COMPETENCES & RH

Université privée de Marrakech
Un nouveau partenaire américain

Pour de nouvelles opportunités à l’international pour les étudiants
Et création d’une faculté de recherche commune

UPM Virginie visuel: A gauche, Mohamed Kabbadj, président fondateur de l’UPM, serre la main de Jeffrey Pottinger, senior director de Darden School of Business. Au centre, Stephen Lakis, président de SLLF, qui estime que les étudiants marocains possèdent tous les ingrédients pour relever les défis du monde de demain.

UNE bien belle signature. L’Université privée de Marrakech (UPM) et l’Université de Virginie Darden School of Business, dont les programmes MBA se classent dans le top 20 américain et top 30 mondial, viennent de signer un mémorandum d’entente, en présence de politiques et universitaires marocains et américains.
Un nouvel accord international qui renforce donc le pôle management et gouvernance de l’établissement marrakchi. Ce partenariat porte sur la production de contenus académiques dans les domaines du business et du management, mais également sur le développement des deux facultés sur les plans des qualifications et expériences académiques. En effet, ce partenariat permet aux deux établissements de s’ouvrir un peu plus à l’international et offre à leurs étudiants de nouvelles opportunités et l’occasion d’enrichir leurs savoir et compétences. Dans ce cadre, un programme d’échange pour les étudiants du 3e cycle a été lancé, mais aussi l’échange d’intervenants d’envergure internationale pour l’organisation de conférences et séminaires des deux côtés de l’Atlantique.
Autre point fort conclu entre les universités marocaine et américaine, la création d’une faculté de recherche commune, qui permettra des études de cas rédigées conjointement. Une licence est également octroyée pour permettre la publication de contenus académiques et de recherche. Cette fructueuse signature s’est déroulée à l’issue d’une conférence internationale sur le rôle de la formation dans le renforcement des relations transatlantiques.
Un événement inscrit dans le cadre du partenariat entre l’UPM et la State Legislative Leaders Foundation (SLLF), qui contribue au rapprochement entre les législateurs des différents états fédéraux américains. Depuis un an, grâce à ce partenaire, l’UPM négocie un travail commun avec des universités américaines et l’organisation au Maroc de conférences internationales.
Venu en éclaireur, John Bowen, chancellor de l’université Johnson & Wales, classée dans le top 3 dans les domaines du tourisme, de l’hôtellerie et des arts culinaires aux Etats-Unis, étudie les possibilités d’un futur partenariat avec l’UPM. De bien belles perspectives pour enrichir le domaine de la formation au Maroc.
S. J.

Dans la même rubrique

Surprésentéisme: Attention au burn out! Le surprésentéisme touche de plus en plus de salariés qui évitent de s’absenter par peur de perdre leur emploi ou de créer des tensions avec leurs collègues. Pour lutter contre ce phénomène grandissant, les managers poussent les personnes concernées à rentrer chez eux se...
Apprentissage du français: Le projet de Daoudi présenté ce mois-ci Selon l’étude menée par la faculté des sciences de Rabat sur un échantillon de 3.000 bacheliers, seuls 10% ont un niveau B2, c’est-à-dire avancé ou indépendant. En revanche, 70% justifient à peine du niveau élémentaire, donc incapables d’assimiler des cours en français. Le...
Infrastructures<br>L’Education nationale accélère ses chantiers Le ministère de l’Education nationale prévoit un déficit cumulé de 2014 à 2016 de 713 établissements. Si dans les écoles primaires le besoin n’est pas très alarmant (26), il n’en est pas de même pour les écoles communautaires (207), collèges (284) et lycées (196).Source:...
Cadi Ayyad joue dans la cour des grands Les distinctions de l’université Cadi Ayyad dans les classements internationaux. DES efforts qui payent. Depuis 2011, une nouvelle politique est menée par l’université Cadi Ayyad mettant tous les moyens nécessaires pour un seul objectif: l’excellence. Force est de...
Au Maroc, ce ne sont pas que des «fils de»… «Les investissements très forts de familles modestes, souvent illettrées, des pères et des mères, dans l’éducation de leurs nombreux enfants ont permis des trajectoires de réussite», souligne une étude qui s’intéresse aux diplômés maghrébins. Mais certains domaines restent...