fermer
Accueil

L'économiste, le premier quotidien économique au Maroc

mardi 29 juillet 2014,
En cours de chargement ...
Votre journal aujourd´hui

Casablanca: Le détail des projets Lydec

   
. Trois stations d’épuration des eaux usées au programme. 1,4 milliard de DH pour l’intercepteur est de Casablanca
C’est à coup de millions, voire de quelques milliards de dirhams que Casablanca comblera le manque d’infrastructures en ouvrages d’assainissement, d’eau et d’électricité. Lydec a mis en place un programme qui a démarré en 2007 et s’étendra jusqu’en 2027. Au total, un montant d’investissement de 16,12 milliards de dirhams est prévu sur la période 2007-2027. Et 53% des investissements devraient être réalisés entre 2010 et 2015. Lutte contre les inondations et la pollution des côtes, renforcement et sécurisation de l’alimentation en eau et en électricité, infrastructures et projets d’extension des réseaux… la liste est importante. Et chaque projet nécessitera au préalable l’accord des élus. Ce qui promet des débats houleux au sein du Conseil de la ville. . Eau potable
Afin de faire face à la demande croissante en eau potable, de sécuriser l’alimentation en eau et de renforcer celle des zones d’extension, la Lydec est sur un projet de création de 8 nouveaux réservoirs d’eau d’une capacité supplémentaire de 100.000 m3. La capacité à fin 2009 est équivalente à 620.000 m3. Ce projet nécessitera 138 millions de dirhams et sera réalisé entre 2010 et 2025. Ces réservoirs seront localisés à Mansouria (10.000 m3), Beni Yakhlef (5.000 m3), Beni M’ghit (10.000 m3), Tit Mellil (15.000 m3), Merchich (20.000 m3), Bouskoura (15.000 m3), Dar Bouazza est (5.000 m3) et Dar Bouazza côtier (20.000 m3).

Assainissement Sur ce volet, les projets prévus ont pour objectif d’augmenter le taux de raccordement au réseau de collecte des eaux usées et la lutte contre la pollution. L’entreprise cherche aussi à limiter les apports pluviaux vers le réseau de Casablanca. A cet effet, il est prévu de mettre en place trois stations d’épuration (Step) à Mansouria, Nouaceur et Médiouna. Cette dernière consiste en la construction d’une station d’épuration des eaux usées avec réutilisation des eaux traitées. L’objectif étant de protéger l’oued Hassar. De plus, cette step offrira la possibilité de réutilisation des eaux traitées en agriculture. Cette station, qui sera la première du genre en Afrique du Nord, utilisera de la technologie membranaire. D’un investissement de 141 millions de dirhams, le coût du terrain de 3,5 hectares non compris, cette step sera financée par le Fonds de travaux (82,5 millions de dirhams) et par la Lydec. Les travaux ont démarré en mars dernier et devront prendre fin dans un délai de 24 mois.

Intercepteur est de Casablanca Lancé avec la wilaya du Grand Casablanca, ce projet contribuera à améliorer la qualité du littoral sur l’axe allant de Casa-Port à Mohammédia jusqu’à Mansouria.Composé de plusieurs collecteurs, de stations de pompage, d’une station de pré-traitement et d’un émissaire marin sur 2,2 km à Sidi Bernoussi, le projet permettra d’assurer un traitement préliminaire des eaux usées en provenance de la zone est de Casablanca avant de les rejeter en mer. Cet intercepteur contribuera à préserver les plages de cette zone et qui s’étalent sur près de 22 km. Le démarrage des travaux est prévu pour le premier trimestre 2011 le temps que les études en phase finale soient bouclées ainsi que les dossiers de consultation des appels d’offres. Ce projet, qui devrait être opérationnel avant fin 2014, nécessitera près de 1,4 milliard de dirhams.

Projet super collecteur ouest (oued Bouskoura) Son objectif est de protéger Casablanca du risque de crues de l’oued Bouskoura et de renforcer l’assainissement pluvial. Le super collecteur ouest (SCO) a pour objectif de redonner un exutoire en mer à l’oued Bouskoura dont l’issue a été obstruée par l’urbanisation galopante. Ce projet vise aussi à renforcer l’infrastructure d’assainissement pluvial de la zone ouest de Casablanca (secteurs Ferrara, Oulfa, Hay Hassani…) qui connaît une forte urbanisation. Sa mise en place permettra aussi l’ouverture à l’urbanisation de tous les secteurs de la zone sud-ouest du Grand Casablanca sans risque d’inondation. Ce projet qui a fait l’objet d’un appel d’offres en 2008 a été reporté au profit du projet anti-pollution de la zone est. Etant donné son importance, les autorités de la ville ont sollicité une participation de l’Etat à son financement évalué à 1,3 milliard de dirhams. D’une longueur de 7 km et de 40 mètres de profondeur par endroit, la réalisation du SCO nécessitera des techniques modernes. Il sera creusé à l’aide d’un tunnelier conçu spécialement et qui aura une forme circulaire. Son diamètre sera de 4 mètres. Le collecteur passera principalement par les quartiers de la zone ouest de Casablanca. Son point de départ se situera entre la voie Al Qods et la route 1.077 à côté du rond-point «Azbane» sur la route d’El Jadida. Par la suite, il empruntera le prolongement du boulevard Al Qods à Hay Hassani et la route d’Azemmour à proximité du poste source électricité «Dar Bouazza» avant de déboucher sur l’océan.

Transfert des eaux usées de Dar Bouazza
Le projet consiste en la mise en place des infrastructures de collecte des eaux usées et des eaux pluviales sous forme de réseau d’assainissement séparatif. Objectif, transférer les eaux usées de la commune urbaine de Dar Bouazza vers le réseau de la commune urbaine de Casablanca. Concrètement, le projet porte sur la mise en place de 39 km de canalisation pour les eaux usées et 12 km pour les eaux pluviales. Ce projet, qui sera finalisé en 2012, sera financé par Lydec, le Fonds de travaux et l’Etat. Le délégataire compte investir 160 millions de dirhams, le Fonds de travaux 125 millions et l’Etat devra miser 50 millions de dirhams.

Electricité Pour faire face à une demande croissante en énergie électrique et aussi pour sécuriser et renforcer l’alimentation des zones ouest et périphérique de Casablanca, trois nouveaux postes sources seront créés: Yacoub El Mansour 60/20
Kv, Hay Mohammadi 60/20 KV et Sbata 225/20KV. Ces postes seront réalisés entre 2014 et 2023. Khadija MASMOUDI