Affaires

Casablanca-Had Soualem: L'autoroute opérationnelle dès aujourd'hui

Par L'Economiste | Edition N°:1708 Le 19/02/2004 | Partager

. La circulation sur ce tronçon, de 22,5 km, sera gratuite jusqu'au 20 mars à midi. Au total, les 80 km d'autoroute entre Casablanca et El Jadida nécessiteront 1,8 milliard de DHLe tronçon d'autoroute Casablanca-Had Soualem entre en service dès aujourd'hui à partir de midi. La circulation sur ce tronçon, long de 22,5 km, sera gratuite jusqu'au 20 mars prochain à midi, c'est ce qu'indique un communiqué de la société nationale des Autoroutes du Maroc (ADM). Ce tronçon qui démarre à l'origine de l'autoroute Casablanca-Settat se développe en suivant le couloir déjà emprunté par la nationale 1 pour aboutir à l'agglomération de Had Soualem desservie par un échangeur. A noter que ce tronçon a nécessité 18 ouvrages d'art et près de 34.000 mètres linéaires de filés de glissières de sécurité, soit près de 1.500 mètres linéaires par kilomètres d'autoroute.Le tronçon Casablanca-Had Soualem est le premier de la future autoroute Casablanca-El Jadida. Le projet dans son ensemble permettra de soulager la route nationale et de relier El Jadida, ville en pleine expansion touristique et industrielle (surtout depuis la construction du complexe portuaire de Jorf Lasfar), aux axes autoroutiers Nord-Sud et Ouest-Est, ajoute le communiqué. Le trafic moyen journalier attendu sur cette liaison autoroutière à sa mise en service est estimé à 4.000 véhicules/jour. Son coût s'est élevé à près de 500 millions de dirhams hors taxes, soit près de 22 millions de dirhams le kilomètre, financés par le Fonds arabe pour le développement économique et social (FADES), le Fonds koweïtien pour le développement économique arabe (FKDEA) et la Japanese Bank For International Cooperation (JBIC).La réalisation des travaux principaux a été menée en deux sections de 6,5 et 16 km de longueur, confiées respectivement à l'entreprise GTR et au groupement d'entreprises Houar/Hajji/Seprob/Handassa, toutes de nationalité marocaine. Plusieurs autres entreprises sont intervenues dans les lots secondaires. Le suivi des travaux a intégré une démarche qualité reposant sur un système d'assurance qualité du niveau le plus élevé, assure l'ADM. Globalement, les 80 km d'autoroute entre Casablanca et El Jadida nécessiteront 1,8 milliard de DH. La deuxième section (Had Soualem-Tnin Chtouka) a été confiée à l'entreprise koweïtienne Burhan pour un montant de 547 millions de DH. Suivra après Tnin Chtouka-El Jadida.


Deux autres sections

La liaison autoroutière Casablanca-El Jadida est considérée en ce moment par les observateurs comme étant l'un des plus importants tronçons du réseau autoroutier. Sa réalisation, reconnue prioritaire, a été programmée entre 2001 et 2005. Elle permettra de soulager la route nationale 8 qui connaît un trafic intense avec “son lot quotidien d'accidents et de drames”. Concernant le tronçon restant, El Jadida-Jorf Lasfar, des options sont actuellement à l'étude. Si l'autoroute doit aller directement jusqu'à Jorf Lasfar, Azemmour ne sera plus relié à El Jadida. Dans ce cas, une voie express entre les deux villes peut être envisagée. Ceci permet de réaliser des économies pour le tronçon El Jadida-Jorf Lasfar. Cependant des contraintes d'ordre foncier posent problème et risquent d'augmenter le coût pour ce tronçon d'autoroute. Synthèse L'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc