Habillage_leco
A la une

Accord à Lima sur le réchauffement climatique

Par | Edition N°:4420 Le 15/12/2014 | Partager
Le déterminant consensus Nord-Sud
Un pas en avant pour la Convention de Paris

Le ministre péruvien de l’Environnement, Manuel Pulgar-Vidal, présidait les débats

L’accord de Lima a été conclu à l’arraché. La capitale du Pérou a abrité la 20e Conférence de l’ONU sur le climat et pose ainsi les bases du très attendu futur pacte multilatéral. Il doit être conclu fin 2015 à Paris pour limiter les nuisances du réchauffement climatique. Ce pas permet de dépasser l’échec de Copenhague.
Les 196 délégations de la 20e Conférence des parties ont adopté un texte fixant le format de leur futur engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre: périmètre, contenu, mode d’évaluation, l’information sur l’année de référence, la période d’engagement, un calendrier de mise en œuvre, la méthodologie de calcul retenue, un plan d’action sectoriel…  Le clivage persistant Nord-Sud a été surmonté via la finalisation d’un «texte acceptable par tous». Les pays du Sud exigeaient que les «contributions nationales» comprennent aussi des actions d’adaptation au réchauffement et des soutiens financiers à leur profit. Deux points mentionnés dans l’accord sans pour autant faire l’objet d’obligation. Le groupe Afrique, les petits Etats insulaires, l’Arabie saoudite, les Philippines, le Brésil avaient fortement insisté pour que l’adaptation puisse faire partie des contributions. Sans succès, le Sud réclamait aussi des précisions sur «les canaux de financement qui doivent permettre d’arriver à 100 milliards de dollars d’aide en 2020». Un autre projet de texte a été soumis par le Pérou (président des débats) aux parties et adopté finalement par consensus après seulement une heure de réflexion. Après Lima, plusieurs rendez-vous vont jalonner l’an prochain les négociations (voir encadré).
L’accord de fin 2015 n’entrera en vigueur que 5 ans après. Des délais ont été fixés pour que les pays annoncent leurs engagements, dits «contributions nationales»: d’ici le 31 mars 2015 ou bien avant le rendez-vous de Paris. Le secrétariat de la Convention de l’ONU sur le changement climatique va réaliser une synthèse des engagements. Le but est de mesurer l’effort global par rapport à l’objectif de limiter la hausse du thermomètre de la planète à 2°C. Les contributions nationales doivent permettre une baisse globale des émissions de 40 à 70% d’ici 2050: une nécessité absolue pour parvenir à ne pas dépasser le seuil de 2°C par rapport à l’ère préindustrielle.

Agenda des négociations

Du 8 au 13 février
Discussions à Genève sur le document de travail du futur accord de Paris
- Fin mai 2015
Soumission d’un projet officiel aux 196 pays membres de la Convention sur le climat
- Du 3 au 14 juin
Réunion intermédiaire annuelle à Bonn. Bilan et poursuite des négociations
- 1er novembre
Préparation d’une synthèse onusienne des engagements sur la réduction des gaz à effet de serre
- 30 novembre au 11 décembre
21e Conférence de l’Onu sur le climat sur le site du Bourget, au nord de

F. F.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc