Entreprises

Banque Chaâbi du Maroc : Une agence à vocation internationale à Bruxelles

Par L'Economiste | Edition N°:123 Le 31/03/1994 | Partager

Les besoins des R0LE ont évolué. Depuis quelques années, les transferts connaissent une certaine stagnation. Pour contenir ce relâchement, la Banque Chaâbi du Maroc, filiale de la BCP, étend son réseau en ouvrant une agence à vocation internationale à Bruxelles. Elle a été inaugurée le 24 mars.

LA BCDM (Banque Chaâbi du Maroc), filiale, en France, de la Banque Centrale Populaire, installe une agence à vocation internationale à Bruxelles. A l'instar de l'agence Kléber ouverte en 1993 à Paris, la nouvelle structure a pour principales missions le financement du commerce extérieur et la promotion des investissements belges ou RME au Maroc. Entre autres produits et services offerts figurent le préfinancement des opérations d'exportation, la mobilisation des créances sur l'étranger l'ouverture d'accréditifs, les cautions ou les transferts par swift de même que les mises en relations et la recherche de marchés.

Banque de deuxième génération

Elle propose également des produits de placement, notamment tous produits d'épargne classique et des produits Sicav. Par ailleurs elle met à la disposition des entreprises et des particuliers des crédits d'investissement ou de fonctionnement, des prêts personnels et des cartes bancaires internationales

Avec ce second guichet essentiellement porté sur l'international, la BCDM confirme donc son ouverture sur un nouveau créneau.

Traditionnellement, cette banque marocaine de droit français, créée en 1973 et installée à Paris, s'était en effet essentiellement limitée à un seul créneau: le transfert des ressources des RME vers le Maroc. Elle compte actuellement 6 agences en France dont une destinée aux opérations internationales. En Belgique, la BCDM est présente à travers sa succursale ouverte à Bruxelles en 1977 et actuellement dirigée par M. Youssef El Fassi Fihri. Cette succursale couvre un réseau de 4 agences dont 3 installées dans la capitale belge, parmi lesquelles la nouvelle "agence Louise"(1), et une à Anvers. En relation avec la progression des ses activités, le capital de la BCDM est passé de 17 millions de FF à 100 millions en 1992.

Cette banque aborde aujourd'hui un nouveau virage. La raison de cette mutation: les données du marché ont évolué. Maintenant, la clientèle RME s'oriente de plus en plus vers le commerce et les affaires en général, avec à la clé l'émergence d'un nouveau créneau. La BCP, qui garde sa première place dans le transfert des ressources des RME, s'est donc décidée à les accompagner dans cette nouvelle dynamique. Cela s'est traduit par la création d'agences principalement orientées vers les opérations internationales qualifiées par M. Abdellatif Laraki, PDG de la BCP, "de banques de seconde génération", faisant allusion à la nouvelle génération de Marocains vivant à l'étranger et plus particulièrement en Europe. Cette option internationale était cependant déjà prise depuis plusieurs années avec la création d'une délégation générale à l'international. Dans la foulée, ont été ouverts des bureaux de représentation à Abidjan, Francfort, Madrid, Montréal et Bruxelles. Cette orientation internationale s'est en outre matérialisée par la création d'autres filiales en Afrique, précisément en Guinée et en Centrafrique.

Installé en 1988, le bureau de Bruxelles avait pour mission la mise en relation entre les opérateurs économiques des deux pays, la promotion des investissements belges au Maroc ainsi que le développement des échanges. Ce bureau a maintenant cessé ses activités. En revanche, les objectifs qui lui étaient assignés sont repris par la nouvelle entité.

Au-delà de l'inauguration de cette agence, il s'agissait pour les responsables de la BCP de contribuer à la relance des échanges Maroc-UEBL (Union Economique Belgo-Luxembourgeoise). En effet, les flux commerciaux entre les deux groupes restent encore faibles, avec en prime un léger repli entre 1989 et 1992.

Investissement belge

Durant cette période le montant global des échanges a reculé d'un peu plus de 1%, passant de 2,9 milliards de Dirhams à 2,87 milliards. Pour leur part, les investissements belges au Maroc ne représentaient que 5% du total des investissements privés en 1992. Un point de satisfaction cependant, le transfert des RME établis en UEBL ont progressé de 9,2% entre 1991 et 1992 et représentaient 7,6% du total des rapatriements réalisés à cette date.

Eu égard aux potentialités qu'offre la Belgique, la manifestation a donc mobilisé M. Rachidi El Rhezouani, ministre des Transports, M. Ahmed El Ouardi, ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de la Communauté Marocaine à l'Etranger, le staff de la BCP, la mission diplomatique installée à Bruxelles ainsi qu'une forte délégation d'hommes d'affaires marocains. Devant un parterre de chefs d'entreprises belges et marocains, les personnalités marocaines ont fait un véritable plaidoyer pour 1' investissement belge au Maroc en mettant l'accent sur les réformes entreprises depuis quelques années par le pays, notamment pour faciliter les investissements internationaux.

En marge de l'inauguration de l'agence Louise, a été tenu le Conseil d'administration de la BCDM. Parmi les décisions prises, M. Mohamed Benkirane, précédemment adjoint au délégué général aux Systèmes de Management à la BCP, a été nommé directeur général de la BCDM en remplacement de M. Mohamed Ibn Abdeljalil.

A.D.N.

(1) L'agence est installée sur l'Avenue Louise.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc