économiste, le premier quotidien économique au Maroc

lundi 01 septembre 2014,
En cours de chargement ...
Votre newsletter

Casablanca: Les détails des nouveaux plans d’aménagement
Les immeubles du boulevard Mohammed VI passeront de R+4 à R+6
Sidi Othmane: Un grand jardin public à l’emplacement actuel des sites des ferrailleurs
Les plans de Moulay R’chid, Sebata et Ben M’sik sont prêts

   
Casablanca: Les détails des nouveaux plans d’aménagement
Source: Agence urbaine de Casablanca Les limites géographiques des arrondissements de Sidi Othmane et Moulay R’chid, telles qu’elles ont été fixées par les nouveaux plans d’aménagement. Les superficies totales passent à 817 ha pour Sidi Othmane et à 1.073 ha pour Moulay R’chid au lieu de 1.337 ha pour les deux secteurs auparavant

L’Agence urbaine de Casablanca veut rattraper son retard. Après Hay Hassani (voir L’Economiste du 3 janvier 2011), c’est au tour de quatre autres plans d’aménagement d’être dévoilés. Il s’agit de ceux de Moulay R’chid, Sidi Othmane, Ben M’sik et Sebata. Des extensions urbaines et des projets importants sont ainsi prévus par les nouveaux documents d’urbanisme.
Bien que l’Agence urbaine ait déjà achevé l’étude de ces plans, leurs esquisses sont à présent provisoires et ne peuvent être rendues publiques. Toutefois, elles le seront dans quelques semaines seulement. Les plans, comprenant le détail des zonages, ont été soumis au Comité local technique (réunissant les administrations concernées, notamment les ministères de la Culture, de la Santé, de l’Enseignement, etc.). Ce dernier avait, en effet, 15 jours pour fournir son avis par rapport aux prévisions des nouveaux documents. A l’heure actuelle, l’Agence urbaine est en train de les rectifier en fonction des besoins et des remarques du comité. Après les ajustements, l’Agence devrait les déposer auprès du président du Conseil de la ville, Mohamed Sajid, qui ouvrira l’enquête publique. «A ce moment, les plans pourront être publiés pour recueillir l’avis des citoyens et des conseils communaux», indique-t-on auprès de l’Agence urbaine de Casablanca.
Désormais, l’arrondissement de Sidi Othmane sera limité au nord par l’autoroute urbaine, à l’est par le boulevard Akkid Al-Allam, à l’ouest par l’avenue Al Joulane et au sud par la rocade autoroutière, tel qu’il a été fixé par le nouveau plan d’aménagement. Sa superficie sera fixée à 817 ha. A noter que l’ancien plan de 1989 regroupait les deux arrondissements de Sidi Othmane et Moulay R’chid qui totalisaient une superficie de 1.337 ha. Chaque arrondissement aura ainsi son plan. L’Agence urbaine a gagné des hectares supplémentaires sur les zones périphériques rurales. «Il s’agit de renforcer les centralités urbaines existantes et de créer ainsi un quartier administratif», précise un responsable de l’Agence urbaine. A noter que le taux de réalisation des équipements publics prévus par l’ancien plan d’aménagement n’a atteint aujourd’hui que 52%. La population actuelle de l’arrondissement de Sidi Othmane est de 212.680 habitants. Les nouvelles prévisions estiment atteindre une population de 289.489 habitants d’ici 2020, soit une densité de 354 habitants par hectare. Outre la construction de nouveaux équipements publics et la revalorisation des espaces publics (jardins, places, placettes, terrains de sport…), le nouveau plan prévoit la requalification de la zone d’activité économique «El Hantate» et la création d’une zone d’activité commerciale et tertiaire. Par ailleurs, un grand jardin public sera aménagé à l’emplacement actuel des sites des ferrailleurs. S’y ajoutent l’aménagement et la revalorisation de la bande verte longeant l’autoroute urbaine.
Concernant l’arrondissement de Moulay R’chid, dont la superficie sera de 1.073 ha, il sera limité au nord par l’autoroute urbaine, à l’est par le boulevard Oqba Bnou Nafii, à l’ouest par l’avenue Akkid Al-Allam et au sud par la rocade. La population devrait passer de 219.800 habitants en 2010 à 315.600 en 2020. Le nouveau plan prévoit ainsi l’aménagement d’un grand espace vert de 20 ha à l’emplacement de la carrière, en plus d’un grand parc sur des terrains en partie traversé par des lignes électriques de haute tension. Les nouvelles prévisions visent également la restructuration de l’habitat non réglementaire, la création d’une zone d’activité économique dédiée à des activités tertiaires et commerciales ainsi que la restructuration et la mise à niveau des zones d’activités informelles. L’université de Moulay R’chid sera étendue et de nouvelles zones résidentielles seront aussi créées.
Quant au plan d’aménagement de Sebata, il fera, à n’en point douter, le bonheur de certains propriétaires de terrains, notamment ceux situés sur le boulevard Mohammed VI. A ce niveau, la hauteur des immeubles passera de R+4 à R+6. Entre le boulevard El Harti et le boulevard Makdad El Harizi, les habitants bénéficieront de R+2 au lieu de R+1.
Le plan d’aménagement de Mansouria est aussi bien avancé. Il a été soumis au Comité technique local présidé par le gouverneur de la préfecture concernée. Dans une semaine seulement, l’Agence urbaine devrait recevoir l’avis des différentes administrations publiques.

 

Bientôt l’enquête publique


LES propriétaires de terrains situés dans les arrondissements de Moulay R’chid, Sidi Othmane, Sebata et Ben M’sik doivent rester vigilants, notamment durant les prochains jours. L’enquête publique, qui leur permettra de fournir leurs suggestions ou doléances par rapport aux prévisions des nouveaux plans d’aménagement, sera ouverte dans quelques semaines seulement. Elle durera 30 jours, selon les dispositions de la loi 12-90 relative à l’urbanisme. Aujourd’hui, l’Agence urbaine modifie les documents en fonction des remarques qui lui ont été établies par les administrations publiques. Ainsi, une fois l’enquête ouverte, un registre sera mis à la disposition des citoyens à Dar Al Khadamat et aux arrondissements concernés afin qu’ils apportent leurs observations. Les nouveaux plans feront le bonheur mais aussi le malheur des propriétaires qui devraient s’attendre à ce que leurs terrains soient «inconstructibles», puisqu’ils pourraient être destinés à abriter des espaces verts ou des équipements publics.


Bouchra SABIB