Habillage_leco
Entreprises

Technopark
L’incubateur de start-up par référence

Par | Edition N°:4530 Le 21/05/2015 | Partager
10% du CA du secteur IT y est réalisé
La structure se lance dans une stratégie de duplication régionale

Axé principalement sur l’IT à ses débuts, le Technopark a aux fils des ans ouverts ses ports au développement durable (solaire, photovaltaïque et Green Tech) ou encore aux industries culturelles suite à un partenariat avec l’EAC-Boulevart 

Depuis sa création en 2001, le Technopark a porté les ambitions marocaines en matière de création d’entreprises axées IT, Green Tech, Smart Cities ou encore spécialisées dans l’industrie culturelle. L’incubateur revendique ainsi la création à son niveau de plus de 10% du chiffre d’affaires du secteur IT, soit près de 800 millions de DH. Une manne alimentée par plus de 230 entreprises et 1.500 emplois répartis entre Casablanca, Rabat et bientôt Tanger. «Aujourd’hui nous sommes full, mais les locaux qui sont proposés à plein tarif nous posent parfois problème», précise Omar Balafrej, directeur général du Technopark. En effet, pour que la structure assure son rôle de pépinière en proposant aux start-up un loyer de bureaux à 50 DH/m2, soit 1.500 DH en moyenne à Casablanca ou encore 600 DH à Rabat et ce, pour un contrat de bail de 18 mois ferme (le prix double une fois cette période écoulée). «Il existe une réelle dynamique dans les rentrées et sorties de start-up. Plus de 40% des entreprises qui sont là ont moins de 4 ans. Le pari est que les entreprises qui quittent gardent un contact avec le Technopark», affirme le management. Pour pouvoir assurer ce traitement préférentiel pour les porteurs de projet, le management est obligé d’attirer des structures pérennes pour financer le bail des plus petites. «La présence des grandes entreprises tire les prestations vers le haut. Des prestations dont bénéficient aussi les start-up», soutient le DG du Technopark. Des entreprises comme Atlas Voyages, M2T, BMCE Bank, Maroc Telecom… y sont ainsi domiciliées ou  y louent des bureaux. L’incubateur s’était entièrement tourné vers les IT durant une décennie, avant de s’ouvrir en 2010 au développement durable, à savoir: le solaire, le photovoltaïque, les entreprises hybrides entre IT et Green tech ou encore les Smart Cities. Le Technopark a également ouvert ses portes en 2009 aux start-up spécialisées dans l’industrie culturelle (boîte de production, post-production, réalisation, agents pour artistes), suite à un partenariat avec l’association EAC-L’Boulevard. Les entreprises désireuses de se domicilier au Technopark doivent justifier d’un business plan «cohérent» et faire partie des 3 secteurs d’activité pré-cités ou encore jouir d’une recommandation d’une des entreprises déjà domiciliées chez l’incubateur. «L’accent est mis sur les projets de meilleure qualité, tout en prenant soin de ne pas avoir d’entrepreneurs isolés», tient à préciser Balafrej. L’entité s’est par ailleurs engagée dans une stratégie de duplication régionale de son modèle. Le Technopark est présent à Rabat depuis 2012, les locaux d’une superficie de 2.000 m2 étaient à la base utilisés par l’ANPME qui est l’actuel bailleur.
Un autre site devrait être opérationnel à Tanger, qui a été introduit dans le plan stratégique du développement de la ville par la wilaya. Le management prospecte des possibilités d’implantation dans les villes d’Agadir, Oujda ou encore Marrakech. D’un autre côté, Maroc Numeric Fund (MNF) fait partie de l’écosystème du Technopark en tant que financeur. Mis en place en 2013 dans le cadre du Plan Maroc numérique, MNF est doté d’un fonds de 100 millions de DH. A ce jour, la dotation du MNF a été utilisée à 70% dans la participation au capital de différentes start-up.
A.At

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc