Economie

La Cedeao se met au tarif extérieur commun

Par | Edition N°:4440 Le 14/01/2015 | Partager
Pour les entreprises marocaines, un seul contrôle douanier
Le CNCE recommande d’accélérer l’accord de libre-échange avec l’Uemoa

Sur les dix dernières années, les exportations du Maroc vers l’Afrique subsaharienne sont passées de 2 milliards de dirhams en 2003 à 10,4 milliards en 2013. Huit pays participent pour plus des deux tiers aux exportations vers cette région. Il s’agit notamment du Sénégal, de la Côte d’Ivoire, de la République de Guinée, du Nigéria et du Ghana

 

Depuis le 1er janvier, les 15 pays de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao) appliquent un tarif extérieur commun. Cela signifie pour les exportateurs marocains qu’il n'y aura plus qu’un seul contrôle douanier aux frontières dans tout cet espace.
Le tarif uniformisé s’applique aux 8 pays de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) et du Cap-Vert,  la Gambie,  le Ghana,  la Guinée-Conakry, le Libéria, le Nigeria et la Sierra Leone. Il implique une même nomenclature tarifaire et statistique et les mêmes droits d’entrée pour les marchandises originaires des pays tiers. Ce dispositif est inspiré de celui de l’Uemoa, entré en vigueur en 2000 et qui ne disposait que de quatre bandes tarifaires dont les taux étaient respectivement de 0%, 5%,10% et 20%. Une cinquième bande avec un taux de droit de douane de 35% s’est rajoutée avec la grille Cedeao. Cette bande inclut les produits jugés sensibles en raison de leur caractère spécifique pour le développement de la région.
L’instauration du tarif extérieur commun signifie aussi une libre circulation des marchandises dans la zone et garantit l’accès à un marché potentiel de plus de 300 millions d’habitants, mais à pouvoir d’achat limité.  «Ce tarif ne changera pas grand-chose aux conditions d’accès des produits marocains dans l’espace  Cedeao. Il a l’avantage de clarifier et simplifier  les tarifs de quinze pays», souligne Mohammed Benayad, secrétaire général du ministère du Commerce extérieur. 
En termes de positions tarifaires, cette harmonisation induit des modifications. «Compte tenu des objectifs de politique sectorielle spécifiques à chaque pays, le tarif extérieur commun de l’espace Cedeao a subi une légère augmentation par rapport à celui qui était en vigueur au niveau de l'Uemoa», note le Conseil national du commerce extérieur. A titre d’exemple, la hausse est jugée plus importante pour la viande et le cacao (chapitres 2 et 18 respectivement). En revanche, pour des produits tels que les animaux vivants, le café, le thé et les épices, des baisses des tarifs sont relevés (chapitres 1 et 9).
Pour le CNCE, pour accéder à ce marché, le Maroc peut s’appuyer sur plusieurs partenaires. C’est le cas notamment de la Guinée, du Sénégal et du Mali (voir également info). En 2013, les exportations du Maroc à destination des pays de l’espace Cedeao ont atteint 7,37 milliards de dirhams contre 2,6 milliards en 2009.
L’accélération des négociations d’accords de libre-échange avec l’Uemoa, en projet depuis plusieurs années, est également recommandée. «Globalement, le Maroc n’exporte pas beaucoup sur les pays de la Cedeao parce que nous n’avons pas d’accords de libre-échange. Et le véritable progrès viendrait de la signature de ce genre d’accord», indique Abdelhakim Marrakchi, président de la Commission coordination des conseils d’affaires de la CGEM. Le Maroc négocie des accords de partenariats stratégiques, incluant la mise en place progressive de zones de libre-échange, avec la Cedeao et la Communauté économique et monétaire des Etats de l'Afrique centrale (CEMAC).
Le CNCE explique aussi que l’ouverture économique dans un contexte d’adoption des accords de partenariat économique avec l’Union européenne couplé aux privilèges qu’offre l’AGOA américain (dont le but est de soutenir l’économie d’une quarantaine de pays d’Afrique subsaharienne en leur ouvrant l’accès au marché américain) est source d’opportunités.
Khadija MASMOUDI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc