Dossiers

Bâtiment intelligent: Au-delà des câbles….

. C’est aussi un espace où l’ergonomie a toute sa place. S’il se fond dans la masse, il n’est pas intelligent… parole de professionnel Comment reconnaître un bâtiment intelligent? A sa conception qui doit être… intelligente. Cette réponse pour le moins surprenante vient des professionnels eux-mêmes. Mais qu’est-ce qu’un immeuble intelligent? Beaucoup l’assimilent à un bâtiment précâblé ou équipé de gaines et plinthes destinées à dissimuler les fils électriques et autres pour des raisons d’esthétique mais aussi de confort et sécurité. En principe, un bâtiment intelligent doit tenir compte non seulement de l’environnement mais aussi du terrain et être orienté. En plus, “il doit avoir une identité esthétique et visuelle. Il ne peut être noyé dans la masse”, indique Mohamed Charif Houachmi, responsable commercial du Cabinet immobilier Abdellah Lazrak.Pour les professionnels, la sécurité, le confort et l’économie sont donc les principales caractéristiques de ce bâtiment. Il crée un environnement qui permet à l’entreprise d’optimiser la rentabilité de ses occupants, tout en permettant une gestion efficace des ressources à un coût minimum. Il se base aussi sur l’utilisation de technologies et méthodes appropriées pour optimiser et créer une interrelation entre l’infrastructure, les systèmes, les services et la gestion. Hassan Elmandjra-Saâdi, président du Collège des experts architectes maghrébins souligne en effet qu’«un bâtiment intelligent facilite la vie. Il doit être conçu de manière à économiser l’énergie dépensée par la personne qui l’occupe”. Même son de cloche auprès de Mohamed Charif Houachmi. Il estime qu’un “immeuble intelligent doit respecter certaines normes, être utilisable et viable”. C’est durant la phase de conception que certains détails techniques doivent être prévus. C’est le cas par exemple des gaines horizontales ou verticales qui serviront de conduite pour la climatisation.Pour Houachmi, un bâtiment qui n’est pas flexible n’est pas intelligent. “La flexibilité des structures et de l’espace est importante puisque l’immeuble intelligent est un espace de travail qui doit être facile à utiliser”, explique-t-il. “Les surfaces et volumes livrés doivent offrir de plus grandes possibilités pour les entreprises en termes de géométrie”. De même, les points porteurs doivent être peu nombreux et les façades dessinées sur des trames bien conçues pour faciliter l’installation de faux plafonds, faux planchers et de cloisons. Selon lui, l’on s’oriente de plus en plus vers l’open space, qui permet une certaine fluidité dans la communication et la circulation des personnes. D’où l’importance de l’ergonomie.. Open spaceAu départ, l’idée était de rapprocher les prises électriques par l’installation de plinthes, tient à rappeler Elmandjra Saâdi. Des prises ont également été rajoutées pour le matériel informatique qu’il fallait relier pour travailler en réseau. Par la suite, le double plancher a commencé à être utilisé. “C’est un plancher composé d’éléments carrés démontables que l’on peut emporter en cas de déménagement. Selon l’architecte, peu de bâtiments intelligents existent au Maroc. Et pour cause, “les promoteurs n’accordent pas à cet investissement sa valeur réelle”. Pour lui, durant les prochaines années, ce concept pourrait être dépassé, l’évolution technologique aidant. K. M.

Dans la même rubrique

Gros œuvre: L’industrialisation à petits pas . LPEE teste le béton de l’avenir. Innovations: Les tendances sont lourdes Béton armé, précontraint, aggloméré, hourdis, poutrelles, briques, plaques en plâtre… le secteur des matériaux de construction évolue et la tendance est à l’industrialisation. En tout cas, au niveau du gros oeuvre, les...
Matériaux de construction: Les sept branches d’activité . Industrie cimentière Segmenté par région, le marché marocain compte quatre grands cimentiers. En tête, Lafarge Ciments (Groupe Lafarge), qui revendique une part de marché de 41,5% et assure 37% de la production nationale. Son marché s’étend sur les villes de Casablanca, Meknès, Tanger et Tétouan...
La céramique et le marbre en danger . La Fédération des matériaux de construction crie au dumping . Les opérateurs attendent les résultats d’une étude. La mise à niveau urge mais le passage à l’acte est difficileUn vent nouveau souffle sur les industries de matériaux de construction. La reprise observée dans les BTP et qui doit se...
Prune, marron, aubergine...: La peinture ose les tons foncés . En revêtement de sol, le marbre reste une valeur sûre dans le haut standing . Pour les portes, le masonite est tendance et rapide à fabriquer. L’authenticité se paye au prix fortLe marché des matériaux de construction destinés au second oeuvre (revêtement des murs et sols, portes et fenêtres,...
Matériaux de construction: L’informel menace notre sécurité! . 30 à 60% des unités opèrent dans l’illégalité. Le secteur est déséquilibré: D’un côté, de grandes structures organisées et performantes . De l’autre, des unités semi-industrielles et artisanalesLe secteur des industries de matériaux compte environ 580 entreprises, réparties en neuf branches...