Entreprise Internationale

Bruxelles condamne les cimentiers européens pour entente

Par L'Economiste | Edition N°:158 Le 15/12/1994 | Partager

Après les producteurs de poutrelles d'acier et ceux de carton, c'est au tour des cimentiers d'être épinglés par la Commission européenne pour entente. L'exécutif européen vient d'infliger des amendes d'un montant total de 1,6 milliard de Francs à trente-trois cimenteries et huit associations professionnelles pour avoir mis en place un cartel. Chacune de ces sociétés a été condamnée à une amende représentant, selon la gravité des cas, entre 2,8 et 4 % de son chiffre d'affaires réalisé dans la branche ciment sur le marché communautaire. Ces amendes sont payables dans trois mois. L'amende la plus élevée frappe le cimentier italien Italcementi (214,5 millions de Francs) suivi des Ciments Français (163 millions) et de Lafarge Coppée ( 150 millions). S'il est tenu compte de ses filiales espagnoles, Lafarge passe devant Ciments français avec 190 millions de Francs. De son côté, le groupe suisse Holderbank, premier producteur mondial de ciment, a été condamné à verser une amende de 35 millions de Francs français. Un montant nettement inférieur à celui de ses concurrents car il réalise l'essentiel de son chiffre d'affaires en dehors de l'Union.

Les amendes imposées aux associations sont forfaitaires car elles ne réalisent pas de chiffre d'affaires. Le but recherché étant "de dissuader, à l'avenir, ces associations de prendre des initiatives ou de faciliter de telles ententes", soulignent les quotidiens français. A l'issue de plus de cinq ans d'enquête dans toute l'Europe, la Commission a découvert que ces 33 entreprises avaient enfreint les règles de la concurrence : ententes trans-frontalières, répartition des marchés, échanges d'informations, fixation des prix...

A l'annonce de la sentence, la quasi-totalité des cimenteries a décidé de faire appel.

Synthèses réalisées par Hakima EL MARIKY

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc