Competences & rh

Stratégie/Philippe Karam directeur du CEF: «La demande de formation s’intensifiera»

Par L'Economiste | Edition N°:4383 Le 21/10/2014 | Partager
Les pays en transition économique auront besoin de compétences
Les cours à distance seront renforcés

Philippe Karam directeur du CEF: «Notre objectif, c’est d’aider les responsables gouvernementaux à améliorer leurs compétences, et de les doter des outils nécessaires pour construire des institutions économiques et financières solides»
 

- L’Economiste: Le concept de votre centre est peu courant dans la région. Mais qu’est-ce qui distingue son offre de formation?
- Philippe Karam: Le CEF se positionne sur la frontière des plus importants centres de formation de la région Mena. Il vise à renforcer la gouvernance et la gestion économique des pays membres de la ligue arabe, à travers une approche intégrée de formation s’intéressant à diverses problématiques économiques. Il peut s’agir de politiques monétaires et de change, de politiques financières et fiscales, d’emploi, … Notre objectif, c’est d’aider les responsables gouvernementaux à améliorer leurs compétences, et de les doter des outils nécessaires pour construire des institutions économiques et financières solides. Pour y arriver, nous insistons beaucoup sur l’échange d’expertises entre les intervenants, ainsi que sur les benchmarks entre pays.
La formation que nous offrons est unique, aucune université ou institution ne dispose d’un programme similaire, insistant à la fois sur des apprentissages théoriques et des applications pratiques tirées de l’expérience du FMI.
- Pensez-vous que le Centre puisse répondre à toutes les demandes des gouvernements? 
- Jusqu’à présent, le Centre répond à la majorité des demandes formulées. Mais au regard des sollicitations de plus en plus importantes, nous essayerons de proposer plus de cours en ligne. Nous sommes ravis de constater que le CEF s’est hissé en forum de compétences très prisé, y compris par les hauts responsables des gouvernements. De nombreux académiciens, décideurs et experts y participent, et y échangent leurs connaissances et expertises. Dans les prochaines années, la demande grimpera encore plus, sachant que plusieurs pays de la région sont en phase de transition économique et auront besoin d’être accompagnés.
- Quelles sont vos sources de financement?
- C’est en fait l’Etat du Koweït qui prend en charge toutes les dépenses liées a aux activités du CEF. Toutes les formations dispensées aux pays membres de la ligue arabe sont offertes gracieusement. Les billets d’avion, les frais de séjour et les formalités du visa sont assurés par le Centre qui fournit aussi une assurance médicale et une indemnité journalière.
Propos recueillis par Ahlam NAZIH

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc