Courrier des Lecteurs

Courrier des lecteurs

Par L'Economiste | Edition N°:4574 Le 23/07/2015 | Partager
Procès de la jupe: Une victoire pour les libertés individuelles!
• C’est loin d’être terminé!
Le verdict de la justice, qui a donné raison aux deux marocaines poursuivies pour «outrage à la pudeur» à cause de leur tenue jugée trop courte, résonne comme une victoire pour une partie de la population. Cette affaire a suscité une vague d’indignation à travers le pays, une colère représentée par des rassemblements à Rabat, Casablanca et Marrakech sous le slogan «Mettre une robe n’est pas un crime». Ce même slogan a été repris sur les réseaux sociaux et a fait le tour du web. L’affaire s’arrête-t-elle-la? Pas sûr puisque le prochain objectif serait de changer cet article 483 du Code pénale, stipulant que «Quiconque, par son état de nudité volontaire ou par l’obscénité de ses gestes ou de ses actes, commet un outrage public à la pudeur est puni d’un mois à deux ans d’emprisonnement et d’une amende de 120 à 500 dirhams». A mon sens, l’article en question doit absolument être abrogé ou du moins modifié car il n’est pas clair et peut facilement prêter à confusion. Il faut à tout prix éviter qu’une autre affaire de ce type se reproduise. Il en va de la préservation des libertés individuelles de chacun!
J.A.
• Mobilisation 
Je vous remercie pour votre engagement lors de cette crise de société dite de la «jupe».
Grâce à votre mobilisation, vous avez fédéré beaucoup de monde autour de vous et fait porter la voix des silencieux devant autant d’absurdité de certains dépositaires auto-proclamés de la vertu et du dysfonctionnement de notre système judiciaire.
Abderrahman BENAMOUR

 

• Hommage à Omar Sharif
L’un des souvenirs impérissables que je garde d’Omar Sharif, ce monstre sacré du cinéma mondial qui vient de nous quitter, ce sont mes vacances passées sur la Costa del Sol, en présence de ses enfants, Nadia et Tarek puis de leur maman, l’actrice égyptienne Faten Hamama. Tandis qu’Omar Sharif passait le plus clair de son temps à Madrid pour le tournage du film culte «Docteur Jivago», nous profitions des joies de la mer et du pédalo. La grande et sublime Faten Hamama se plaisait à raconter ce véritable conte de fée «vécu» dans lequel un jeune homme, celui qui devait devenir plus tard Omar Sharif, devait renoncer à sa religion chrétienne et se convertir à l’Islam pour pouvoir épouser celle qu’il aimait. C’étaient des gens accessibles qui portaient en eux cette source de générosité créatrice de joie et de bonheur simple. Bien plus tard, je me suis souvenu de Tarek, prénom que j’ai donné à mon fils, en hommage et en reconnaissance à tant d’estime et d’amitié partagés. Qu’il repose en paix.
OHC
• Casablanca: Où est la police municipale?
Pourquoi la ville de Casablanca ne dispose-t-elle d’aucune police municipale? Où est cette police municipale que la loi autorise depuis maintenant des années? Les Casablancais sont déçus du travail de la commune… Pas étonnant qu’ils soient si peu à s’inscrire pour voter! Cette ville mérite mieux que ça.
Thomas Guerrin
• Ramadan / Télévision: Fin de la programmation de l’enfer!
Ouf, Ramadan est fini ! Mon «soulagement» n’a rien en rapport avec le jeûne, mais plutôt avec nos programmes télévisés… Je me demande si une étude de marché est réalisée avant l’écriture des scénarios! Des gens rient-ils réellement avec ces séries? Et si c’est le cas, il faudrait penser à élever le niveau et non pas à le baisser à des degrés jamais atteints! 
R.S.
• Enseignement: Pas de place sur le marché pour les diplômes!
Bonjour. Merci pour votre article avec monsieur Zniber qui critique le niveau des écoles, supermarché des diplômes ! Ayez pitié des familles qui se privent de tout pour payer des études supérieures à leurs enfants. Ces parents ne sont pas au courant des programmes enseignés par toutes ces écoles éparpillées un peu partout et font confiance aux ministères de tutelle. Il n’y a pas de place sur le marché pour ces diplômes, la faute à qui? Sauvons notre jeunesse! Il faut instaurer un comité pour classer les écoles et imposer un système adéquat qui donnera les résultats espérés pour chaque famille.
Mohammed Bennani
• Changement climatique: Le Maroc en pleine progression !
Comme j’ai pu le lire dans votre article du 16 juillet dernier, le Maroc a beaucoup progressé en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre. L’on apprend ainsi que le Royaume est passé de la 15e place en 2014 à la 9e place cette année dans le classement climatique par pays, initié par le réseau action climat Europe et l’organisation Germanwatch. Un classement qui compare les émissions de CO2 et leur évolution par habitant. Cela fait plaisir d’apprendre que le pays est désormais reconnu comme un faible émetteur de gaz à effet de serre! Néanmoins, il faut rester vigilants puisque certains signes annonciateurs d’impacts dus au changement climatique persistent, dont, entre autres, l’intensité des sécheresses ou encore les inondations inhabituelles. 
H.F.
•  Casablanca: Les fonctionnaires inutiles?
La ville de Lyon compte un peu moins de 6.000 fonctionnaires et elle dispose d’une police municipale, d’un excellent service de communication et de médiathèques. En comparaison, Casablanca dispose d’entre 15.000 et 17.000 fonctionnaires. Sauf que la ville blanche ne dispose pas de police municipale. Il n’y a même pas de service de communication. La ville ne dispose ni de compte Facebook ni de site internet. Par ailleurs, si vous envoyez une lettre de plainte, vous ne recevez aucune réponse. Que font donc les milliers de fonctionnaires de Casablanca? Pourquoi la ville emprunte-t-elle de l’argent pour payer des gens qui semblent ne rien faire du tout? Qui a donné l’ordre de recruter toutes ces personnes? Quand au nombre d’élus, il atteint 147 personnes. En comparaison, la ville de Londres est dirigée par 14 personnes. La ville de Sydney est dirigée par 10 personnes. Los Angeles est quant à elle dirigée par seulement 9 personnes. Alors pourquoi Casablanca compte-t-elle 147 élus? Même les élus ont l’impression qu’ils sont tellement nombreux que leur pouvoir individuel est dilué et que ça ne sert plus à rien de venir. Les problèmes de Casablanca sont des problèmes politiques, des problèmes de communication et organisationnels. Ce n’est pas en construisant davantage d’infrastructures ou en empruntant des millions à la Banque mondiale qu’ils seront résolus.
Badr Bouiry
•  Dangereux ralentisseurs!
Je tiens à remercier sa Majesté. Grâce à lui, l’une des plus grosses bêtises des personnes chargées de gérer la circulation a été réparée. En effet, ces derniers jours, sur le boulevard des Almohades, en face de la sqala, des ralentisseurs «méchants» ont été installés. Ces ralentisseurs ont provoqué plusieurs accidents et des ralentissements importants et incompréhensibles. Pourtant, l’endroit n’est pas très fréquenté par les piétons et aux alentours, aucune sortie d’école ne donne sur ledit boulevard. 
Durant la visite de sa Majesté à Casablanca, comme par miracle, ces ralentisseurs ont disparu. Au lieu de créer des ralentisseurs pour la plupart non réglementaires, il faudrait plutôt étudier la possibilité d’investir dans des radars mobiles automatiques, installés dans des voitures banalisées. Les chauffards à qui sont destinés ces ralentisseurs ne ralentissent quasiment jamais à leur approche. Vivement le retrait des ralentisseurs installés dans des endroits non adaptés!
Un conducteur casablancais très prudent
 
•  Romans de l’été: Une bonne initiative!
Au fait, j’ai adoré que vous repreniez les romans de l’été. Je commence par ça le matin, avant même de faire la revue de presse. Bravo!
 A.W.
•  Corruption: La faute à Benkirane!
Je tenais à réagir aux déclarations récentes de monsieur Benkirane sur la corruption. Le chef du gouvernement affirme qu’il assume le fait d’avoir échoué. L’on devrait plutôt l’accuser de n’avoir rien fait. Aucune recommandation concrète de Transparency Maroc n’a été écoutée. Des solutions législatives concrètes, applicables immédiatement, existent. Elles sont proposées depuis des années par des associations et des universitaires du monde entier. Mais l’instance anti-corruption a été entièrement vidée de ses pouvoirs. La loi 31-13 sur le droit d’accès à l’information n’autorise les demandes d’information qu’aux seules personnes ayant un intérêt direct et qui doivent, en outre, spécifier l’usage qu’elles comptent faire de l’information demandée. Le texte expose à des sanctions pénales les personnes ayant fait un usage de l’information fournie autre que celui spécifié dans leurs demandes. Depuis quand le budget d’une région est classé secret-défense? Depuis quand les contrats signés entre Casablanca et la Lydec sont des contrats secret-défense? Depuis quand l’organigramme d’un ministère est classé secret-défense ? C’est juste incroyable… Monsieur Benkirane est un homme charismatique et qui  inspire énormément de sympathie, mais il faut dire qu’il n’a pas échoué. Il a plutôt refusé de combattre!
T.G.
 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc