Culture

Quand la photographie investit les rues casablancaises

Par Aïda BOUAZZA | Edition N°:4496 Le 02/04/2015 | Partager
Une exposition à ciel ouvert jusqu’au 15 avril
63 photographies de 63 artistes marocaines et scandinaves
En marge du festival: conférences d’artistes, débats, projections…

 Dans cette œuvre intitulée «Burqanista», la photographe marocaine  Hind Bensari s’interroge sur l’aspect austère et souvent sombre de la burqa. Pour l’artiste, «il s’agit d’une réflexion sur la liberté du choix standardisé par les normes sociétales». L’œuvre se trouve sur le boulevard Moulay El Hassan en face du Hyatt Regency

Une exposition à ciel ouvert, jamais vu au Maroc, s’invite dans la ville blanche avec le Billboard Festival Casablanca jusqu’au 15 avril. A l’initiative de l’artiste plasticienne danoise Hanne Lise Thomsen, en collaboration avec la professeure suédoise, Anette Abrahamson, La Royale Danish Academy of Fine Arts et Hind Bensari, réalisatrice et photographe marocaine, le projet a pour objectif d’établir un dialogue entre les artistes marocaines et scandinaves. Le concept est simple: 63 panneaux d’affichage 4x3 seront investis par 63 photographies, produites par 63 artistes contemporaines marocaines et scandinaves. L’exposition  comporte également une sélection d’œuvres d’étudiants de la Royal Danish Academy of Fine Arts et de l’Ecole des beaux-arts de Casablanca. Le choix du 4x3 n’est pas innocent! Ce puissant vecteur de visibilité dans l’espace public permettra de véhiculer l’art contemporain à l’instar de publicités qui envahissent notre quotidien. Ainsi, les photographies seront accessibles à une audience beaucoup plus large, à des milliers de citadins, d’automobilistes, de piétons… qui pourront, eux aussi, profiter de ce festival unique et qui place l’art sous tous les regards.
Dans cette démarche, l’art est utilisé comme un pont entre les différentes cultures, en plus de diffuser la vision et le talent des femmes artistes. Ce projet ouvre également le champ à plusieurs interrogations, qu’il s’agisse de la place de l’art dans l’espace urbain ou encore le débat sur la question  des genres et de l’identité. Hanne Lise Thomsen a organisé son premier projet du genre du nom de «Billboard Project Women 2003» dans les villes de Malmö et Copenhague au Danemark, qui a connu la participation de 100 femmes de la région. Elle le déclinera à Ramallah, en 2012, avec l’exposition «We are from here». Parmi les artistes marocaines qui exposent, nous retrouvons, entre autres, Leïla Alaoui, Zara Samiry, Zineb Andress Arraki, Touda Bouanani, Safaa Erruas, Deborah Benzaquen… Côté scandinave des œuvres étonnantes d’artistes comme Ditte Haarlove Johnsen, Sidse Cartsens, Nike Akerberg, ou encore Lena Adler Petersen seront également exposés en 4x3 dans la ville blanche.
En marge du festival, la Fondation ONA organise jusqu’au 7 avril, à la Villa des arts de Casablanca, des conférences avec des artistes marocaines et scandinaves, des projections, des débats ou encore des performances. Si vous ne les apercevez pas sur votre passage, une carte indiquant l’emplacement des 63 photographies est disponible sur le site du festival www.billboardcasablanca.org.
Aïda BOUAZZA
 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc