Evénement

Gouvernance/Casablanca
Incompétence sur toute la ligne

Par | Edition N°:4134 Le 15/10/2013 | Partager
En cause, le déficit de gouvernance des élus communaux
Les subterfuges des élus démasqués
45% de taux d’assainissement à peine!

En matière d’investissements, Lydec a réalisé, entre 1997 et 2012, près de 13 milliards de dirhams pour accompagner le développement du Grand Casablanca dans la mise à niveau et l’extension des infrastructures qui lui sont confiées dans le contrat de gestion déléguée

CETTE fois-ci, ça va au-delà du débat partisan, d’élus communaux, fussent-ils de la plus grande mégalopole du Royaume. Et puis leurs supercheries, consistant à transformer Casablanca en une cité de rêve, le temps d’une visite royale, est découverte.
Les mêmes palmiers que l’on plante et replante selon le programme de passage du cortège royal, des murs rafraîchis et cache-misère, des parkings ordonnés, une circulation fluide, des marchands ambulants raflés, des poubelles vidées, des terrasses de café décampées, des agents de circulation à tous les croisements, la sécurité jusque sous nos immeubles… tout ça, c’est du trompe-l’oeil qui doit cesser.
Dans son discours d’ouverture de la saison parlementaire 2014, le Souverain a exprimé sa déception sur le déficit dans la gouvernance de la capitale économique du Maroc. «Casablanca est la ville des disparités sociales les plus criantes où se côtoient les catégories riches et les classes pauvres. C’est la ville des gratte-ciel et des bidonvilles. C’est le centre des finances et des affaires mais aussi de la misère, du chômage et d’autres maux, sans parler des déchets et des ordures qui en ternissent la blancheur et entachent la réputation (…).
Pourquoi cette ville, qui compte parmi les plus riches du Maroc, ne connaît pas concrètement l’essor auquel aspirent les Casablancaises et les Casablancais, à l’instar de beaucoup d’autres villes? Est-il raisonnable qu’elle reste à ce point un espace des grandes contradictions, jusqu’à devenir l’un des modèles les plus faibles en matière de gestion territoriale»? Il est clair qu’on peut tromper tout le monde une fois, mais pas tout le monde tout le temps.
La meilleure illustration de cette mauvaise gestion en est le déficit que connaît le domaine de l’assainissement dans cette ville, confié en gestion déléguée à Lydec depuis 1997. «Le taux d’épuration des eaux usées, qui demeure très faible, se situant à 45% à peine, contre 100% atteint à Fès et à Marrakech…» et Rabat. Faut-il s’inquiéter de l’impact sur l’environnement? Pourquoi ce faible niveau en matière d’assainissement ? A qui la faute? Quelle est la part de responsabilité du gestionnaire délégué?
Pour Nicolas Barbe, directeur technique de Lydec, il convient de distinguer deux indicateurs d’assainissement. Un: «Le taux de raccordement qui correspond au nombre de ménages raccordés aux réseaux collectifs d’assainissement. Il dépasse les 83% à Casablanca». Deux: «Le taux de dépollution qui correspond au taux de traitement des eaux usées avant rejet dans le milieu naturel». Cependant, explique Barbe, «avec le grand projet du système antipollution des dispositions ont été prises afin d’apporter une solution à la hauteur des enjeux d’ici fin 2014». Un projet paramétré suivant une approche scindant Casablanca en deux grands bassins versants: 45% pour le bassin versant Ouest et 55% pour le bassin versant Est. Le premier couvre la zone située entre le port et Dar Bouazza où «aucun rejet d’eaux usées ne se fait directement en mer». En clair, les eaux usées sont prétraitées par la station El Hank avant d’être rejetées à 3,6 km des côtes via un émissaire marin.
Le bassin versant Est va du port de Casablanca à Mohammedia où «les eaux usées sont actuellement rejetées directement en mer via dix exutoires». Là aussi, «les travaux d’interception et de prétraitement de ces rejets sont en cours de réalisation dans le cadre du projet du système antipollution Est, qui a pour objectif de rejeter ces débits après prétraitement via un émissaire marin de 2,3 km à Sidi Bernoussi», relativise Barbe. «Fin 2014, le taux de dépollution de Casablanca sera de 100%», défie le directeur technique de Lydec qui rappelle que la réalisation de ce projet était prévue initialement pour 2017, selon l’avenant du contrat de 2009 mais «elle a été avancée à la demande des autorités».


B. T.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc