Habillage_leco
Société

Aides médicales
Interminable lutte contre le désenclavement

Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:4770 Le 11/05/2016 | Partager
Les ONG continuent de se mobiliser autour des régions reculées
L’AMDAM revendique 3.500 interventions chirurgicales depuis 2005
aziz_amar_070.jpg

Pour Aziz Amar, président de l’AMDAM, l’action de cette ONG ne vise pas à se substituer à l’action des pouvoirs publics, mais s’inscrit plutôt dans une logique complémentaire, dans l’esprit de l’INDH, pour assurer aux plus démunis des soins de proximité (Ph. Bziouat)

Plus de 300 médecins et personnel paramédical ont été mobilisés par l’Association médicale d’aide au développement entre l’Auvergne et le Maroc (AMDAM) pour venir en aide aux populations dans les régions reculées du Maroc. Cette ONG, composée de professionnels des métiers de la santé, MRE et Français, œuvre depuis une décennie dans des zones comme Errachidia, Midelt, Rich… Des actions humanitaires qui «interviennent en complément des missions des pouvoirs publics. Nous ne sommes pas là pour faire le travail des autres», a précisé Aziz Amar, président de cette association, lors de la présentation du bilan d’une décennie de campagnes au Maroc. Depuis 2005, l’AMDAM a mené 12 missions médicales dans les provinces de Midelt, Errachidia, Tahanaoute et Azilal. Les médecins et infirmiers de cette ONG interviennent en coopération avec le personnel des CHU, des centres de santé ou même des dispensaires locaux. Résultat: 72.000 consultations spécialisées et 3.500 opérations chirurgicales. «Nous mobilisons nos propres moyens et équipements de travail, afin d’assurer des conditions sophistiquées pour la prise en charge des patients», a fait savoir Aziz Amar. L’idée est «d’appliquer les meilleures techniques de médecine avec les moyens dont nous disposons», a noté, pour sa part, Jean-Etienne Bazin, médecin anesthésiste, membre du conseil d’administration de cette ONG. Ces missions ont aussi porté sur des interventions spécialisées, notamment dans le domaine de la cardiologie à Fès et Casablanca. Le financement des ces actions est assuré par les adhérents à cette association, à hauteur du tiers. Le reste est financé par des fonds français et marocains. L’ONG bénéficie notamment de l’appui de l’INDH, de la Fondation Mohammed V pour la solidarité, du ministère de la Santé…
Les actions de l’AMDAM ne se limitent pas au niveau local. Dans certains cas, des patients sont transférés en France pour y être opérés. C’est le cas de 34 enfants, qui ont été placés dans des familles d’accueil durant leur séjour dans l’Hexagone.
Aujourd’hui, cette association veut élargir son champ d’action, notamment via des activités au profit des personnes en situation de handicap. Parallèlement, l’idée est aussi de «participer à la formation des médecins marocains en s’appuyant sur des expertises françaises», a fait savoir Amar.

 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc