Habillage_leco
Economie

AMIBOIS: une association pour organiser le secteur

Par | Edition N°:43 Le 03/09/1992 | Partager

Malgré son importance économique, le bois est un secteur dont on parle peu et qui se sent isolé. Depuis quelques mois, par la création de l'Association Marocaine des Importateurs de Bois et Dérivés, AMIBOIS, les professionnels veulent donner un nouveau souffle au secteur.

CREEE en Janvier 1992, l'AMIBOIS, Association Marocaine des Importateurs de Bois et Dérivés, a pour but " d'injecter un nouveau sang au niveau du secteur, c'est-à-dire l'information des commerçants sur le domaine du bois, afin d'augmenter la consommation locale, la collaboration, le jumelage avec d'autres associations, la commercialisation ainsi que la recherche de nouveaux marchés", explique M. Said El Aroui, Président de l'association. Elle a également pour but de préparer des rencontres commerciales avec des délégations ainsi qu'avec des membres des associations d'importateurs de bois de pays étrangers.
A l'heure actuelle, selon les professionnels, le secteur du bois au Maroc se trouve confronté à des enjeux économiques importants concernant les mutations technologiques des industries du bois et la nécessité de trouver de nouveaux débouchés. Ainsi, le Maroc doit profiter de l'ouverture de nouveaux marchés: la CEE, les pays du Maghreb, les pays de l'Amérique Latine ainsi que les nouveaux pays consommateurs comme la Chine, le Japon, la Corée et le Taiwan.

Carence d'experts

Constituée de 20 membres, l'association a, jusqu'à présent, adopté un certain nombre de résolutions à l'unanimité. La première résolution concerne le développement des relations commerciales entre les membres de l'association par la mise en uvre de certaines mesures. Il s'agit de l'application de tarifs préférentiels, la réalisation d'importations groupées, l'échange d'informations relatives aux importations en cours et futures et l'élimination des incidents de paiement entre les membres de l'association. D'autres résolutions ont trait à l'établissement (à titre indicatif) et à la mise à jour régulière d'un tarif des bois commercialisés au Maroc. La formation d'une commission chargée d'établir le tarif des bois importés est prévue.
Par ailleurs l'association envisage la préparation d'un journal d'information "réservé aux plumes des membres" et distribué, dans un premier temps, uniquement aux membres de l'association. "Il s'agira principalement de constituer et de diffuser des statistiques qui serviront de base aux importateurs", souligne M. El Aroui.
L'association projette également la création d'un centre de formation de techniciens de bois à Casablanca. "Le pourquoi de la création de ce centre s'explique par la carence d'experts dont souffre le secteur. Cette situation aboutit à une mauvaise connaissance de cette matière, dans la mesure où il s'est avéré que la majorité des opérateurs ne maîtrisent qu'une infime partie du bois et ses dérivés", indique M. El Aroui. Des démarches ont été effectuées auprès du Ministère du Commerce, du Ministère de l'Agriculture des Chambres de Commerce. Des contacts ont été établis avec des centres de formation étrangers, notamment russes et français, avec la possibilité d'organiser des stages de formation avant l'ouverture du centre.

Importations

L'industrie du bois et des articles en bois au Maroc est l'uvre de 219 entreprises (4% des entreprises industrielles) qui emploient environ 11.595 personnes. Concernant plus particulièrement l'importation (on estime le nombre des importateurs à 25), le Maroc importe environ 500 à 600.000 m3 de bois par an. Arrivent en première place le pin maritime, en second lieu le sapin des pays du Nord et de l'Europe Centrale.
Ainsi, le Maroc est essentiellement acheteur de sciage (62%) et de grumes (30%). Si les placages et contreplaqués ne comptent que pour 0,7% des importations, c'est qu'en fait ils sont fabriqués dans le pays à partir de grumes d'importations. Les autres bois sont surtout destinés aux industries diverses (mine, papeterie, boissellerie, tournerie).
La totalité des conifères est importée sous forme de sciages, par contre, seuls 7,5% des bois tropicaux sont sciés. Les feuillus tempérés arrivent au Maroc pour 40% du volume en grumes et 60% en sciages. Concernant les zones de provenance, l'Europe, principal fournisseur de conifères, est la provenance la plus importante.

Percée scandinave

L'Amérique du Nord fournit exclusivement des conifères, mais ne représente que 4,7% du total, l'essentiel venant de Suède et de Finlande. Au terme des cinq premiers mois d'une année qui reste difficile pour le commerce du bois en Europe, ces deux pays scandinaves ont réalisé une nette percée au niveau des exportations. Ainsi, au 31 Mai dernier, les exportateurs suédois avaient inscris sur leurs carnets de commande pour 4.435.000 m3, soit 33,8% de mieux que l'année dernière durant la période équivalente. La performance est assez comparable en ce qui concerne la Finlande. Les 2.943.000 m3 vendus à l'exportation, fin Mai dernier, par les Finlandais représentent un accroissement de 26,2% (+611.000 m3) sur l'exercice précédent à la même époque (contre 2,503 millions de m3 au 31 Mai 1990 et 3,061 millions de m3 un an plus tôt). La raison probablement la plus déterminante du regain de succès des bois scandinaves est à rechercher du côté des bois russes, ou de leur absence, en des conditions d'approvisionnement fiables et régulières. Actuellement, les importateurs marocains sont dans l'expectative face "au désordre" qui règne dans l'ex-URSS au niveau des exportations de bois qui ne sont plus le monopole de la société étatique Exportles.
Autre zone de provenance, l'Afrique qui fournit environ 82% du total des bois tropicaux contre 18% pour l'Asie.

Nouveaux marchés.

Par ailleurs, après la France, l'Espagne, le Portugal, les importateurs marocains ont découvert le marché chilien et brésilien.
Le transport du bois jusqu'au Maroc est effectué par des bateaux de 50.000 à 80.000 m3, traversant la Mer Rouge et la Méditerranée.
Ainsi, il y a juste une semaine et pour la première fois au port de Casablanca, un bateau a déchargé pour le Maroc environ 25.000 m3 de bois. Il déchargera 15.000 m3 pour la Tunisie et le reste sera acheminé vers l'Egypte, à Alexandrie. Le marché marocain, selon les professionnels, est très concurrentiel et les principaux producteurs mondiaux de sciages y sont présents (Scandinavie, Roumanie, Yougo-slavie, Espagne, Portugal, URSS, Chili...). S'agissant des circuits de distribution, les importations sont effectuées soit par des sociétés privées d'importation et commercia-lisation de bois, soit par certains offices publics pour leurs propres besoins (Office National des Chemins de Fer, Office National d'Electricité...), soit par certains gros transformateurs (caisseries). Les Offices interviennent par l'intermédiaire d'appels d'offres internationaux, en particulier pour les traverses et les poteaux. Ceux-ci sont ensuite traités et stockés chez certaines entreprises qui sont les fournisseurs exclusifs de ces organismes. Les caisseries importent en général directement leurs matières premières en exonération de droits de douane (admission temporaire) en fonction des besoins pour l'exportation des agrumes et primeurs.

Meriem OUDGHIRI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc