Competences & rh

Actu
Les TPE se forment au management

Par L'Economiste | Edition N°:4240 Le 25/03/2014 | Partager
Un «permis biométrique de l’entrepreneuriat» en projet
Elles préparent aussi leur offensive sur le web
Six bureaux régionaux seront ouverts cette année

La Confédération des TPE-PME prévoit aussi de lancer un forum des e-services en partenariat avec la Fédération nationale du e-commerce

ELLES sont peu présentes sur la toile et ne maîtrisent que faiblement l’art du management. Les TPE marocaines ont encore beaucoup de chemin à parcourir avant de se transformer en structures modernes et performantes. La  Confédération marocaine des TPE-PME entend bien remédier aux lacunes des très petites structures. La Confédération vient de signer une convention avec la Fédération nationale du e-commerce (Fnem) afin de lancer un cycle de formation en gestion des entreprises. «Les deux tiers des TPE qui meurent disparaissent durant les deux premières années de leur existence, car la plupart des entrepreneurs insistent sur la préparation du volet technique de leur projet au détriment du management», relève Abdellah El Fergui, président Le cycle sera complété par des stages en entreprise (allant de deux semaines à un mois) pour les jeunes porteurs de projets.

Des permis, éventuellement biométriques, de l’entrepreneuriat devraient être délivrés au terme de la formation. «Les jeunes entrepreneurs pourraient les utiliser en vue d’étayer leurs dossiers auprès des banques ou encore en cas de participation à un appel d’offres», explique El Fergui.
La Fnem, qui a déjà investi le terrain de la formation, transmettra son savoirfaire à la Confédération. Les deux partenaires prévoient aussi d’attaquer le web. Pour commencer, un portail avec des fiches présentant chaque TPE sera lancé. Cela permettra aux toutes petites entreprises d’être visibles sur Internet. Un forum des e-services est, par ailleurs, au menu. «Les deux tiers des TPE sont spécialisées dans les services et certaines commencent déjà à travailler via les réseaux sociaux. Mais elles ne sont pas bien formées», regrette El Fergui. Là encore, la Fnem, qui a l’intention d’intégrer
la Confédération, apportera son appui.

Le mouvement des petites entités compte monter en puissance. Après avoir ouvert un bureau dans la région de l’Oriental, couvrant Oujda, El Hoceima, Nador et Taza, un deuxième verra le jour à Tanger dans les deux semaines qui viennent. D’autres sont prévus à Marrakech, Agadir et Dakhla. Au total, 6 bureaux régionaux seront créés cette année.
Les très petites et moyennes entreprises s’activeront aussi à l’international. Dernièrement, un accord a été signé avec la Confédération italienne des PME et de l’artisanat dans le but de maximiser les échanges entre les deux pays. Deux rencontres B2B, au Maroc et en Italie, ont été programmées.


Ahlam NAZIH

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc