Régions

Tourisme: Une énième stratégie pour relancer Agadir

Par Fatiha NAKHLI | Edition N°:4494 Le 31/03/2015 | Partager
La destination doit se développer sur le digital
Ne plus se plier au joug du «All inclusive» aussi
Dessertes aériennes, animation, réhabilitation… les besoins

Réinventer la marque Agadir; diversifier l’offre figée depuis des années, développer le digital et la desserte aérienne  et de même libérer l’investissement… Les conditions pour un vrai redécollage de la destination

Bien qu’ayant des atouts naturels indéniables, Agadir peine à séduire les touristes. En effet, la destination est confrontée à de nombreux problèmes liés au positionnement de son produit, à la vétusté de son parc hôtelier, à la réduction des connexions aériennes et au peu d’animation de la ville. Le secteur touristique supposé être l’un des premiers pourvoyeurs d’emploi dans la région, bouge à peine. Les deux premiers mois de l’année 2015 affichent une baisse en termes d’arrivées, sur les principaux marchés émetteurs tels que la France et l’Allemagne, ce qui inquiète fortement les professionnels. Conscient de l'urgence, le Centre régional de tourisme (CRT) d’Agadir Souss-Massa a réuni les professionnels autour d'un thème plus que d'actualité, "Agadir, une destination à réinventer", afin d’interpeller pouvoirs publics, élus et opérateurs du tourisme à trouver des solutions et agir en vitesse. En se basant bien sûr sur des mesures concrètes susceptibles de relancer la destination et de lui faire retrouver ses jours de gloire comme cela a été le cas en 2007, année considérée comme année de référence.
Il faut noter que depuis 2006, le ministère du Tourisme a bien entrepris des initiatives pour assurer le repositionnement des unités de 2e et 3e ligne. La plus récente ayant eu lieu en 2014. Or, ces tentatives sont confrontées à une absence de volonté des opérateurs pour mener à terme les démarches. «Nous avons besoin d’une grande implication des professionnels mais aussi d’une sincère volonté politique au niveau local pour repositionner et développer la destination», a déclaré Lahcen Hadad, ministre du Tourisme. «Nous sommes prêts à accompagner les opérateurs dans la construction de l’essor touristique de cette première destination balnéaire du pays qui ne demande qu’à éclore», a-t-il ajouté. Les élus et les professionnels du tourisme dans la région doivent donc adhérer pour rendre possible la réhabilitation. Pour le ministère de tutelle, il est aussi impératif de libérer l’investissement. Le secteur ne doit, en effet, pas être «l’otage» de calculs politiques. De même, le mode de commercialisation «All inclusive» doit être remis en question vu qu’il porte préjudice à l’ensemble des professionnels et à la ville dans son ensemble. Et pour l’heure, l’urgence est de mettre à niveau le parc hôtelier qui passe impérativement par le renforcement des capacités de financements des professionnels. L’opération Rénovotel n’ayant pas eu l’impact escompté, l’idée des professionnels aujourd’hui est de mettre en place un fonds pour aider à rehausser le produit touristique à Agadir. Mais la condition sine qua non pour cela est d’abord l’adhésion des hôteliers et leur volonté à accompagner cette marche en avant en sortant de leur léthargie. «La ville ne profite pas de son potentiel touristique, ce qui pénalise sa dynamique de développement économique», explique Salah Eddine Benhammane, Président du CRT. «Nous devons fédérer les énergies pour réinventer la marque Agadir et diversifier l’offre restée figée depuis des années», a-t-il ajouté. Dans ce sens, il s’agira aussi de mettre en place des activités pour l’animation de la ville. «L’organisation d’un méga événement serait nécessaire voire impérative pour participer au rayonnement de la destination à l’internationale», a assuré Mohamed Boussaid, ministre des Finances et de l’Economie et ancien Wali de la Région Souss-Massa. «La région devrait donner un délai aux propriétaires d’hôtels pour réhabiliter leurs établissements vétustes, voir pour l’exproprier, quitte à faire un texte de loi dans ce sens», a-t-il ajouté sur le volet réhabilitation.
En plus de réinventer la marque Agadir et de diversifier l’offre en valorisant l’arrière-pays, il s’agira de renforcer la desserte aérienne. Et surtout, d’assurer la promotion en développant le digital. Afin de mieux être présents sur les plates-formes numériques selon les tendances actuelles.
De notre correspondante,
Fatiha NAKHLI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc