Courrier des Lecteurs

Arab Bank: Les statuts changent, le capital double

Par L'Economiste | Edition N°:336 Le 25/06/1998 | Partager

Arab Bank Maroc est devenue une succursale du groupe Arab Bank. Le changement de statut ne modifie pas l'orientation de la banque dans le pays. Elle compte doubler son capital pour soutenir ses activités.


Exit Arab Bank Maroc! Désormais elle devra être appelée Arab Bank Plc Maroc. Signification de ce changement de nom? Cette banque est juridiquement devenue une succursale du grand groupe financier jordanien Arab Bank et non plus une simple filiale. L'autorisation a été récemment accordée par les autorités monétaires. Après le rachat des participations que détenait la Banque Populaire au cours de l'exercice 97, cette évolution permet de réaffirmer clairement son appartenance. Parallèlement à ce toilettage juridique, la banque entend fermement renforcer ses activités au Maroc. A ce titre, les responsables ont décidé de doubler le capital qui sera porté à 200 millions de DH. L'opération, qui avait déjà été annoncée il y a quelques mois, «sera bouclée dans les prochaines semaines», annonce M. Salah Eddine Haroun, vice-président exécutif et directeur régional pour le Maroc. Il est à souligner que M. Haroun, précédemment administrateur-directeur général, arbore ses nouveaux titres en raison du changement de raison social.
La volonté de développer les activités se traduira par l'ouverture de nouvelles agences dans des villes encore non desservies, avec pour Agadir la première étape. A terme, le réseau comprendra 13 à 15 guichets au lieu de 8 actuellement. L'objectif ne consiste pas à réaliser du volume, mais simplement d'être plus présent sur le terrain et auprès des grandes entreprises qui constituent l'essentiel de la clientèle à Casablanca où est réalisé le gros de l'activité dont la croissance est jugée satisfaisante.

Comptes en devises


En 1997, les crédits totalisaient 1,7 milliard de DH, tandis que les dépôts atteignaient un peu plus d'un milliard. L'exercice a été clôturé sur un bénéfice net d'un peu plus de 6 millions de DH, en nette progression par rapport à l'année précédente au terme de laquelle il avait atteint 1,63 million. Le bénéfice reste toujours en deçà de celui de 1992 (11 MDH), mais la croissance de ces dernières années témoigne de l'amélioration continue de la rentabilité.
Compte tenu du resserrement des marges, la banque se refuse à annoncer les objectifs de résultats définitifs pour 1998. Il est toutefois indiqué que l'activité (dépôts et cré-dits) devrait croître d'environ 8%.
Outre les investissements, Arab Bank Plc compte «jouer un rôle croissant dans le financement du commerce international». Elle continuera également à mettre en valeur des niches sur lesquelles elle affiche de bons scores. La banque revendique ainsi 50% des dépôts du secteur bancaire (hors Bank Al-Maghrib) et 10% de ceux des comptes en Dirhams convertibles. Son appartenance au groupe Arab Bank qui pèse plus que la totalité du secteur bancaire local lui permet de servir de relais pour tous les clients des filiales installées dans le monde.
L'appartenance à ce grand groupe constitue par ailleurs un gage de pérennité pour Arab Bank Plc. Dans les faits, l'évolution du secteur bancaire marocain laisse à penser qu'un mouvement de concentration est inéluctable. La nécessité de miser sur les économies d'échelle de manière à contenir les effets pervers de la baisse des taux, entre autres, incite nombre d'experts à pronostiquer l'absorption à plus ou moins long terme de certaines petites banques. Ce qui visiblement ne peut concerner la succursale de la banque jordanienne qui entend contribuer à l'essor des investis-sements étrangers au Maroc.


Arab Bank Group en chiffres


Arab Bank Plc Maroc a été créée en 1975. Son capital était partagé entre la Banque Populaire et le groupe Arab Bank. Courant 1997, cette dernière a racheté l'intégralité des participations de la banque marocaine et contrôle désormais la totalité du capital. L'intérêt du Maroc pour ce grand groupe bancaire avait été réaffirmé en décembre dernier lors de la visite de son Pdg, M. Abdulmajeed Shoman. A noter qu'à fin 1996 le groupe jordanien affichait
un total bilan de 16 milliards de Dollars. Ses
fonds propres s'élevaient à 1,43 milliard de Dollars.

Alié Dior NDOUR

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc