Entreprises

Technopark s’attaque aux énergies vertes

Par | Edition N°:4156 Le 22/11/2013 | Partager
La centrale photovoltaïque dispose d’une capacité de 50 kilowatts
Un investissement initial de 4 millions de DH
Le projet servira de plateforme de formation

La centrale photovoltaïque du Technopark se veut un centre de compétences au profit des acteurs du domaine. Un projet qui s’inscrit dans le cadre de la stratégie de duplication sectorielle de l’établissement

Un tournant dans la vie du technopark de Casablanca! L’établissement vient d’inaugurer sa nouvelle centrale photovoltaïque pilote d’une capacité de 50 kilowatts. Une initiative qui marque le positionnement du Technopark dans les technologies vertes, un secteur propice à l’innovation et à la création d’entreprises. En investissant les «Green Tech», la structure élargie son champ d’action. Une initiative enclenchée depuis 3 ans et qui intervient dans le cadre de la stratégie de duplication sectorielle du Technopark. Omar Balafrej, directeur général du Technopark, y voit un projet ambitieux capable de faire du Technopark un terrain d’expérimentation dans le domaine de l’entrepreneuriat et l’innovation, tous secteurs confondus.
La centrale photovoltaïque permettra certes de réduire la consommation de l’électricité du Technopark, mais servira surtout de centre de compétences pour les experts marocains. Des ateliers de formations théoriques et pratiques ont déjà profité à quelque 18 multiplicateurs représentant les institutions publiques et privées du secteur énergétique. Elle se veut également une plateforme pédagogique de formation. Plusieurs modules de formation et visites pour les écoles et les chercheurs seront organisés en collaboration avec l’Université Hassan II. Le projet, dont le coût de réalisation initial s’élève à 4 millions de DH, est le fruit d’une collaboration maroco-allemande entre Technopark, EnR’Afrique et l’entreprise solaire allemande Sunset Energietechnik GmbH, dans le cadre du programme « DeveloPPP». Initié par le ministère allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ), ce programme vise à renforcer les compétences des acteurs marocains dans les énergies renouvelables à travers le transfert de technologies et de savoir-faire.
Aujourd’hui, les énergies renouvelables présentent des opportunités écologiques, économiques et sociales de taille. Le technopark semble être bien parti dans cette démarche. En témoignent le projet d’audit énergétique du bâtiment qui sera entamé en 2014 ainsi que la mise en place  prochainement d’un réseau intelligent reposant sur les installations photovoltaïques. Abdelkader Amara, ministre de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement, qui était présent lors de l’inauguration de la centrale, a insisté sur les opportunités que recèle le domaine. Il a également saisi l’occasion pour annoncer un certain nombre de projets dans le domaine des énergies renouvelables, notamment le lancement d’une étude relative à la définition des conditions et des modalités d’accès au réseau national de la moyenne tension pour l’électricité produite à partir de sources renouvelables ainsi que la création d’une autorité nationale de régulation de l’énergie à l’horizon 2014.


Imane NAJI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc