Société

L’Oréal récompensé pour son éthique

Par Karim Agoumi | Edition N°:4730 Le 16/03/2016 | Partager
Le groupe reconnu pour la 7e fois l’une des «sociétés les plus éthiques au monde»
Une évaluation de l’Institut Ethisphere basée sur l’Ethics Quotient
Un positionnement créateur de valeur pour les investisseurs et les clients
jean-paul_agon.jpg

Le leader de la beauté L’Oréal vient d’être reconnu pour la 7e fois comme étant l’une des «sociétés les plus éthiques au monde» par l’Institut Ethisphere. L’éthique deviendra un avantage compétitif déterminant d’après Jean-Paul Agon, PDG du groupe (Ph. AFP)

Le comportement d’une entreprise importe autant que ses performances économiques ou la qualité de ses produits. Une politique que le leader de la beauté L’Oréal a jusqu’à présent consciencieusement appliqué et qui lui a valu d’être reconnu pour la septième fois comme étant l’une des «sociétés les plus éthiques au monde» par l’Institut Ethisphere. Une évaluation qui se base sur l’Ethics Quotient, un quotient capable d’évaluer de manière objective la performance des entreprises.

C’est ainsi la septième fois que l’enseigne de beauté a été désignée comme l’une des «sociétés les plus éthiques au monde» par l’Institut Ethisphere, leader mondial dans la définition et la promotion des standards d’éthique des affaires. Une récompense attribuée aux entreprises dont les actions reflètent leurs principes et qui s’efforcent de préserver la confiance et l’intégrité dans le travail de leurs employés. La nomination s’adresse également aux structures qui sont parvenues à anticiper dès aujourd’hui l’adoption des bonnes pratiques de demain. L’évaluation «sociétés les plus éthiques au monde» se base sur le Ethics Quotient de l’Institut Ethisphere, fruit de plusieurs années de recherches. Ce quotient permet d’évaluer quantitativement et de manière objective et cohérente la performance des entreprises. Les informations recueillies permettent l’attribution de scores suivant cinq catégories clés et bien différenciées: programme éthique et conformité, responsabilité sociale et sociétale, culture éthique, gouvernance et leadership, innovation et réputation. Comptant parmi ses principes éthiques fondamentaux l’intégrité, le respect, le courage ou encore la transparence, L’Oréal n’a pas cessé d’investir dans le domaine depuis une quinzaine d’années. En effet, selon son PDG Jean-Paul Agon, l’éthique deviendra un avantage compétitif déterminant pour les entreprises. Ainsi, en 2000, le groupe est devenu l’une des premières entreprises en France à se doter d’une charte éthique et à nommer en 2007 un directeur de l’éthique. Quelques années plus tard, en 2008, son président-directeur général Jean-Paul Agon s’est vu remettre le prestigieux trophée «Stanley C. Pace Leadership in Ethics Award». En 2014, l’entreprise a lancé la troisième édition de sa charte éthique, désormais disponible en 45 langues ainsi qu’une formation en ligne sur l’éthique en 22 langues. Et ce n’est pas tout. Le groupe est également membre du groupe Lead du Pacte mondial des Nations Unies et organise chaque année une journée mondiale de l’éthique durant laquelle les collaborateurs du monde entier peuvent discuter en ligne à ce sujet avec le PDG et les patrons de la firme. 

Un positionnement dans les domaines de la transparence et de l’intégrité qui permet à L’Oréal de créer davantage de valeur pour les investisseurs, les communautés dans lesquelles elle est présente, ses clients ainsi que ses collaborateurs, confie le PDG d’Ethisphere Timothy Erblich. Mais pas seulement. Son éthique lui a également permis de se doter d’une véritable culture d’entreprise et de soigner son image ainsi que sa réputation. Plusieurs autres entreprises internationales ont également été reconnues au même titre par l’Institut, dont notamment Accenture, Capgemini, ManpowerGroup ou encore Mastercard.
 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc