Politique

Elections communales
La «machine» Chabat déjà en marche

Par L'Economiste | Edition N°:4581 Le 04/08/2015 | Partager
Plus de 20.000 personnes réunies à son appel à Fès
Une nouvelle tentative d’intimidation à l’encontre de Benkirane

 Hamid Chabat au stade Hassan II de Fès, devant une marée humaine. Plus de 20.000 personnes, selon les estimations des organisateurs

A un mois des élections communales, prévues le 4 septembre, Hamid Chabat a sorti sa grosse artillerie. Pour donner le ton, le SG de l’Istiqlal a invité ses militants de la région de Fès-Meknès à un meeting «impressionnant», tenu au stade Hassan II de Fès.
Le rendez-vous leur a été donné, dimanche dernier, à 18 heures pile. Après un spectacle musical d’une heure, animé par le légendaire groupe «Lamchaheb», Chabat est monté sur scène pour un show préparé dans le moindre détail. A noter que certaines de ses rencontres, mêmes celles tenues dans son fief électoral (quartier Bensouda) avaient été perturbées par des mécontents, et ce «2 août», le SG le souhaitait sans incident. Surtout qu’en amont, Chabat avait «prêché» un peu partout dans les localités d’Imouzzer Marmoucha, Taounate, Sefrou, Azrou, Meknès, pour rameuter un maximum de personnes.
Dimanche, place au spectacle montrant la force mobilisatrice du PI. Dès 16 heures, les bus et autocars ont commencé à déposer les militants des différentes circonscriptions de la région. D’où d’ailleurs, une forte présence des forces de l’ordre qui ont veillé à l’organisation de la circulation autour du stade, vivement remerciées par le maire. Arrivé vers 19 heures, Chabat fait son entrée épaulé par Taoufik Hejira, président du Conseil national de l’Istiqlal, et Abdelkader El Kihel, Kenza El Ghali, Adil Benhamza, et Zoubida Fennich, tous membres du comité exécutif du parti de la Balance. Il est introduit par une jeune qui dans son discours fustige l’action gouvernementale, notamment à propos du chômage, double langage ou de son «incompétence»...
Devant plus de 20.000 personnes, Chabat continuera sur la même lancée attaquant Abdelilah Benkirane et son compagnon de route et ex-ministre aux Affaires Etrangères, Saâd-Eddine El Othmani, les accablant de plusieurs maux. Parmi eux, «la négligence du développement du monde rural et la détérioration de l’éducation nationale…des maux reconnus au plus haut niveau de l’Etat», dit Chabat. Des dossiers dont l’importance est capitale pour l’avenir du Maroc, et que le Roi vient de souligner dans son dernier discours du Trône. Chabat considère que ces constats d’échec sont «une gifle assénée à Benkirane».

Des élections transparentes SVP

Fidèle à son habitude, Hamid Chabat a encore une fois tapé sur le gouvernement Benkirane. Selon le SG de l’Istiqlal, la crise que vit le pays est due surtout à une mauvaise gouvernance de l’Exécutif. Sur un autre registre, le chef de file de l’Istiqlal a noté que «son parti est prêt pour les élections même si elles devaient se tenir aujourd’hui». En revanche, il appelle le gouvernement à assurer «des élections saines et transparentes». Et c’est cette thématique qu’il a choisie pour la tenue de son meeting «bras de fer», dimanche dernier, à Fès. «Il faut éviter la falsification des élections, la pensée unique, le double langage, le terrorisme moral, l’abus de pouvoir…si l’on veut réussir un véritable exercice démocratique et une forte participation», conclut-il.

Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc