Evénement

Investissement au Sahara
Les majors montrent la voie

Par Hassan EL ARIF | Edition N°:4491 Le 26/03/2015 | Partager
1er forum organisé par la CGEM, le 28 mars, à Laâyoune
Marjane, McDonald’s, Pizza Hut, Holmarcom prennent pied au sud
Cimenterie, pêche, emballage, textile… des projets concrets

C’est peut-être un nouveau tournant dans le développement économique des régions du sud.

Avec moins d’un million d’habitants recensés en 2014, les régions du sud contribuent pour 4,4% dans les richesses nationales

Une soixantaine d’hommes d’affaires comptent réaliser simultanément pour plus de 3 milliards de dirhams d’investissements à Guelmim, Tan-Tan, Laâyoune, Boujdour et Dakhla. C’est la CGEM qui est à l’origine de l’organisation, samedi 28 mars, à Laâyoune, d’un forum régional d’investissement. Pour l’événement, le patronat a affrété un avion spécial qui partira de Casablanca avec à son bord des hommes d’affaires qui envisagent de réaliser des projets dans les provinces du sud. Plusieurs secteurs sont ciblés: pêche, textile, restauration, grande distribution… Les réunions de réglage se succèdent à la CGEM pour préparer l’événement.
Le forum d’investissement sera coprésidé par Miriem Bensalah Chaqroun, patronne des patrons, et Mohamed Hassad, ministre de l’Intérieur.
Selon nos informations, une soixantaine d’hommes d’affaires devraient signer des conventions d’investissement. Ces investisseurs s’engagent à s’implanter sur place.
La CGEM table sur la participation de 250 chefs d’entreprises, dont une centaine déjà présents au sud. «A travers ce premier forum régional, nous avons opté pour une démarche à la fois sectorielle et transversale. L’objectif étant d’enclencher une dynamique et de créer l’environnement adéquat pour attirer les investisseurs à l’avenir», explique un membre de la CGEM. Parmi les projets annoncés, figure la cimenterie du groupe Anouar à Laâyoune pour un investissement de 250 millions de dirhams, une unité industrielle spécialisée dans les eaux minérales par la holding Holmarcom. D’autres projets sont annoncés dans la logistique à Mhiriz, dans la région de Bir Guendouz. Une plateforme destinée à améliorer les échanges commerciaux entre les régions du sud et les partenaires d’Afrique subsaharienne.
Bon nombre d’investisseurs sont intéressés par les affaires dans les provinces du sud, sauf que l’absence d’un environnement attractif représente le principal frein, particulièrement dans le domaine du tourisme. Pour remédier à cette faille, plusieurs projets devront être signés dans le domaine de la restauration, par exemple. C’est ainsi que Laâyoune sera doté d’un McDonald’s, d’un restaurant Pizza Hut, sans oublier l’ouverture de franchises spécialisées, notamment dans la parfumerie, l’habillement…

Le chômage dans la région Oued Ed-Dahab-Lagouira-Laâyoune s’élevait à 13% en 2013 contre 9,2% au niveau national. Mais ces chiffres sont à prendre avec beaucoup de précautions en raison du sous-emploi très développé
 

Marjane ouvrira son premier hypermarché à Laâyoune. Une unité industrielle de textile sera construite à Guelmim. Reste à régler le problème du foncier dont la propriété n’a pas encore été apurée. Ce qui ne saurait tarder. D’autres projets sont également prévus dans le domaine de la transformation des fruits de la mer, l’emballage, la biscuiterie… Outre l’absence d’un cadre incitatif, l’autre frein qui bloque l’investissement dans les régions concerne la rareté d’une main-d’œuvre qualifiée. L’OFPPT sera mis à contribution pour dispenser des formations dans les spécialités en manque.
L’implication du ministère de l’Intérieur, au lieu du département de l’Industrie, par exemple, indique que le gouvernement veut accélérer la réalisation de tous les projets annoncés. Les walis joueront un rôle déterminant dans la simplification des procédures, l’accès au foncier des domaines de l’Etat…
Les banques sont également appelées à ouvrir les vannes du crédit. D’ailleurs, la Banque Centrale Populaire devrait animer un atelier B2B avec les hommes d’affaires.

 

Mutation économique

L’implantation simultanée d’une soixantaine d’entreprises dans la région du sud représente une vraie révolution. Cet apport économique traduit une nouvelle approche dans le développement de ces régions et ce, avec l’implication du privé. Les membres du patronat sont convaincus que ces investissements, qui se traduiront par la création de plusieurs centaines d’emplois, sont un puissant levier de mutation économique. Il faut souligner, par ailleurs, que le forum  intervient à quelques semaines avant le vote du Conseil de sécurité de l’ONU sur l’avenir de la Minurso, dont le mandat arrive à terme le 30 avril prochain.

Hassan EL ARIF
 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc