Entreprises

TangerMed II: L’extension prête

Par L'Economiste | Edition N°:4440 Le 14/01/2015 | Partager
Les travaux lancés en 2009 ont pris fin
Marsa Maroc devrait prendre en charge le nouveau terminal
Des négociations sont ouvertes avec un autre opérateur qui pourrait être servi en premier

Les digues de protection de l’extension du port à conteneurs de TangerMed ont été conçues en fonction des plus récentes techniques en matière de protection avec plusieurs murs dont le dernier en forme de gruyère pour permettre l’écoulement de l’eau

Depuis la route menant au complexe portuaire TangerMed, on peut le remarquer, les travaux du premier quai de l’extension du terminal à conteneurs, TangerMed II sont bel et bien finis. La digue principale de protection a été achevée et le premier quai d’une longueur totale de 1.200 mètres a été pré-aménagé. Les installations sont actuellement en attente de l’opérateur qui aura la charge de terminer l’aménagement du quai et de son équipement, à l’instar du schéma mis en place lors du démarrage du terminal TangerMed I. Selon le schéma présenté lors du démarrage des travaux du port TangerMed II, c’est Marsa Maroc qui devait prendre en charge la concession de ce premier quai pour en faire un terminal “Common User” c’est à dire ouvert à toutes les compagnies maritimes. Ses travaux devraient durer environ 24 mois. Le futur opérateur doit non seulement aménager le terrain mais aussi acquérir l’équipement portuaire: grues cavaliers, Post-Panamax, etc. Un équipement qui est fabriqué sur commande et dont l’acquisition prend du temps en fonction du carnet de commandes des fournisseurs.
Un deuxième quai est en projet et ses travaux pourraient être lancés incessamment, assure-t-on du côté de l’Agence Spéciale TangerMed. Des négociations avaient été lancées pour trouver un deuxième opérateur. Ces dernières seraient bien avancées selon plusieurs sources. A tel point que l’option de céder ce premier quai au futur concessionnaire est avancée, la décision devant être prise en fonction des négociations. L’extension future pourrait dans ce cas être gardée pour Marsa Maroc. Aucun nom ne circule actuellement mais la liste des prétendants est bien courte. Elle comprend des noms tels que APM Terminals qui est actuellement sur un trend haussier et pour qui la capacité additionnelle offerte par ce quai ne serait pas de refus. Il y a aussi d’autres noms comme le Chinois Hanjin qui tout comme APM est déjà installé de l’autre côté du Détroit et dont une installation de ce côté lui permettrait d’agrandir ses capacités. Le commerce maritime mondial est actuellement en croissance et toute capacité additionnelle serait en effet la bienvenue. La preuve est la course aux investissements et à la taille des porte-conteneurs lancée par les opérateurs mondiaux, Maersk (qui fait partie du groupe AP Moller comme APM Terminals) avec ses Triple E en est un exemple récent. L’avancement du projet de l’extension de TangerMed II arrive au bon timing. En effet, l’actuel port a atteint en 2014 sa capacité nominale de 3 millions de conteneurs. Une marge de quelques centaines de milliers supplémentaires pourrait être gagnée par les opérateurs en ajustant au mieux leurs process de chargement et de déchargement, mais la limite est atteinte et ce juste sept après le démarrage du port. TangerMed II devra apporter une confortable marge avec une capacité additionnelle de près de 5 millions de conteneurs.
Ce futur terminal à conteneurs disposera d’un quai d’une longueur totale de 1.200 mètres et d’une capacité de traitement de 2,2 millions de conteneurs. Il portera la capacité nominale du complexe portuaire TangerMed de 3 à 5,2 millions de conteneurs EVP, dès son entrée en service.
Lors d’une seconde phase, il est prévu de lancer la construction d’un second terminal à Tanger Med II, d’une longueur de quai de 1600 mètres et d’une capacité de 3 millions de conteneurs. A terme, le complexe portuaire TangerMed devrait devenir l’un des plus grands ports de transbordement de la région avec une capacité dépassant les 8 millions de conteneurs EVP.

9,25 milliards pour l’extension

A noter que le contrat de construction avait été attribué à un groupement d’entreprises piloté par Bouygues Travaux Publics, en association avec Bymaro, Besix, Saipem et la Somagec en juin 2009. La construction comprend deux phases, une première phase inclut les digues de protection ainsi qu’un premier quai à conteneurs d’un coût total de 7,25 milliards de dirhams. Les travaux du deuxième quai devront supposer une rallonge supplémentaire de 2 milliards de dirhams ce qui porte le coût total de construction à 9,25 milliards de dirhams.

Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc