Enquête

La recette de l’Oriental pour l’emploi

Par | Edition N°:4395 Le 07/11/2014 | Partager
Création d’un fonds régional pour accompagner les activités génératrices de revenus
Lutte contre les différentes formes de contrebande tout en développant les zones frontalières

«Les associations lancent des appels à manifestation afin d’obtenir l’aide financière souhaitée pour créer des activités génératrices de revenus et  recruter ainsi des jeunes», explique Mohamed Mhidia, wali de l’Oriental

- L’Économiste: De nouvelles approches pour sécuriser les frontières se rajoutent à l’arsenal déjà mis en place pour limiter la contrebande. Quelles sont les autres menaces?
- Mohamed Mhidia, wali de l’Oriental: L’Oriental qui est exposé à un inquiétant flux migratoire et contrebandier est obligé de renforcer son dispositif sécuritaire pour limiter les effets de ce fléau. Il est aussi sollicité pour atténuer le phénomène de migration clandestine qui cible l’Espagne. Un engagement qui nécessite la mobilisation de ressources humaines et matérielles supplémentaires.
Le Maroc a aussi, grâce aux directives royales, régularisé la situation de milliers de Subsahariens, dont 916 cas au niveau de l’Oriental. Cette régularisation est réalisée en toute transparence et dans le cadre du respect du droit des individus et des territoires. De plus, l’édification d’un mur grillagé ne se fait pas au détriment des riverains. Le Maroc a débloqué plus de 200 millions de DH pour la mise à niveau de ces zones. Et nous procéderons dans quelques jours à l’électrification de la piste qui longe ce grillage. En même temps nous avons connecté 98% des maisons rurales de cette région aux différents réseaux de service de base.

- Comment gérez-vous les zones qualifiées de dangereuses?
- Il y avait des zones extrêmement dangereuses à Rass Asfour (province d’Oujda) et plusieurs endroits au niveau de la province de Jerada que nous avons sécurisés. Des actions qui nous ont permis d’éradiquer toutes les zones d’attente pour les personnes qui exploitent ces régions à des différentes fins. C’est le cas pour l’immigration clandestine, les réseaux de trafic de drogue, les criminels recherchés et les cellules terroristes latentes.

- En cadenassant les frontières, des milliers de personnes sont privées de ressources. Quelles alternatives pour booster l’emploi?
- La création de débouchés et d’emplois est l’une de nos préoccupations majeures. Avec un taux de chômage qui avoisine les 20%, l’Oriental est au-dessus de la moyenne nationale. D’où la nécessité de réorienter les boussoles de la croissance. En matière d’infrastructure, et grâce aux investissements réalisés, la région n’a rien à envier au reste du Royaume.
Reste à rentabiliser ce qui a été réalisé et à proposer d’autres montages qui impactent directement l’emploi. Ce n’est pas encore le cas. D’où la nécessité d’entreprendre de nouvelles démarches.

- Quels secteurs pourrait privilégier cette croissance?
- L’idée est de soutenir davantage les activités génératrices de revenus. La proposition que je vais soumettre aux différents conseils d’élus et agences de développement est de créer un fonds régional dédié aux associations qui sont en mesure de créer des emplois.
Un fonds de 30 millions de DH pour démarrer est facile à monter. Quitte à ce que ces subventions soient à 0% de taux d’intérêt à rembourser sur une longue période ou à fonds perdus. L’essentiel est de cibler les activités qui sont en mesure de générer de la richesse et accompagner les porteurs des petits projets qui manquent de financement.

Saisies en 2014: Encore plus de contrebande...

Côté marocain: Les saisies de la gendarmerie royale au niveau de la circonscription d’Oujda, jusqu’à fin octobre, se chiffrent en 60.000 litres de gasoil, 210.000 paquets de cigarettes et l’arrestation de 2.000 migrants clandestins dont 300 Syriens.
La lutte contre la contrebande des psychotropes est du ressort de la police. Selon Mohamed Hassad, ministre de l’Intérieur, 300.000 comprimés psychotropes ont été saisis au cours de la même période
Côté algérien: Selon Mohamed Benhalla, directeur général par intérim de l’Office national de lutte contre la drogue et la toxicomanie, les saisies algériennes de gasoil destiné à la contrebande sont estimées à 500.000 litres pour les 8 premiers mois de 2014 (contre 320.000 litres à la même période de 2013). De même, 95.592 kg de résine de cannabis ont été saisis (contre 70.202 kg en 2013).

Propos recueillis par Ali KHARROUBI

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc