Régions

Tanger: La commercialisation de la marina a démarré

Par L'Economiste | Edition N°:4593 Le 25/08/2015 | Partager
400 anneaux seront prêts dès l’été prochain
A terme, 1.600 seront offerts aux standards internationaux
Le projet de reconversion du port continue sur sa lancée

Les travaux du port avancent sur un bon rythme, la marina devrait être prête dès l'été prochain alors que le port de pêche devrait entrer en service au début de l'année 2016

Le compte à rebours est déclenché pour la marina de Tanger-ville. La société de gestion du port historique de la ville du détroit a annoncé la semaine dernière le lancement de la commercialisation des anneaux de la première tranche de ce qui s’appellera désormais Tanja Marina Bay. Il s’agit d’un premier lot de 400 anneaux qui devraient être prêts à être livrés l’été 2016.
Au total, elle devra offrir près de 1.600 anneaux à terme. «La marina de Tanger propose à ses invités l’expérience unique d’une marina urbaine en plein centre-ville», annonce Mohamed Ouanaya, président-directeur général de la Société de gestion du port de Tanger-ville (SGPTV). Quelques jours après le lancement de la commercialisation, une trentaine de réservations ont été enregistrées, selon la SGPTV ainsi que quelques concrétisations. D’ici l’entrée en service de la marina, l’été prochain, les promoteurs du projet tablent sur un taux de commercialisation de 70%. «Notre objectif n’est pas le gain mais bel et bien la réussite de cette expérience», explique Ouanaya qui assure être dans une optique d’incubation plutôt que de rentabilité financière, l’expérience ayant, par ailleurs, montré la lenteur de la commercialisation de ce type de produit.
En effet, selon le patron de la Société de gestion du port, l’objectif est de mettre en place une marina aux standards internationaux  afin de faire de Tanger une expérience réussie en la matière. Pour y arriver, Tanja Marina Bay devra mettre les bouchées doubles. Elle proposera des offres de commercialisation à longue durée, de moins en moins prisées, en plus d’autres à courte durée qui semblent être de plus en plus en vogue.
En parallèle, la marina de Tanger devra offrir d’autres services, notamment une animation spécifique avec des services comme la mise en place d’un bateau-hôtel, des croisières en mer par exemple, des produits que l’on ne retrouve pas aujourd’hui.
D’autres équipements devraient être rapidement mis en place comme des espaces d’animation et de restauration avec des parkings pour plus de 450 places et d’autres équipements plus techniques comme une cale sèche et des stations de carburant pour bateaux.
Les autres éléments du projet de réaménagement du port Tanger-ville semblent avancer au même rythme. C’est le cas de la muraille dont les travaux de la deuxième tranche sont bien avancés. «Leur valorisation est notre principale priorité car au fur et à mesure de l’avancement des travaux, des vestiges intéressants sont retrouvés», explique le responsable de la SGPTV. L’autre vestige à être réhabilité est celui de l’ancienne gare ferroviaire. Cette dernière est actuellement en train d’être restaurée. Elle devra accueillir le showroom de vente de la marina et le siège de la Société de gestion du port.
Autre grand projet sur le point d’être finalisé est celui du port de pêche qui lui aussi avance à grands pas, et dont les travaux devraient être finalisés en 2016.
2016 sera aussi l’année du lancement des travaux de réaménagement de la gare maritime du port de Tanger-ville qui est reliée au port espagnol de Tarifa et qui devrait continuer à être exploitée.

Un investissement de 700 millions de DH

Tanja Marina Bay International représente un investissement de l’ordre de 700 millions de DH. L’investissement global dans le cadre du projet de reconversion de la zone portuaire de Tanger-ville s’élève  à  6,2 milliards de DH, dont 2,2 milliards pour les composantes portuaires et 4 milliards pour les composantes urbaines.
Selon la Société de gestion, les négociations sont bien avancées avec Eagle Hills, une entreprise émiratie pilotée par Mohamed Alabbar, le patron d’Emaar pour la réalisation de la partie urbaine. Selon les termes de l’accord de principe paraphé avec Tanger-ville, le promoteur émirati devra prendre en charge le développement de la partie urbaine. C’est-à-dire la partie résidentielle, touristique et celle de l’animation dont l’investissement prévu devra dépasser les 4 milliards de DH.

De notre correspondant,
Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc