Economie

Fraise: Le Maroc mise sur le marché du frais

Une subvention de 500 DH/tonne pour diversifier les échanges
Le Royaume, cinquième exportateur mondial en fraises

Le Maroc joue des coudes pour se faire une place sur le marché international des fruits rouges.

Le volume des exportations des fruits rouges n’a cessé d’augmenter sur les six dernières années. Le Maroc a expédié plus de 74.000 tonnes de fraises. Le volume est d’autant plus consolidé par les exportations de myrtilles et framboises qui ont connu une croissance exponentielle depuis 2008

Le Royaume est plus que jamais conscient du potentiel de ces fruits qui font l’objet de nombreuses spéculations. Durant la campagne 2013-14, les exportations des fraises ont grimpé à 74.000 tonnes. Le Maroc remporte tout de même le titre de cinquième exportateur mondial de la fraise, détenant ainsi une part de 7% dans le marché international avec un mix de 28% fraiche (19.000 tonnes) et (72% surgelée). Toutefois, la fraise fraîche a laissé place à la fraise surgelée peu sensible aux moyens de transport. Le Royaume arrive derrière l’Espagne qui détient la part du lion avec 355.000 tonnes  de fraises exportées dont 90% sont expédiées à l’état frais. Le Mexique se place en seconde position avec un volume de 266.000 tonnes suivi des Etats-Unis (164.000 tonnes) et de la Chine (128.000 tonnes).
Au niveau mondial, le volume d’échange de fraises s’est élevé à 1,46 million de tonnes.

Les pays d’Europe représentent la destination de prédilection des exportations marocaines. L’Espagne et la France, principaux partenaires du Maroc, concentrent avec et Royaume-Uni près de 90% du marché

Les exportations ont de leur côté enregistré un taux de croissance annuel de 7,3% dont 60% sont exportées sous forme fraîche. Une tendance qui s’est confirmée sur les cinq dernières années où les échanges s’orientent plus vers le frais  en raison d’un effet prix/marge plus intéressant. Ainsi, la part du frais dans le volume global est passée de 57% en 2008 à 62% en 2012.
Afin de remédier à la concurrence de plus en plus importante sur le marché européen, le Maroc entend reprendre des parts dans l’exportation des fraises fraîches. Une politique d’exportation a été justement établie dans ce sens, avec deux grandes orientations stratégiques. Il s’agit d’ajuster la production des fraises avec la demande mondiale.  Du coup, une pénétration précoce du marché de la fraise fraîche sera mise en place avec une production hors saison qui s’étale de septembre à avril. Les exportations de la fraise congelée, destinée à l’agro-industrie, seront ensuite développées à partir du mois de mai. Une période décisive puisqu’elle correspond à la date d’entrée en maturité de la fraise fraîche espagnole.
Pour l’heure, la destination principale des fraises marocaines reste l’Union européenne avec 95% du volume exporté. L’Espagne et la France, principaux partenaires du Maroc, concentrent avec le Royaume-Uni près de 90% du marché. La stratégie du Royaume est claire, diversifier les échanges pour mieux contrer les fluctuations de la demande sur le marché européen. Pour ce faire, le ministère de l’Agriculture a tenu à débloquer, à travers le Fond de développement agricole, une subvention  de 500 DH/tonne pour l’exportation de fraises hors Union européenne.
Les exportations de framboises et de myrtilles s’inscrivent, de leur côté, dans une tendance haussière depuis près de six ans. Entre 2008 et 2014, le volume de framboises exportées a été multiplié par 4 à 3.974 tonnes. Les exportations des myrtilles ont connu, quant à elle, une expansion fulgurante. Elles ont gonflé de 28 fois, passant ainsi de 139 tonnes à 3.895 tonnes.
A.Lo