Régions

L’Agence du Bouregreg poursuit ses projets structurants

Par L'Economiste | Edition N°:4373 Le 07/10/2014 | Partager
L’extension du réseau du tramway à partir de 2015
Le but est de desservir d’autres quartiers de Rabat et Salé
D’autres chantiers seront entamés prochainement: Grand théâtre de Rabat, rocade….

La mise en service du tramway a remarquablement contribué à l’amélioration des conditions du transport des habitants de Rabat et Salé notamment les étudiants et les fonctionnaires

Le tramway de Rabat-Salé assure actuellement plus de 100.000 voyages par jour. Il devient ainsi le moyen de transport en commun préféré d’une grande partie de la population de l’agglomération. Face à ce succès, l’extension du réseau à d’autres quartiers s’impose donc afin d’améliorer les conditions de transport des usagers, contraints d’emprunter les autobus dont la qualité de service laisse à désirer.
«Nous prévoyons de lancer un programme d’extension du réseau actuel sur une longueur de 20 km durant la période 2015-2018», indique Lemghari Essakl, PDG de la Société du Tramway de Rabat-Salé (STRS), filiale de l’Agence du Bouregreg. Selon lui, ce programme qui sera réalisé en deux tranches, devra nécessiter un investissement de près de 3,5 milliards de DH. Les études de la première tranche, portant sur 9 km, sont finalisées et adoptées par les autorités compétentes. Une partie du financement sera assurée par des bailleurs de fonds institutionnels qui ont participé auparavant au réseau actuel. «Le reste sera accordé par le Fonds d’accompagnement des réformes du transport avec qui nous mènons des discussions fructueuses», avance le PDG de la STRS. La direction de l’Agence compte entamer les travaux de la première tranche sur 9km courant 2015. «Elle portera sur l’extension de la ligne numéro 2 à partir de ses deux extrémités», précise Loubna Boutaleb, DG Déléguée de la STRS. Ce qui va permettre de desservir les quartiers de Yakoub Al Mansour à Rabat et ceux d’Al Karya situés près de la faculté du droit de Salé. «Toujours dans la première tranche, nous prévoyons aussi le prolongement de la ligne 1 à partir du terminus situé à Madinat Al Irfane vers le boulevard Nakhil à Hay Ryad», ajoute Essakl.
Ce programme d’extension va certainement améliorer les recettes de la société. Cette dernière vient d’assurer en 2013 l’équilibre de son budget d’exploitation pour un montant de dépenses de près 120 millions de DH. Un équilibre réalisé sans subventions, ce qui représente un succès, selon Essakel. Mais les subventions restent nécessaires pour permettre de couvrir les charges financières estimées à 45 millions de DH par an.
Toujours dans le cadre de l’amélioration de la mobilité entre Rabat et Salé, l’Agence entamera avant la fin de l’année les travaux de construction de la rocade reliant Rabat à l’aéroport de Salé sur une longueur de près 8 km. «Nous avons déjà adjugé deux marchés, le premier pour la construction de la route côté Rabat pour 69 millions de DH et le pont sur le Bouregreg pour un montant de 75 millions de DH.
Concernant le tronçon de la route situé au niveau de Salé, le marché sera adjugé prochainement. Le coût global du projet est estimé à 500 millions de DH. «En principe, cette rocade devrait être opérationnelle d’ici deux ans», espère le DG de l’agence du Bouregreg. De même, les travaux d’un autre chantier de grande envergure sera lancé incessamment. Il s’agit du Grand Théâtre de Rabat dont la réalisation nécessitera un investissement de près de 1,6 milliard de DH. L’installation du chantier est en cours et le premier marché a été déjà adjugé pour un montant de près 650 millions de DH au profit d’un groupement d’entreprises marocaines. Ce marché porte sur une partie des travaux dont notamment les fondations, les gros œuvres, la charpente métallique, l’électricité et le fluide.

Le modèle du Bouregerg

Le modèle du projet de l’aménagement de la vallée du Bouregreg sur une superficie de 5.750 ha est fondé sur le principe de la valorisation du foncier acquis grâce à la déclaration d’utilité publique et des conventions signées avec des départements publics et la municipalité de Rabat et Salé. «Le fonds de démarrage pour la valorisation d’une partie du foncier a été accordé par le budget de l’Etat et le Fonds Hassan II pour le développement économique et social», rappelle Essakel. Ce qui a permis de réaliser des infrastructures: pont, tunnel, trame, équipements hydrauliques, voirie…Cela a permis de valoriser le foncier et de dégager une plus value qui sera injectée dans le financement d’autres projets structurants menés par l’Agence. «Par exemple, la vente d’une partie du capital de la société Bab Al Bahr a généré 500 millions de DH, ce qui a permis de financer une partie de l’infrastructure du tramway», rappelle le DG de l’agence du Bouregerg.
Aujourd’hui, poursuit t-il, «nous pouvons encore céder une partie de cette société au privé et dégager plus de 400 millions de DH». A cela s’ajoute 1,6 milliard de DH que recevra l’Agence suite à la récente signature d’une convention avec le Fonds d’investissement Wessal (cf www.leconomiste.com). «Tout cet argent sera réinjecté dans la vallée pour la réalisation d’autres projets structurants», précise Essakel.

N. E. A.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc