Régions

Marrakech: Une nouvelle vie pour le mellah

Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:4554 Le 24/06/2015 | Partager
Tout un programme pour ce vieux quartier juif construit en 1558
Réhabilitation des commerces et des demeures et aménagement de placettes, les gros chantiers

La première partie de ce programme, à savoir la réhabilitation des commerces, est achevée. Ici, l’on a fait appel aux artisans menuisiers pour créer des portes en bois et un dôme qui respecte la philosophie architecturale du quartier

Le projet est colossal et devrait appuyer l’essor touristique et culturel de la cité ocre, vitrine du tourisme de Marrakech. Il s’agit de la réhabilitation de certains quartiers de la médina devenus vétustes ainsi que l’aménagement des places et des circuits touristiques intramuros. Inscrite parmi les actions prioritaires du programme Marrakech du Renouveau, cette réhabilitation est dotée d’un budget de 316 millions de DH financés par le ministère de l’Habitat et la commune urbaine de Marrakech. Pas moins de 30 actions prioritaires ont été identifiées pour le mellah, les foundouks, la requalification de Kbour chou... Sur le terrain, c’est la réhabilitation du mellah qui avance le plus rapidement. Les travaux de ce programme, dont le coût global est de 194 millions de DH, sont à 40% réalisés. Le mellah de Marrakech fut construit en 1558 sous le règne de Moulay Abdallah offrant à la population juive, fuyant l’Espagne, un quartier sécurisé, au coeur de la médina, tout en profitant de leur talent d’artisan en contrepartie.
Cette partie de la ville bénéficie d’une disposition architecturale cloisonnée. Sur une surface de 18 hectares, maisons à balcons et échoppes se côtoient dans les étroites ruelles, le tout encerclé des hauts murs qui séparaient les communautés juive et musulmane tout en leur laissant une libre circulation. Au fil du temps, les familles juives ayant quitté le mellah, le quartier joue désormais un rôle important dans le logement, le tourisme et l’artisanat. Sauf que ce patrimoine est en dégradation et nécessitait une prise en charge globale afin qu’il puisse mieux participer au développement du Royaume. D’où le programme de rénovation qui a démarré avec des travaux de ravalement de façades dont a bénéficié la principale allée commerciale très prisée par les touristes. Ici, l’on a fait appel aux artisans de la menuiserie pour créer des portes en bois aux commerces et un dôme qui respecte la philosophie architecturale du quartier. Il est prévu aussi l’aménagement de placettes, de parkings et de l’éclairage public. Mais le plus gros défi de cette réhabilitation demeure la requalification d’une soixantaine de maisons et surtout la démolition d’une vingtaine de demeures identifiées dans le cadre du programme HMR (habitat menaçant ruine) et sont en conséquence irrécupérables. Le programme prévoit une indemnisation des ménages suite à la démolition ainsi que des travaux de construction de logement. Cette partie de la réhabilitation, assez complexe puisque le champ d’intervention dépend aussi de la coopération des familles, n’a pas encore démarré!
De notre correspondante,
Badra BERRISSOULE

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc